7.5/10Spider-Man - Le Dernier Combat

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 09/04/2012
Notre verdict : 7.5/10 - plus qu'à toile ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Spider-Man a le vent en poupe cette année et c’est encore l’occasion, pour les fans, de remplir les trous dans leur culture arachnéenne avec un nouvel album qui est un pavé qui contient l’une des grandes aventures de notre héros parue entre 2004 et 2005. Aux commandes du navire, Mark Millar, le papa de Kick Ass, NemesisWanted ou encore Old Man Logan, qui compte bien transmettre à Peter Parker quelques notions empruntées à son univers sombre. Pour l’aider dans son entreprise, il est notamment entouré de Terry Dodson et de Frank Cho. Le premier est un habitué des X-Men notamment avec Age of Apocalypse mais il est aussi un artiste subtil avec ses travaux sur Wonder Woman, Harley Quinn et Trouble. Cho, de son côté, a un parcours assez semblable. En effet, il sait faire dans le héros musclé (Hulk et New Avengers) mais a aussi un certain savoir-faire dans les histoires plus féminine via Shanna the She-Devil ou encore son expérience chez Penthouse Comix. Ces artistes sont-ils prêt pour le monde coloré de l’homme araignée ?


Jonah a t-il un scoop ?
Si l’on se base sur la trame du récit, c’est plutôt Spider-Man qui ne s’attendait pas à ce qui lui arrive. En effet, après un énième duel avec le Bouffon Vert, il pense rentrer chez lui pour soigner ses bleus et prendre un bon bain. Seulement, un ennemi du Tisseur qui connaît sa véritable identité, profite de l’absence du bon samaritain pour kidnapper sa tante May. La vieille dame au grand cœur et qui est comme une mère pour notre héros est donc en danger et Spider-Man doit donc tout faire pour la trouver. Néanmoins, ce n’est pas facile pour lui d’enquêter lorsque tous ses ennemis semblent sortis de prison et que les sentiments sont également de la partie. Spiderman, perdu et contre la Terre entière, ça marche plutôt bien lorsque Millar tire les ficelles. Au passage, nous avons même des évolutions majeures de ses ennemis comme le Scorpion ou Venom et même quelques combats d’anthologie. Certes, Electro ou le Vautour, ce n’est pas tape à l’œil de prime abord mais l’auteur contourne le problème en ajoutant la Chatte Noire et en gardant l’enquête sur la disparition de tante May en fil rouge. Le seul problème de Millar dans tout ça, ce sera son envie de « millardiser » le récit à un moment avant de se raviser. Il n’avait pas besoin de nous ressortir sa grande théorie du complot des vilains surtout qu’elle ne servira que trois pages.


Doc Oc' est naturellement présent !
Côté forme, Spidey a la pêche et les autres protagonistes également. Les bastons rendent chaque coup aussi spectaculaire que douloureux. De plus, la Chatte Noire est l’atout charme de cet album. Elle est d’ailleurs une alliée de qualité puisque par amour pour notre tisseur, elle va mettre tous ses talents à l’œuvre. Nous aurons également le plaisir de voir les Vengeurs à l’œuvre dans un rôle où Spider-Man retrouve son côté paria. Certes, Millar ne se mouille pas trop pour ce côté là mais cela rend la rencontre cocasse. Ainsi, Cho et Dodson font dans le classique et l'efficacité avec cet album.

Un album qui fait date puisque nous avons les prémices de Brand New Day et des évolutions de Venom. De plus, le héros, malgré quelques digressions, est saisissant de vérité dans cet album. Plus qu’un joyeux luron, il est un homme sensible toujours en quête d’une certaine forme de rédemption et de justice.

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Tuniques bleues (Les)
Tuniques bleues (Les)
Sambre
Sambre