Delcourt : Jour J T32, L'Homme gribouillé

/ Critique - écrit par plienard, le 19/02/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Jour J - Tome 32 : Sur la route de Los Alamos - note : 7,5/10

Le trio Jean-Pierre Pécau, Fred Duval et Denys revient avec un nouveau récit, sous forme de diptyque, pour la série Jour J, après avoir signé le tome 20 (Dragon rouge). Il y est question toujours de l'Amérique et de son armée, mais cette fois-ci retour à la fin de la seconde guerre mondiale alors que les derniers essais pour la finition de la bombe nucléaire à envoyer sur le Japon se précisent.


© Delcourt 2018.

 Dans la réalité historique qu'on connaît, on sait comment cela finit (la bombe, Hiroshima et Nagasaki, fin de la guerre). Mais avec Pécau et Duval, et selon les préceptes même de la série, les événements peuvent quelque peu différer.

Oppenheimer, le scientifique qui mène les travaux sur la bombe, prend conscience des conséquences de sa création. Il panique et décide de se sauver de Los Alamos, la base secrète dans laquelle sont réunis tous les scientifiques sur le projet. Dans sa cavale, il va rencontrer Jack Kerouac, lui aussi en fuite pour avoir déserté l'US Navy. L'armée, la police et le FBI sont maintenant à leur poursuite.

Duval et Pécau refont l'histoire à leur manière et on ne peut pas dire qu'elle soit déplaisante. L'idée est de faire se rencontrer l'un des créateurs de la bombe et l'écrivain beatnik offre un côté transgressif à ce récit. Une sorte de road trip mis en image par Denys qui nous immerge dans cette période sans trop de difficultés.

 

L'Homme gribouillé - note : 8/10

Serge Lehman et Frederik Peeters laissent à penser qu'ils vont nous proposer une histoire d'"Homme gribouillé". Connaissant l'art de Frederik Peeters (Les pilules bleues, Lupus, Aâma, L'odeur des garçons affamés), on est donc interpelé par ce titre énigmatique.


© Delcourt 2018.

 Betty Couvreur est la fille de Maud, une célèbre autrice de livres pour enfant. Mais elle n'a pas hérité de son talent qui a sauté une génération avec sa fille Clara. Pour l'heure, Maud a fait un AVC et un mystérieux bonhomme, avec un masque de corbeau, la réclame. Betty et Clara vont alors plonger dans son passé et découvrir des choses incroyables.

Et c'est aux frontières de réel que le récit de Serge Lehman (Masqué, La brigade chimérique, Métropolis) et dessiné par Frederik Peeters flirte pendant une bonne moitié du livre se confrontant avec des faits réalistes. On remonte ainsi dans le passé de Betty et surtout de Maud avec des révélations assez déstabilisantes. Puis on passe peu à peu dans des considérations plus fantastiques, en restant toujours sur le fil du rasoir : le lecteur garde le choix pour l'option réaliste ou l'option fantastique. C'est seulement sur la fin que le lecteur verra si son option est la bonne ou pas.

Le sujet est en tout cas intéressant et original pour emporter notre adhésion.


Les couvertures des deux albums - © Delcourt 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse