Panini Comics - Marvel Now : Le changement, c'est maintenant !

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 14/05/2014

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 1 réaction

Marvel Now, c'est le renouveau de la maison des idées et pour être à la hauteur de leur surnom, Marvel n'a pas hésité à bousculer les habitudes de nos héros !

Je vous en avais déjà touché deux mots mais si vous suivez l’univers Marvel, vous le saviez également. Suite au crossover Avengers vs X-Men, le monde a changé et les séries phares de ce monde également. Ainsi tout comme son illustre concurrent et ses New 52, nous plongeons dans une refonte de taille sous le label Marvel Now. Tout le monde y passe et le slogan : « join the revolution » (rejoignez la révolution) n’est pas usurpé. Un tel événement mérite donc un zoom au travers de trois grandes franchises de la maison des idées.

MARVEL NOW! : ALL-NEW X-MEN 1 – 8/10

 
Du neuf avec du vieux !

Je commence avec mes chouchoux : les X-Men. Suite aux évènements précédents, de nouveaux mutants apparaissent sur ma planète. Plus que jamais, il faut les guider et les protéger. Pour cela : deux écoles : celle de Wolverine dans le fameux manoir de l’école Jean Grey où le personnel collabore avec le monde entier et tente la partie du pacifisme et de la neutralité. Ou l’école de Cyclope avec son école Charles Xavier qui joue la carte du rebelle terroriste. Les deux bords veulent protéger les mutants mais les styles sont opposés. Pour faciliter leur vie, Brian Michael Bendis, l’auteur phare de ces dernières années, insinue dans la tête malade du Fauve, l’idée que Cyclope devrait se faire critiquer par son alter-égo du passé. Un saut dans le temps plus tard, les X-Men des années 60 sont dans le présent. L’idée est surprenante, un peu surréaliste mais mine de rien, cela fonctionne et donne lieu à des situations punchy et comique (les deux Iceman par exemple). Je regrette cependant le peu de relief de Wolverine ou encore le côté trop tranché de Jean Grey. De plus, Fauve qui remettrait en question l’espace-temps, ça me paraît un peu gros  même en prenant en compte le fait qu’il serait mourant. Cependant, c’est l’occasion de découvrir de nouveaux mutants comme Triage ou Tempus qui ont un fort potentiel ou encore de voir le Fauve sous un nouveau look qui va, je l’espère durer. Cela changera du look qu'affectionnait Grant Morrison qui avait plus de dix ans et qui faisait passer Hank pour un fan de la Belle et la Bête. Visuellement, cet album est plein de promesse grâce au travail de Stuart Immonen qui signe un album irréprochable ou presque. Les rafales optiques de Cyclope par exemple, sont de toute beauté.

 

MARVEL NOW! : SUPERIOR SPIDER-MAN 1 – 7/10


Spider-Man 2.0 ? .

La vie de Peter Parker n’a rien de simple, on le sait depuis des années mais Dan Slott a décidé de lui pourrir la vie davantage. En effet, si vous pensiez que : jeter le mariage de Peter aux orties,  les histoire de clones ou le mariage de sa tante May avec Jonah sénior (faisant du pire détracteur de Spidey son cousin) était le pompom, et bien vous vous trompiez lourdement. En effet, après son ultime combat contre Octopus, Spider-Man est possédé par l’esprit de son ennemi. C’est donc Otto Octavius qui contrôle le corps du héros et il va l'utiliser le pour essayer de surpasser Spider-Man en tout point. D’où l’idée de Superior Spider-Man ! (CQFD n’est-ce pas ? ) Peter n’est pas oublié puisqu’il sera spectateur invisible et éthéré de la situation et il apportera son humour à la série. Si tout cela paraît gros par endroit, on ne peut pas nier l’efficacité de cette nouvelle version du héros. Technologie, action, humour et plus encore nous attendent. Même en étant réfractaire à l’idée, ce Superior Spider-Man a de quoi convaincre. Les dessins de Stegman et Camuncoli sont d’ailleurs impeccables et je salue le travail effectué sur le costume du héros. Alliant classique et technologie, il évolue même durant les combats selon les stratégies développés par ce Spider-Man qui, s’il manque d’instinct, compense largement par son sens aigu de la technique. A découvrir.

 

MARVEL NOW! : CAPTAIN AMERICA 1 – 7/10


Il a dû faire toutes les guerres ...

Héros noble par excellence, Steve Rogers a le droit à sa propre série pour fêter Marvel Now. Il a connu un paquet d’ennemis et de surprises mais il ne s’attendait pas à celle là. Il faut avouer que nous non plus puisque pour une fois, Cap’ ne sera pas en train de taper des méchants aux costumes fluos ou de jouer les espions. Ainsi, alors qu’il partait jouer les infiltrés dans un groupuscule louche, il se retrouve dans une autre dimension où son ennemi Arnim Zola dirige tout. Il tente donc de torturer notre héros qui s’échappe. Dans sa fuite, il hérite d’un enfant qu’il va former à la survie et à la lutte contre Zola et son armée. La première partie durera dix années pour le Captain et le moins que l’on puisse dire, c’est que Rick Remender n’y va pas avec le dos de la cuillère pour bousculer le héros. Il faut dire qu’il avait fait du Punisher une créature digne du docteur Frankenstein alors pour Cap’, il n’a pas lésiné sur le dépaysement. Cela marche puisque l’on se laisse prendre au jeu malgré quelques impressions de déjà vu dans les relations entre les enfants et les « parents ». Captain America est donc bien servi niveau intrigue et cette impression est vraie également pour le dessin puisque c’est  John Romita Jr.qui signe les planches. Son trait caractéristique fait fureur pour dépeindre la dimension Z et les créatures qui la composent. De même, Steve Rogers a un impact indéniable dans ses combats où seul contre tous, il parvient à survivre à grand coups de bouclier. Si vous voulez voir un Captain America qui sort des sentiers battus, c’est tout à fait le comics qu’il vous faut.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse