Le Soleil d’Octobre

/ Article - écrit par plienard, le 21/11/2013

Temps de lecture estimé de l'article : 6 minute(s) - laisser un commentaire

On a lu pour vous, 7 albums Soleil parus au mois d’Octobre.

Après ce mois d’Octobre qui vient de finir, on a testé les albums SOLEIL suivants : de l’héroïc fantasy (normal on est chez Soleil), une histoire de pirates, des histoires légendaires et de l’humour. Christophe Arleston et Eric Corbeyran se taillent la part du lion avec 2 albums chacun.

 


DR.

Les P’tits diables, tome 16 – note 7/10

Pour ce qui est de l’humour, Tom et Nina n’en manquent pas. Déjà 16 albums à son actif et Dutto ne semble pas gagné par la lassitude. Il faut dire que ses garnements lui donnent tout le loisir d’exprimer son sens du comique avec une Nina tout à fait odieuse avec son frère, Tom, qui fait tout ce qu’il peut pour lutter contre l’alien (= sa sœur). Nina mérite largement son qualificatif de la pire des pires sœurs (c’est aussi le titre de l’album). Et les parents, s’ils ont pu être dépassés par le passé, en ont pris leur parti et la mère n’hésite pas à faire alliance avec sa fille pour que Tom passe l’aspirateur. Autre personnage comique de la série, le chat Grippy, dont le but dans la vie et comme de nombreux félin dans la bande dessinée, est de faire la sieste (ce qui n’est pas toujours facile avec les deux terreurs). La qualité humoristique ne baisse pas avec ce nouvel album.

 


DR.

Les Forêts d’Opale, tome 8 – note 7.5/10

La quête de Darko et de ses compagnons (la très belle guerrière Tara, le baladin Urfold, sa sœur Sleilo) est bien mal engagée. Les titans qui devaient leur permettre de renverser le nécromant  Kamphre d’Yrkhone sont pratiquement tous morts. Un seul est rescapé et il apparaît trop fatigué pour pouvoir les aider. Pourtant Sleilo semble avoir les ressources pour emmener tout ce petit monde dans les cercles de magie pour libérer Ghörg et s’attaquer aux démons qui ont envahi Opale.

La série touche à sa fin et tout s’accélère un peu rapidement. La traversée des différents cercles est en soi une bonne idée, mais il apparaît que l’auteur, Christophe Arleston, n’a pas voulu s’y éterniser. Afin de ne pas trop prolonger la série ? Du coup, on passe directement du cercle 2 au cercle 10 par la grâce des pouvoirs de Sleilo. Il reste que l’esthétisme de la série fait toujours son office et les femmes de Philippe Pellet sont parmi les plus belles de la bande dessinée. Aaahh Tara !

 


DR.

Contes et légendes des régions de France - Le Nord-Pas de Calais – note 7/10 (si vous êtes du Nord !)

Voilà un album qui ne paye pas de mine (vous voyez le jeu de mot ??) mais qui devrait satisfaire toutes les personnes un peu chauvines comme moi. Eh oui, je suis du Nôôôôrd (je ne le fais pas aussi bien que Michel Galabru) ! En voyant cet album, je me suis dit, ce n’est pas possible, je ne peux pas passer à côté. C’était l’occasion de découvrir et redécouvrir des histoires de mon enfance sur le fondateur de Lille, Lydéric ; sur un aïeul de Godefroid de Bouillon ; sur le Grisou si terrible pour les mineurs, sur la création de la dentelle de Bailleul ... 6 petites histoires qui font écho à un folklore et une tradition (que l’on retrouve aussi en Belgique, notamment pour le Grisou), écrites par Antoine Ozanam (auteur de Klaw chez le Lombard) et dessinées par un collectif dans lequel on retrouve Cédrik Le Bihan, Gihef, Laurent Libessart, Didier Pagot, Brice Cossu et Alexis Santenac, Winoc Devos.

 


DR.

Elfes, tome 4 – note 8/10

Pour la première série thématique de Soleil, on peut maintenant dire que l’essai est presque transformé. On en est déjà au tome 4 (sur les 5 prévus), et à chaque fois c’est un plaisir renouvelé pour la lecture et les yeux. Elfes, car c’est de cette série dont il est question,  traite de cinq races d’elfes. Pour le tome 4, on s’intéresse aux demi-elfes, les rejetons d’un ou une elfe avec une femme ou un homme.

Signé Éric Corbeyran, dessiné par Jean-Paul Bordier, l’univers des Elfes s’enrichit encore d’une bonne histoire où Naah-Taal est l’élu qui va libérer les demi-elfes de l’état d’esclavagisme dans lequel les autres races pures les tiennent. Trahisons et honneurs seront au rendez-vous.

 


DR.

Pavillon noir, tome 3 – note 6.5/10

Après l’héroïc fantasy, on retrouve Éric Corbeyran dans le troisième épisode de Pavillon noir. Une histoire de pirate, Dark Dan, qui cherche la rédemption ou plutôt retrouver la liberté et prouver son innocence dans le meurtre de son ami. Il va pour cela essayer de percer le mystère du cube noir qu’il a réussit à retrouver. Mais il est dit que sa destinée est celle d’un pirate qu’il le veuille ou non.

Le talent de Corbeyran s’exprime à plein dans cette série, où il torture son personnage en le mettant dans des situations compliquées et inextricables. Le pauvre n’est pas épargné par son scénariste. Brice Bongono, le dessinateur franco-camerounais, a un trait assez fugace ce qui donne un certain dynamisme au dessin.

 


DR.

Guerrières de Troy, tome 2 – note 7/10

Dieu que cet album était attendu. Dany qui fait de l’héroïc fantasy, pensez donc ! On retrouve donc Lynche, Raya et Issan, la blonde, la brune, la rousse, emprisonnées et torturées (hmmmm !) dans le repaire de Myrgl, l’affreux homme-serpent. Elles réussissent à s’en échapper un peu trop facilement et décident de récupérer un trésor englouti dans le lac Placide.

Dernier album pour ce diptyque attendu, le dessin de Dany est toujours aussi sexy (à moins que ce ne soit ses personnages féminins) mais jamais sexiste. La preuve en est que les trois guerrières ont un comportement particulièrement masculin avec un penchant pour la boisson, les rencontres d’une nuit ou la manière parfois provocante de s’exprimer. Arleston enrichit son univers et son monde de Troy avec des héroïnes que l’on aimerait revoir. Mais ça risque d’être difficile.

 


DR.

Hercule, tome 2 – note 8/10

Après un premier tome convaincant, les 12 travaux d’Hercule sauce mythologie futuriste reviennent avec un nouveau défi : l’hydre de Lerne. Si le lion de Némée avait négligé la partie explicative, Morvan (Sillage) a revu sa copie et nous démontre ses capacités d’équilibriste puisqu’il met en valeur l’action et l’intrigue. Hera semble donc suivre un dessein particulier dont Hercule est un pion. Heureusement, pour lui, en plus de son caractère rebelle, il peut compter sur le soutien d’Athéna mais également de Iolas, le neveu du héros (que les fans de Mythologie connaissent bien). Entre manipulation politique et génétique, Hercule va avoir du pain sur la planche. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce tome nous prend aux tripes et nous fait adhérer à l’histoire à 200%. Le dessin de Looky est toujours aussi irréprochable et mélange habilement antiquité grecque et technologie futuriste à l’instar de l’armure et de la massue produite à partir du « lion » de Némée. Fan de mythes et de S.F., cet album a tout pour lui. Le plus dur va être de patienter avant le prochain tome.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse