Soleil : Les blondes T25, Wunderwaffen T10, Les P’tits diables T22

/ Critique - écrit par plienard, le 23/12/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Un frère et une sœur insupportables et des blondes encadrent une uchronie sur la seconde guerre mondiale qui met en action des super-armes.

Les blondes – Tome 25 – note : 5.5/10

Et c’est toujours 40 pages de gags sur les Blondes que Gaby, le scénariste, et Dzack, le dessinateur, nous invitent à lire pour la vingt-cinquième fois.


©Soleil 2016.

On démarre plutôt bien avec une couverture qui annonce la couleur (blonde évidemment) de l’album où le personnage de Vanessa espère que le cadeau qu’elle tient dans la main est celui qu’elle attend : un poney ! Quand l’envie est plus forte que la raison !

malgré cette bonne entrée en matière, tout ne nous a pas fait rire. Il y a quelques gags qu’on voit arriver gros comme une maison (le gag sur les murs justement). Mais il y a aussi quelques bonnes idées comme celles qu’ont les auteurs de se mettre en scène. Cela a pour conséquence de rendre Vanessa un peu plus réelle. De là à penser que les blondes existent vraiment, il n’y a que 25 albums à franchir.

 

Wunderwaffen – Tome 10 : La nuit des armes miracles – note : 7/10

Dans ce dixième tome de Wunderwaffen, l’Allemagne réagit après avoir appris que les américains eux aussi possédaient des super armes ! Et la réaction va se faire cinglante. Tous les projets en cours de test les plus avancés vont être déclenchés : attaque de sous-marins dernières générations dans le port allié de Fremantle en Australie, envoi d’un missile transatlantique sur New York, déploiement des super-tanks Maus sur le front de l’Est !


©Soleil 2016.

Richard D Nolane aime la science-fiction et sa série Wunderwaffen nous le prouve. C’est une montée en puissance des événements que le scénariste opère dans ce tome 10. Outre le fait que ce mélange science-fiction – uchronie est extrêmement original, l’histoire est aussi prenante car on ne voit pas du tout sur quoi on peut déboucher. Le lecteur est alors tenu en haleine et chaque tome amène son lot de nouveautés et de suspens. Après l’invasion allemande, l’invasion E.T. est-elle en passe de se réaliser ?

Maza continue de dessiner vite et bien dans le pur style de l’école balkanique.

 

 

Les P’tits diables – Tome 22 : Super frèreman – note : 7/10

C’est avec la couverture d’un frère tout puissant qu’on démarre le vingt-deuxième album des p’tits diables d’Olivier Dutto. Le gamin prendrait enfin sa revanche contre son alien de sœur ? Rien n’est moins sûr, car dès les premières pages, Nina le rabaisse comme à l’accoutumée. Il faut dire que Tom lui tend facilement la perche. Et c’est Grippy – qui a déjà fêté ses trois albums – qui en fait les frais.


©Soleil 2016.

Dans ce nouvel opus, les deux frère et sœur sont de retour pour toujours plus de chamailleries. Et cette fois Tom a décidé de ne pas s’en laisser compter. Il est prêt à affronter sa sœur tel un super héros venu sauver tous les frères victimes de leur sœur.

Olivier Dutto aurait-il l’envie inavouée de réaliser un album de super-héros ? Il s’amuse en tout cas avec son héros en herbe qui découvre pourquoi les super héros n’ont pas de sœur. C’est quand même plus simple pour sauver le monde.

L’énergie d’Olivier Dutto semble intacte et il signe un album fidèle à la série où tout ce qui lui donne de la qualité est toujours présent.


Les couvertures des 3 albums - ©Soleil 2016.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse