8/10Jour J - Tome 7 - Vive l'empereur !

/ Critique - écrit par plienard, le 27/10/2011
Notre verdict : 8/10 - God save the emperor (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Un septième album de Jour J est paru. Jean-Pierre Pécau et Fred Duval sont toujours au scénario et Gess est le nouveau dessinateur. Une histoire efficace avec de belles créations et inventions. Cette série est vraiment sympa.

La série Jour J était prévue pour six albums. Six albums où l’uchronie permettait de jouer avec la réalité et d’inventer des choses incroyables, comme Chirac travaillant pour Mitterrand (Jour J n°6) ou les Russes conquérant la lune (Jour J n°1). Mais les possibilités d’une telle série sont immenses et à l’instar de la série 7 (toujours chez Delcourt) qui a démarré un second cycle, un nouveau lot de trois albums est prévu.


DR.
Dans un univers steam-punk, on découvre une France de 1925 où l’énergie électrique est l’énergie maîtresse de l’empire. Bonaparte a réussi à faire la paix, un siècle plus tôt, avec les anglais et l’empire représente maintenant une sorte de communauté européenne fantasmée où seule la voix de la France compte. Mais la paix est toujours fragile et il convient de la soigner correctement. Dans cet environnement, l’ex-capitaine Nerval est du genre plutôt intègre. Ancien soldat, cassé pour son manque de finesse politique (il a donné un fameux coup de poing au colonel Pétain !), il est le parrain d’Arturo Fermi, génie de Polytechnique et frère d’un ancien camarade de régiment, mort au combat à la suite d’une « finesse politique » de ses supérieurs.

Jean-Pierre Pécau et Fred Duval sont toujours à l’œuvre au scénario. Ce dernier retrouve un dessinateur qu’il connaît bien, en la personne de Gess, pour avoir travaillé ensemble sur Carmen Mc Callum (albums n°1 à 8).
Pas facile de viser !
On y reconnaît d’ailleurs son trait spécifique, sorte de ligne claire épaisse. Et si certaines cases manquent un peu de clarté, l’univers dessiné est enthousiasmant et « crédible » (les fusils qui envoient des ondes électriques, c’est une super idée) pour le peu que l’on en accepte les extravagances.

Jean-Pierre Pécau et Fred Duval découpent l’histoire comme un boucher découpe la viande et ils nous servent les meilleurs morceaux pour faire une bonne cuisine. On retrouve Mata-Hari, Adolf Hitler ou encore Pétain terriblement juste dans leur représentation. Ces quelques personnages, ayant véritablement existés (mais aussi Fermi ou Tesla) donnent la part de crédibilité nécessaire au lecteur pour l’embarquer dans cette uchronie d’espionnage et de complot politique.

Au contraire de Dieu qui a fait le monde en six jours et s’est reposé le septième, Pécau et Duval font fi de ce précepte pour nous écrire un nouveau monde dans ce septième album.


DR.

A découvrir
Sambre
Sambre
Caste des Méta-Barons (La)
Caste des Méta-Barons (La)
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6