Soleil : La Grande guerre des mondes T1, Elfes T15, Sangre T1

/ Critique - écrit par plienard, le 14/11/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

HG Wells revisité par le maître de l’étrange, Arleston qui signe une toute nouvelle série et les elfes qui continuent de se battre contre la fin de leur monde.

La Grande guerre des mondes – Tome 1 : La chose sous les tranchées – note : 6.5/10

Dernièrement, Richard D. Nolane, le Monsieur étrange du Lanfeust Mag s’est fait une spécialité des séries sur les guerres mondiales légèrement uchroniques et de science-fiction pure (Wunderwaffen, Space reich, Zeppelin’s war) avec comme fil rouge des petits hommes verts pas forcément très sympathiques.


©Soleil édition 2016.

On sait donc déjà à quoi s’attendre avec ce nouvel album. Alors quand il s’attaque à la guerre des mondes de H.G. Wells, cela apparaît comme une évidence. Et quand on comprend qu’il mélange le roman avec la première guerre mondiale, on s’enthousiasme d’avance.

Ce premier tome est celui de la mise en place. Alors qu’un corps cosmique s’est abattu dans la Toungouska, en Russie, en 1908, une expédition est organisée pour explorer les dégâts causés par cet soi-disant météorite. La découverte d’une machine semble indiquer qu’il y a une entité extra-terrestre derrière tout cela. Puis vient la première guerre mondiale et alors que le conflit s’enlise dans les tranchées de Verdun (entre autre), une étrange machine surgit de terre et se met à envoyer des signaux en direction de Mars.

Richard D. Nolane utilise toutes ses connaissance des faits extraordinaires pour enrichir son récit : l’explosion d’une météorite en Sibérie en 1908 par exemple. Il charge Zeljko Vladetic, un croate, de mettre en dessin son récit extraordinaire. Un dessin classique, réaliste, très marqué dans les noirs ce qui est un classique de l’école balkanique.

 

Elfes – Tome 15 : Noir comme le sang – note : 8/10

Je ne sais plus quoi dire sur cette série pour marquer mon enthousiasme. Déjà 15 albums, et toujours autant de plaisir à lire un album sur un personnage différent de la famille des elfes. Et cerise sur le gâteau, depuis quelques albums, un fil conducteur relie chacun des albums avec l’armée des goules de Lah’saa qui envahit petit à petit les terres d’Arran sans que rien ne puisse l’arrêter. La série prendra-t-elle fin avec la victoire totale de la nécromancienne. Rien n’est moins sûr !


©Soleil édition 2016.

Le tome 15 est consacré à un elfe noir qu’on connaît déjà : Gaw’yn. Alors qu’il a eu comme contrat d’éliminer une famille importante de la cité de Scarande, l’elfe noir y a rencontré l’amour en la personne de Dyfeline. Il va cependant exécuter son contrat comme tout bon elfe noir en éliminant les parents de son aimée (voir T10 : Elfe noir, cœur sombre). On retrouve le couple en fuite sur un navire qui va rapidement se faire attaquer par des pirates nordiques. Ils sont alors mis à fond de cale aux côtés d’autres captifs un peu particuliers : ils ont été transformés en goules. Gaw’yn parvient cependant à leur échapper, mais Dyfeline se fait mordre. Il n’aura de cesse de vouloir guérir celle qu’il aime. Et pour cela, il va pactiser avec la semi-elfe noire qui contrôle les morts-vivants et qui va rejoindre Lah’saa.

La mal vient des elfes noirs (Lah’saa est une elfe noire), la solution viendra-t-elle de là ? Gaw’yn y croit en tout cas et nous on espère. Les auteurs Marc Hadrien (qui signent les scénarii de tous les elfes noirs soit les tomes 5 et 10) et Augustin Popescu (le dessinateur) apportent une petite note d’espoir. Ce qui est assez paradoxal avec la famille des elfes noirs. Cela relance, s’il en était vraiment besoin, l’intérêt de la série. 

 

Sangre – tome 1 : Sangre la survivante – note : 7.5/10

C’est une toute nouvelle série de Christophe Arleston nous propose aux éditions Soleil. Avec son complice des naufragés d’Ythaq, Adrien Floch, il nous invite à suivre la vengeance d’une jeune fille qui a vu sa famille tuée ou enlevée par la compagnie des sombres écumeurs. Si elle parvient à en réchapper miraculeusement, elle en garde une séquelle physique : un bégayement. Elle sera recueillie dans une institution pour jeune fille, mais en sera vite chassée et c’est dans la rue qu’elle va parfaire un don unique qu’elle a découvert à l’institution : celui de figer le temps. Sa priorité est de retrouver les 7 assassins de sa famille et le premier d’entre eux est un sage.


©Soleil édition 2016.

Prévu à l’origine dans un univers historique, cette histoire se déroule une nouvelle fois dans une ambiance de fantasy. Mais elle a ceci d’originale par rapport aux histoires habituelles d’Arleston qu’il ne va pas être question de sauver le monde. On va suivre la vengeance impitoyable de Sangre et le moins que l’on puisse dire c'est qu’elle n’y va pas par quatre chemins. Les événements tragiques qu’elle a vécue et la vie dans la rue lui ont forgé une détermination sans faille, voire cruelle. En cela, le personnage est tout à fait intéressant et pose question : faut-il se fait justice soit même ?

Un très bon premier album qui vaut en premier lieu pour son personnage.


Le couvertures des 3 albums - ©Soleil édition 2016.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse