Soleil : Nains T9, Elfes T19, Orcs et Gobelins T1

/ Critique - écrit par plienard, le 04/12/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Les Orcs et les Gobelins viennent empiéter sur les terres des Elfes et des Nains. Ca promet de belles aventures.

Nains - Tome 9 : Dröh des errants - note : 8/10

Nouveau tome, nouveau nain. Voilà à peu de choses près l’adage de la saga Nains qui suit le modèle d’Elfes. Nous sommes dans la saison 2 et à l’ordre des Errants de s’y coller. Jarry s’acoquine de Paolo Deplano pour ce tome. Deplano et Jarry, c’est une équipe qui se connaît bien et les deux hommes ont même déjà collaboré sur Nains. Après Aral du Temple, le tome 3, les voici sur Dröh des Errants.


© Soleil 2017.

 Dröh, ce n’est pas un petit nouveau. Dans le tome dédié au Errants, il était déjà là. C’est un marmouze et pas n’importe lequel puisqu’il est le fils d’Oösram. Après la révolte d’Oösram, Dröh a voulu vivre comme son père l’avait dit : apprendre la liberté pour continuer la lutte et être reconnu par les autres ordres. Après de longues années d’exil à apprendre à se battre et à vivre libre dans les terres des Orcs, il revient au village. Mais le temps a passé et les choses ont changé. Son beau frère continue la lutte mais dans une forme moins guerrière, plus politique et économique. Cette forme de combat ainsi que les années passées dans les terres sauvages font de Dröh un nain perdu et en décalage. Il s’est préparé à une guerre et à un monde qui n’existe pas. Il doit donc trouver sa place et trouver un sens à sa vie. Ce sera donc l’exil à nouveau et sans rien gâcher, il y aura de l’intrigue, de la guerre et des Orcs. Il y aura également une quête spirituelle sur le sens de la vie et sur le karma. Bref, Dröh va apprendre à s’élever, à lutter et à découvrir ce qui peut véritablement donner un sens à ce qu’il ne connaissait qu’en principe. Une quête spirituelle autant que physique qui nous présente le monde de Nains au-delà des terres connues. Nous voyageons avec Dröh aux frontières du royaume et nous allons même à la rencontre des Orcs. Un bon moyen de voir leur société et d’avoir l’eau à la bouche pour la nouvelle saga de cet univers (Orcs et Gobelins).

Ce tome se laisse donc lire avec plaisir et ce plaisir est également celui des yeux avec un travail impeccable de Deplano. Les combats comme les paysages sont précis et colorés. On savoure donc ce tome et on attend avec impatience la suite de la saison deux avec au programme : l’ordre du Bouclier.

 

Orcs et Gobelins - Tome 1 : Turuk - note : 8/10

Après Elfes (20 tomes, série en cours) et Nains (9 tomes, série en cours), quelles autres familles pourraient faire l'objet d'une série d'héroïc-fantasy similaire et originale ? Les orcs à n'en pas douter ! Les Gobelins, autrement qu'en mode humour, pourquoi pas ! Et ce sera finalement les deux, monseigneur !


© Soleil 2017.

 Les auteurs se sont laissés convaincre par leur public et c'est donc la série Orcs et Gobelins qui voit ici le jour avec un premier album sur l'orc Turuk, union entre un orc et une elfe. Mais ça c'est Turuk qui l'affirme. Et ce que dit un orc n'est pas forcément à prendre comme argent comptant.

Lorsque Turuk se réveille, il a un violent mal de crâne et a partiellement perdu la mémoire. Il ne sait donc pas ce qu'il fait dans cette ville totalement abandonnée. Enfin presque, parce qu'un archer semble l'avoir pris pour cible, et d'étranges créatures se terrent dans l'obscurité. Heureusement, il retrouve deux autres collègues qui lui font une explication de la situation. 

Cette nouvelle série bénéficie de la même qualité que ses prédécesseures (Elfes et Nains). Les auteurs, Jean-Luc Istin et Diogo Saïto signent un premier tome qui laisse encore entrevoir de bons moments de lecture. Outre les liens forts avec les deux autres séries, l'essence même des races d'Orcs et de Gobelins vont amener à des histoires avec des personnages particulièrement intéressants et inhabituels. Turuk nous le prouve ici. Il ne faut pas s'attendre à des personnages honnêtes et droits, ce n'est pas dans leur nature, mais c'est ce qui fait leur charme.

 

Elfes - Tome 19 : L'ermite de l'Ourann - note : 7/10

C'est un album un peu à part dans la série Elfes dont il sera question ici. Ce dix-neuvième tome est consacré à la race des semi-elfes (comme le 4ème, 9ème et 14ème) et plus particulièrement au premier semi-elfes, celui qui fut le fruit d'une union entre un homme et une elfe.


© Soleil 2017.

 Mais ce fameux premier semi-elfe est un mythe pour cette race et un conte pour les autres. Deux semi-elfes, Orunthhial et Tei hoph, vont alors vouloir prouver la véracité de cette légende et partir à sa recherche. Deux elfes blancs et une humaine vont les accompagner.

c'est Éric Corbeyran qui se charge de faite vivre cette race avec une nouvelle fois la complicité du dessinateur serbe Bojan Vukic (déjà sur le tome 14) avec un concept intéressant : la quasi absence du personnage qui a le rôle-titre. Autre élément d'intérêt, c'est le rôle des autres familles d'elfes et notamment ici, les elfes blancs. Une quête de vérité pour retrouver son honneur, quand d'autres tentent de garder leur suprématie.


Les couvertures des 3 albums - © Soleil 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse