Soleil : Elfes T16, Les Maîtres inquisiteurs T6

/ Critique - écrit par plienard, le 27/02/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Deux fins de cycles

Elfes - Tome 16 : Rouge comme la lave - note : 9/10

Cinq familles d'elfes, cinq albums consacrés à chacune des familles, c'est le concept de Jean-Luc Istin pour cette série Elfes. Les Bleus, les Blancs, les Noirs, les Sylvains (les Verts !) et les semi-elfes. Un premier cycle pour les présenter avec des histoires différentes mais toutes plus prenantes les unes que les autres. Et puis, ce cross-over qui dure depuis le tome 6 et qui touche toutes les familles d'elfes.


© Soleil 2017.

 L'elfe noire, Lah'saa, une nécromancienne, est revenue d'entre les morts pour se venger et conquérir les terres d'Arran. Personne n'est en mesure de l'arrêter, elle et son armée de goules.

Ce tome 16 met un terme au cross-over. Lah'saa prend possession de la citadelle des elfes noirs, Slurce, et attend l'affrontement final contre la coalition des elfes, des hommes et des nains.

Si on pensait que le scénariste, Jean-Luc Istin, nous avait déjà tout dit, il réussit encore à nous surprendre avec une nouvelle famille d'elfes disparue. Et surtout, il arrive à renverser l'opinion qu'on a de certains personnages et à insinuer le doute. Lah'saa est-elle réellement cet être démoniaque qu'on nous dépeint depuis tout ce temps ? N'y-a-t-il pas une part de bien en elle ?

Kyko Duarte aura signé quatre albums de la série  (tomes 1, 6, 11 & 16, la famille des elfes bleus) avec autant de réussite. Le seul bémol qu'on pourrait apporter c'est le format des cases parfois trop petites pour cette fresque finale où il y a tant de choses à dire et à montrer.

Ce tome 16 finit en apothéose une série qui n'est pas prêt de s'arrêter.

Les Maîtres inquisiteurs - Tome 6 : À la lumière du chaos - note : 6/10

Si ce tome final était attendu avec une certaine impatience (on y retrouve les maîtres inquisiteurs des albums précédents), il déçoit un peu par ses dialogues.


© Soleil 2017.

 

Outre quelques faites d'orthographes avec un 'e' oublié par-ci (page 8, case 3) et un 'e' en trop par-là (page 64, case 3), on ne peut pas dire que les dialogues soient transcendants. Malgré un final plus à la hauteur de nos attentes, l'album doit tout à son dessin avec un Stefano Martino en grande forme avec des découpages et des mises en page ambitieux.

Il devient clair maintenant que c'est au sein même de l'inquisition que se trouve le traître qui veut le retour de la guerre, et par voie de conséquence, de la magie. Car celle-ci est liée au chaos que les conflits provoquent. Reste à identifier le traître. D'autant qu'il ne fait pas de doute qu'il va profiter des célébrations anniversaires de la fin du chaos pour tenter d'assassiner les monarques Aquillon et Assynia, gages de la paix retrouvée.


Les couvertures des 2 albums - © Soleil 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse