Delcourt : Henriquet l'homme reine, Jour J T27, Gudessonn T1

/ Critique - écrit par plienard, le 12/04/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Jour J - Tome 27 : Les ombres de Constantinople - note : 6,5/10

Cela fait maintenant quelques temps que la série uchronique Jour J nous emmène dans le passé lointain, et particulièrement au Moyen-age. Ce tome 27 revient sur le siège de Constantinople et comme il se doit, rien ne se passe selon les faits historiques : ce ne sont pas les ottomans qui vont la conquérir.


© Delcourt 2017.

 
Iskander est un jeune albanais dont la famille va être assassinée par les ottomans. Mais devant sa bravoure et son courage, ils en feront un janissaire - ces soldats formant une secte militaire de l'infanterie militaire ottomane composée d'esclaves d'origine chrétienne - efficace mais qui ne perdra jamais de vue ses origines. Durant sa formation, il se liera d'amitié avec Vlaad Basarab, prince de Valachie. Les deux hommes se retrouveront à proposer leur service à l'empereur Constantin, pour défendre la ville contre l'armée du Sultan.
Si vous aimez les histoires de vengeance avec de la violence à tout va, vous allez être servi. L'époque n'est pas réputée pour être la plus joyeuse, surtout dans cette ambiance guerrière, mais ici Fred Duval et Jean-Pierre Pécau semblent trouver du plaisir à aller encore plus loin. Leur personnage de Vlaad est particulièrement cruel et charismatique, et la trait de Yana n'y est sans doute pas étranger. La coloriste de Nous, les morts s'offre sa première bande dessinée en tant que dessinatrice dans un style très balkanique que n'aurait pas renié Igor Kordey. Et si le début montre quelques faiblesses, on sent beaucoup plus de maîtrise au fil des pages. Bienvenue à elle.

 

 

Henriquet, l'homme-reine - note : 8/10

Richard Guerineau, fort de son expérience réussie avec l'adaptation du roman de Jean Teulé, Charly 9, nous revient avec une suite totalement originale ! Il s'agira, cette fois, de Henri III, le frère de Charles IX, suite chronologique et historique donc.


© Delcourt 2017.

 
Richard Guerineau y garde le même ton et la même qualité qui nous ont plu sur Charly 9. Et on découvre un personnage plus complexe qu'il n'y parait sur la couverture. Henri abandonne la couronne de Pologne pour recupérer celle de France. Mais d'emblée n'est-elle pas trop grande pour lui ? Il doit faire face à de multiples adversaires et trahisons sans cesse : les partisans du duc de Guise qui veulent éviter un rapprochement avec les protestants et Henri de Navarre, les huguenots qui ne pardonnent pas la Saint Barthélemy, et les malcontents déçus de la politique du roi et emmené par François d'Alençon.

 

 

Gudesson - Tome 1 : La nuit de Walpurgis - note : 6/10

 C'est un scénario à six mains qui nous est proposé pour cette nouvelle série aux éditions Delcourt. Le trio Didier Convard, Pierre Boisserie et Éric Adam, après la série Roma, signent le premier tome d'une histoire uchronique, assez originale. Les religions monothéistes n'ont jamais vu le jour et c'est un monde régit par les religions polythéistes que l'on va découvrir. L'époque dans laquelle se déroule le récit navigue entre notre époque actuelle et peut-être un peu futuriste.


© Delcourt 2017.

 
Lors de la nuit de Walpurgis - une fête célébrant les dieux nordiques - des nourrissons sont abattus dans une crèche. Seul un enfant, qui a réussi à se cacher, a pu en réchapper. L'enquête est confiée au capitaine Martin Gudesson et son équipe. Mais les pouvoirs publics veulent des résultats et un coupable rapidement, quitte à devoir le créer.
Mr Fab, qui a notamment signé le tome 1 de Spyder, le tome 6 et 17 de Jour J, et le tome 1 de L'Homme de l'année revient avec un style qu'on pourrait qualifier de vintage. On a l'impression de revoir un vieux Bob Morane. C'est un peu déstabilisant au départ, mais on s'y fait au fil des pages car les intrigues finissent, peu à peu, par faire leur effet. On y découvre, plusieurs récits qui finiront par se croiser (le meurtre des nourrissons, la guerre des religions, les secrets d'états).
Le récit manque cependant parfois de finesse ou d'explications. Est-ce le fait d'avoir un premier album et que les auteurs se réservent d'apporter des réponses dans les deux prochains tomes (ce premier cycle est prévu en trois tomes) ? C'est à voir !


Les 3 couvertures - © Delcourt 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse