Panini Comics - Amour et guerre chez Marvel !

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 19/08/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux grosses sorties chez Panini Comics avec un album consacré à l'amour et un autre consacré à la guerre.

Daredevil Spiderman Hulk - 7.5/10


DR.

Jeph Loeb et Tim Sale sont des vétérans des comics et ils connaissent les super-héros sur le bout des doigts. Afin de nous présenter trois héros phares de Marvel Comics, ils ont décidé de parler d'amour. Un grand super-héros a un coeur qui bat et une belle (parfois en détresse) à aimer et sauver. Ainsi, sous forme de thérapie, trois héros reviennent sur l'amour qu'ils ont eu pour une femme qui est maintenant disparue. Daredevil ouvre la marche où il se met à soigner la douleur de la perte via l'écriture. Il écrit donc à Karen Page et il revient sur leurs premiers moments : de la première rencontre au sauvetage en passant par le triangle amoureux qui les liait au meilleur ami de Daredevil. On y voit notre héros douter et être comme un jeune ado maladroit quand il s'agit de Karen. La transition avec l'histoire suivante est presque naturelle puisque c'est le plus maladroit des héros qui continue cet album : Spider-Man. Il a beau être marié, il avait besoin d'exorciser la mort de Gwen Stacy, la petite amie dont il a brisé la nuque lorsqu'il a voulu la sauver du bouffon vert. Nous avons une histoire qui nous montrait un Peter Parker comme l'homme le plus chanceux du monde : deux femmes pour s'occuper de lui, un ami millionnaire. Mais également malchanceux car Peter doit combattre le crime en permanence et qu'il comprend toujours trop tard quand il peut prendre du bon temps. Quitte à jouer la malchance, autant appeller Hulk ! Son alter égo, Bruce Banner, vient consulter son psy et ami Doc Samson et il revient sur ses premiers pas en Hulk. Il revient également sur Betty Ross, la femme qu'il aime et qu'il tente par tous les moyens d'approcher malgré sa transformation en monstre vert surpuissant chassé par son beau-père psychopathe.

Trois histoires et trois douleurs de la perte presque palpable. On voit également qu'au fil de l'histoire, nos héros "guérissent" et que la thérapie (écriture, dictaphone, psychologue) fait son effet. L'ensemble est porté par le dessin de Tim Sale qui la joue très vieille école pour son choix de couleurs et le dessin de nos héros. Le seul petit bémol est le côté prévisible des trois histoires car les fans sauront comment les évènements vont survenir vu qu'ils sont devenus cultes et qu'ils datent pour certains de plus de 40 ans ! Un bel album en tout cas qui montre le part humaine des super-héros.

Marvel Events - Civil War - 8/10


DR.

Avec le film Captain America : Civil War, il était impossible pour les fans de Marvel de ne pas avoir envie de lire ou relire Civil War sorti en 2006. Le pitch est simple : Mark Millar et Steve Mc Niven signent un évènement XXL pour l'univers Marvel. Après un sauvetage râté qui provoque la mort d'une ville, Iron Man décide qu'il est temps d'agir et que les super-héros doivent être déclarés et formés. Il veut être la figure de proue d'un changement qui pour lui aura lieu avec ou sans eux. Pour sauver les héros et continuer de sauver le monde, il lance donc la loi d'enregistrement des super-héros. Tout le monde ne voit pas les choses comme Iron Man. En tête de liste : Captain America pour qui la loi est liberticide, fasciste et qui va priver les héros de leur liberté face aux gouvernements. Chaque héros va donc choisir son camp (les X-Men vont plutôt la jouer neutre) et la guerre civile sera déclarée. Dans cet album, les évènements principaux sont relatés et il fait figure de résumé parfait pour ceux qui voudraient lire et comprendre Civil War. L'histoire Confession écrite par Bendis fait office de conclusion parfaite à cet album. Visuellement, c'est également une claque puisque Mc Niven présente des héros aux formes harmonieuses et crédibles qui bougent de façon réalistes et héroïques à la fois. Dans le genre bonus, Howard le canard a le droit à une histoire et c'est l'occasion d'avoir un petit brin de folie dans la très sérieuse Civil War. Ainsi, bien qu'il s'agisse d'une énième édition de l'évènement, nous avons un album qui résume bien les choses, bien dessiné et qui est dans un bel écrin. La couverture et l'album en carton dure envoient du pâté.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse