Dupuis : Buck Danny T56, Rampokan, Zombillenium T4, Les tuniques bleues T62

/ Critique - écrit par plienard, le 21/12/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Feux d'artifices des éditions Dupuis avec ces quatre albums qui sont autant de bonnes idées de cadeaux pour les fêtes.

Buck Danny - Tome 56 : Vostok ne répond plus - note : 7,5/10

56 tomes qu'on attendait cela, soit plus de 70 ans. "Il y a bien eu lady X une fois ou deux", mais aucune femme n'a réellement attiré l'œil de notre héros-aviateur. Et c'est une scientifique, une virologue russe très exactement, qui remporte la palme. Il faut dire qu'elle est tout simplement magnifique. Et si c'est Sonny qui jette tout d'abord son dévolu dessus, il s'incline devant l'intérêt inattendu de son meilleur ami. Le conte de fée serait idéal si l'intervention de Lady X ne venait pas compromettre un amour naissant, mais aussi et surtout l'humanité toute entière.


© Dupuis 2018.

 Le duo Frédéric Zumbiehl et Gil Formosa, respectivement au scénario et au dessin, officie depuis trois albums (tome 54) pour un résultat plus que probant: des intrigues captivantes, des personnages qui évoluent avec leur temps, et j'ai un petit faible pour la sensualité des femmes dessinées par Gil Formosa.

 

Zombillénium - Tome 4 : La fille de l'eau - note : 6,5/10

C'est le retour extrêmement attendu d'Arthur De Pins et de sa série Zombillénium aux éditions Dupuis. Après un long passage par la case cinéma-animation, pour un résultat assez modeste en terme de succès (plus de 260 000 entrées), soit cinq ans d'absence, on retrouve Gretchen, Aurélien, Francis et les autres pour un sabbat de sorcières dans lequel se joue le parc d'attraction Zombillénium.


© Dupuis 2018.

 Le parc est une entreprise florissante, qui marche du feu de Dieu ! (oups pardon !) du feu du Diable. Les visiteurs sont au rendez-vous (deux millions), le chiffre d'affaire plus que positif (un milliard) et les âmes récupérées près de 10 000 ! Mais pendant que le propriétaire Behemoth met son parc en jeu, Gretchen et Aurélien organisent l'évasion des âmes damnées lorsqu'une mystérieuse sorcière vient contrecarrer leurs plans. Mais que fait la police pendant ce temps ?

Arthur de Pins signe un retour attendu avec une histoire qui a un gros défaut : elle est trop courte (dixit la réflexion d'une adolescente de 13 ans, fan de la série) ! On retrouve bien tout nos personnages préférés, avec quelques petits nouveaux comme la policière et son collègue transformé en lapin. Il y a surtout cette nouvelle sorcière aux pouvoirs énormes contre laquelle Gretchen ne semble pas de taille. Outre le désir de vouloir une histoire plus longue, Arthur de Pins nous offre une intrigue un peu alambiquée dans laquelle les liens entre la nouvelle sorcière, le changement de propriétaire et la volonté de Behemoth de vendre ne sont pas forcément évident. Reste le final qui ouvre de nouvelles portes et laisse entrevoir de nouvelles intrigues à suivre.

 

Les Tuniques bleues - Tome 62 : Sallie - note : 7/10

Pour cette fin d'année 2018, le duo Cauvin-Lambil nous propose un nouveau "Tuniques bleues". Leur tome 62 avec pour titre le nom d'une chienne qui sera la guest-star de cet épisode.


© Dupuis 2018.

 Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'un animal prend la vedette à nos deux amis, puisqu'Arabesque, le cheval de Blutch, a eu droit à son album (le 48).

Comme pour chaque album, l'histoire est truffée de petites anecdotes authentiques. Ici, les animaux et notamment les chiens y tiendront une place prépondérante.

Pour Chesterfield, ce nouveau tome sera sans doute à part puisque que Sallie, la chienne, va le prendre en affection et l'aider dans sa nouvelle mission : capturer un confédéré pour le faire avouer les positions des Sudistes.

Humour et émotion parsèment avec réussite de soixante-deuxième tome des Tuniques bleues.

 

Rampokan - note : 8,5/10

Ce n'est pas un album inédit dont il est question cette fois, mais d'une réédition qui réunit les albums en version néerlandaise Rampokan: Java (1998) et Rampokan : Célèbes (2004) et dont les versions françaises sont parues aux éditions Vertige Graphic respectivement en 2003 et 2005.


© Dupuis 2018.

 La collection Aire Libre des éditions Dupuis propose une version en couleur ainsi qu'une nouvelle traduction de ce chef d'œuvre du hollandais Peter van Dongen. Un nom qui vous dit peut-être quelque chose depuis un mois puisqu'il signe les dessins du tome 25 des aventures de Blake et Mortimer.

Rampokan est un terme indonésien lié à un rituel destiné à exorciser les dégâts causés par une panthère ou un tigre.

1946. Johan Knevel est de retour en Indonésie qui réclame son indépendance  au pays colonisateur, les Pays-Bas. Parti pour faire ses études en Hollande, il revient "chez lui", au sein d'un contingent de volontaires venu renforcer l'armée coloniale avec l'espoir de retrouver sa nounou. Mais dans le bateau qui l'emmène en Indonésie, un drame va se dérouler. Au cours d'une bagarre, il va provoquer la mort du communiste Verhagen et va cacher son crime. Mais Frits, un autre volontaire, va être témoin de la scène. Cet incident va traumatiser le pauvre Knevel et le poursuivre dans tout l'album.

Peter Van Dongen est désigné comme le nouveau maître de la ligne claire intelligente. Si le dernier adjectif peut apparaître pompeux et présomptueux, il caractérise bien la différence entre le dessin d'Hergé et le sien. Ainsi, au travers de cette intégrale, le côté Tintin (ou même Bob et Bobette) saute aux yeux. Mais le sujet et le traitement qui en est fait donnent un réalisme plus poignant qui est sans doute dû, aussi, aux origines de l'auteur puisqu'il est lui-même de père hollandais et de mère indonésienne.

Un récit dans lequel Knevel va tenter d'exorciser le meurtre de Verhangen, mais qui traite aussi du sujet de la décolonisation. En cela Van Dongen reste très lucide et offre des coloniaux réellement antipathiques et n'exclut pas son personnage principal de quelques réflexes et réflexions colonialistes. En cela, on ne peut qu'adhérer aux désirs d'indépendance des indigènes.

 


Les couvertures des 4 albums - © Dupuis 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse