Soleil : Excalibur chroniques T5, Prométhée T17, Elfes T21, Wunderwaffen T13, Une Génération française T6

/ Critique - écrit par plienard, le 27/08/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 6 minute(s) - laisser un commentaire

Cinq séries chez Soleil.

Excalibur chroniques - Tome 5 : Morgane - note : 8,5/10

Cinquième tome pour Excalibur et le duo Istin (scénario) et Brion (dessin) est toujours là pour tisser le destin de Merlin, Arthur et Morgane. Cette dernière est le centre de toutes les attentions dans cet album. La petite fille effrontée va grandir et prendre sa place dans l'histoire. Mais avant cela, il serait bon que le royaume survive aux intrigues de Patricius et Cernunnos. Les deux comparses semblent impossible à arrêter et leur armée se rapproche des portes d'Avalon. Merlin va donc devoir tout donner pour gagner. Sans en dire plus, le cadre est bien, les méchants jouent leur partition à la lettre. Tout pourrait être parfait mais il faut bien râler un peu. Ainsi, les médaillons qui rappellent les rôles de chaque personnage au début de l'album sont trop révélateurs de l'intrigue à venir. De même, après plusieurs albums à faire monter la sauce, la bataille finale se règle en deux coups de cuillère à pot. Heureusement, l'album est suffisamment dynamique pour nous faire oublier ces petites anicroches. De plus, tous les ingrédients sont là pour nous préparer une suite aux petits oignons.


© Soleil 2018.

 Visuellement, Brion est toujours aussi bon pour dépeindre l'univers d'Excalibur. Propre, vif, détaillé, son dessin est est un régal pour le lecteur. Excalibur est donc un bon moyen de découvrir l'univers de Merlin mais aussi de voir une série où les femmes tiennent une place importante. Reine, dirigeante, magicienne, guerrière, elles ont un rôle prépondérant dans ce monde et dans l'équilibre des forces naturelles et surnaturelles. Les "bad guys" de l'album ont peur de leurs pouvoirs et il est facile d'y voir les rapports de sexe de notre monde. Ce cinquième album est donc très bon. Il conclut un cycle tout en ayant soigneusement préparé la suite et le début d'un nouveau cycle qui promet de bien secouer les choses.

 

Prométhée - Tome 17 : Le spartiate - note : 7/10

L'attaque alien a été dévastatrice mais contrairement à ce qu'on pouvait penser il reste des survivants de l'espèce humaine. Ceux-ci vont s'organiser pour échapper à la traque extraterrestre et tenter de trouver une parade. Une aide inattendue va peut-être apporter un espoir mais elle aura des contreparties.


© Soleil 2018.

 La série de Christophe Bec, Prométhée, n'en finit plus de s'étirer sur la longueur, apportant à chaque fois sa liste de surprises et d'informations. Au point qu'on se demande s'il y aura réellement une fin.

On est arrivé au dix-septième album et pour être parfaitement clair celui qui voudra faire partie des fans de la série devra prévoir de commencer par le premier tome. Il connaitra ainsi cette addiction typique des fans de séries de bande dessinée et cette sensation étrange de faire partie d'une infime partie de la population "qui sait" !

Car si Christophe Bec fait preuve d'une grande ambition avec son récit sur plusieurs siècles et plusieurs espace-temps, mélangeant mythologie et concepts scientifiques sophistiqués, il ne prend pas ses lecteurs pour des demeurés lisant des livres avec des images en couleur. Il emmène ses lecteurs à côtoyer des connaissances et des théories parfois ardues. Et c'est peut-être le seul reproche qu'on pourra faire à la série : celui de partir dans tous les sens. Et malgré des intervalles de parution plutôt courts (17 albums en moins de 10 ans avant une fréquence à pratiquement tous les 6 mois sur les derniers tomes) on a parfois du mal à raccorder tous les fils.

Mais pour mériter de faire partie des fans de Prométhée, il faut parfois souffrir.

 

Elfes - Tome 21 : Renaissance - note : 7/10

La parfaite harmonie des races d'Elfes a été mise à mal par Lah'saa, la fameuse nécromancienne, qui a failli dévaster le monde d'Arran avec son armée de goules. Elle a été arrêtée in-extrémis par l'elfe bleue Lanawyn qui lui a cependant promis une chose : faire renaître la race d'une sixième famille, les elfes rouges !


© Soleil 2018.

 Et c'est dans ce vingt-et-unième album qu'elle va s'efforcer de tenir parole. Après avoir convaincu les elfes noirs, Lea'yn et Feda'yn, de redevenir des elfes rouges (pour rappel, les elfes noirs sont en quelque sorte une dégénérescence des autres familles), ils vont se mettre à la recherche de celui qui a réussi à redevenir l'elfe qu'il était à l'origine : Naar'ep.

Mais cette quête n'est pas du goût de tout le monde et la tristement célèbre loge noire (une équipe de mercenaires qui a notamment exterminé toute une ville des elfes rouges) a été engagée pour y mettre fin.

Le concept Elfes qui voulait développer une famille précise d'Elfes par album perd un peu de sa logique pour au contraire développer un récit au long court personnalisé par l'elfe bleue Lanawyn et qui n'hésite pas s'intégrer dans d'autres albums dédiés à 'autres familles. Nous n'irons pas à dire que la série a perdue son âme, bien au contraire, car il y a un certain plaisir à retrouver des personnages découverts sur d'autres albums et de vois se développer des intrigues au long court.

 

Wunderwaffen - Tome 13: - note : 8/10

Petite pause dans la série Wunderwaffen où on délaisse les nazis et leur collaborateur extraterrestre pour se tourner vers le conflit entre le Japon et les USA. Ce tome 13 n'est d'ailleurs pas la suite chronologique. C'est un léger retour en arrière qui revient sur la décision du président américain de lacher une bombe nucléaire sur le Japon. Une "wunderwaffen" américaine pour l'époque par rapport à aujourd'hui.


© Soleil 2018.

 Alors que l'Allemagne est en train de livrer en cachette leurs extraordinaires avions, les américains programment le bombardement de Tokyo avec une arme d'une puissance encore non égalée. Mais lorsque Enola gay fait cap sur la capitale nippone avec Little boy - surnom donné à la bombe nucléaire (véridique) - à son bord, il se retrouve face aux wunderwaffen livrées par l'Allemagne. Inutile de dire que la mission est fortement compromise.

Le scénariste Richard D Nolane tisse une trame de plus en plus dense de son uchronique seconde guerre mondiale. Et il n'est pas toujours simple de raccrocher tous les wagons même si vous êtes un fidèle de la série. Ce mélange de faits historique et d'uchronie ne venant pas toujours faciliter les choses. C'est pourtant tellement emballant de suivre les méandres du récit qu'on ne prête guère attention à ces difficultés. Ce treizième tome a aussi pour lui de s'éloigner de l'option extra-terrestre du conflit avec les allemands. Il est ici plus question d'intérêts nationalistes, d'intrigues politiques et de lutte d'influence. On est plus dans un récit réaliste et terre-à-terre même si la bataille dans les airs fait rage. Une bataille que le dessinateur Maza traite avec son talent habituel.

 

Une génération française - Tome 6 : Radio-Paris ment - note : 6/10

Une génération française revient sur la seconde guerre mondiale et l'impact que l'occupation allemande a eu sur la jeunesse française. On suit à tour de rôle et d'album trois jeunes gens, Tanguy Brettin d'Arçonnet, militaire de père en fils, et Martin et Zoé Favre frère et sœur séparé par la guerre.


© Soleil 2018.

 Dans ce sixième tome, on retrouve Zoé qui s'organise avec quelques amis pour éditer une feuille d'informations. Mais suite à son arrestation par les allemands lors d'une manifestation interdite pour commémorer le 11 novembre 1918 et sa libération in-extrémis par Tanguy Brettin d'Arçonnet, elle est surveillée par ses parents. Mais sa volonté d'en faire toujours plus va l'amener à accepter d'intégrer un autre mouvement de résistance.

Si le dessin d'Ana-Luiza Koehler manque parfois d'un réalisme plus accentué, son style est efficace et a une réelle identité. On suit avec envie et intérêt l'engagement de Zoé, sa prise de risque pour la cause qu'elle croit juste. On en perçoit tous les risques et les dangers.

Ce sixième tome clôt une première saison. Est-ce à dire qu'une nouvelle saison est à venir ? Si elle est du même acabit, on peut l'espérer pour retrouver trois personnages bien sympathiques.

 


Les couvertures des 5 albums - © Soleil 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse