Delcourt : Jour J T28, Champs d'honneur T5, Centaurus T3, Travis T12

/ Critique - écrit par plienard, le 15/06/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Quatre séries de qualité chez Delcourt sont à l'honneur.

Champs d'honneur - Tome 5 : Dunkerque, mai 1940 - note : 7,5/10

Suite et fin de la série thématique Champs d'honneur de Thierry Gloris aux éditions Delcourt. L'auteur, spécialiste des récits historiques - il a quand même un DEA d'histoire ! - a signé une bien sympathique série de cinq albums sur cinq batailles emblématiques de l'histoire de France et qui peuvent illustrer la question "qu'est-ce qu'être français ? ".


© Delcourt 2017.

 

Ainsi, après Castillon, Valmy, la Bérézina et Camerone, retour à une période pas forcément glorieuse pour l'armée française avec la seconde guerre mondiale, et la bataille de Dunkerque où des centaines de milliers de soldats tentent de fuir l'avancée allemande. Le début de la guerre est une vraie débâcle pour l'armée française et ses alliés et il faut à tout prix rapatrier les hommes pour poursuivre le conflit plus tard.
Dans cet enfer, le réserviste Teyssier est embarqué par le caporal Morel comme conducteur de char. Le premier est un pur communiste et pour lui cette guerre est le "résultat de la folie du capitalisme". Le second est un patriote idéaliste. L'entente n'est pas cordiale mais les événements vont tout de même les rapprocher.
Pour ce cinquième album, c'est l'espagnol Ramon Marcos qui s'attelle aux dessins, au trait classique et sobre, sans grande fioriture. On sent une grande application et une volonté de servir son scénariste histoiren au mieux avec quelques cases à la description emblématique de l'époque (les français sur les chemins, l'avion qui mitraille la plage ...).

Si l'armée française a été en dessous de tout pendant cette période, l'épisode de Dunkerque, qui est une défaite, vient redonner un peu d'honneur et un élan pour la suite du conflit.
Et avec ces cinq albums, vous aurez peut être une petite idée de ce que signifie "être français".

 

 

Centaurus - Tome 3 : Terre de folie - note : 7,5/10

Si les ingrédients de Léo et Rodolphe sont toujours les mêmes, on ne peut pas dire pour autant qu'on soit blasé. C'est toujours avec un certain bonheur qu'on lit leurs albums. Ce troisième tome de leur nouvelle série aux éditions Delcourt fait montée la tension à son maximum.


© Delcourt 2017.

 

Pendant que l'équipe de reconnaissance envoyée sur la planète Véra affronte toutes sortes de bestioles aggressives, elle découvre aussi des reconstitutions de paysages terriens comme le Mont Saint-Michel ou une ville avec ses buildings. En orbite, la situation n'est pas moins préoccupante. On découvre de nombreuses anomalies dans les ordinateurs du vaisseau spatial et des meurtres sont perpétrés, à l'évidence pour empêcher les victimes de parler.
C'est Zoran Janjetov qui s'occupe de mettre en image cet album de science-fiction. Le dessinateur qui a collaboré avec Moebius ou Alejandro Jodorowsky sur Avant l'Incal, les Technopères ou encore Ogregod, donne bien une identité toute "Léo-ienne" à cette série.
Ce  tome n'en finit pas de nous allécher avec une fin particulièrement surprenante et excitante, au point de réclamer déjà le prochain album.

 

 


Travis - Tome 12 : Les tueurs de fer - note : 7,5/10

Alors que le tome 11 nous avait laissé sur notre faim vu qu'on s'attendait à revoir le personnage de Travis et qu'il fut aux abonnés absents, c'est avec un plaisir non dissimulé que je peux dire aux fans de la série qu'il est bien de retour cette fois.
Travis vient en aide aux enfants de Marcos alors que ceux-ci sont en passe d'être exterminés par les milices des cartels et se fait grièvement blessé. Et pendant six ans, il va laisser croire à sa mort. En secret, il cherche un moyen d'infiltrer les cartels et prouver que leurs actions est dirigée par une IA (Intelligence Artificielle) qui cherche à éradiquer la race humaine.
À l'aube de l'avènement des IA dans notre société et notre existence, ce nouvel épisode de Travis sonne comme un récit d'anticipation qui fait froid dans le dos. Vous ne le savez peut être pas encore mais dans les vingt prochaines années, les intelligences artificielles vont prendre de plus en plus de place, dans le but évidemment de nous faciliter la vie (c'est ce que disent leur créateur). Imaginez quelles fassent vos courses sur Internet, vous réservent vos vacances aux meilleurs prix, que ferez vous de tout ce temps ?


© Delcourt 2017.

 

Alors quand on lit Travis - qui se déroule à partir des années 2050 - on se dit qu'on est peut être en face d'une bande dessinée d'anticipation tel Jules Verne qui nous envoie sur la Lune. Mais ici, c'est Fred Duval qui se prend pour le célèbre romancier.
Christophe Quet signe les dessins de cette série cyberpunk d'anticipation pour le second tome de ce nouveau triptyque annoncé. On n'est pas encore dans le no future mais on s'en rapproche.

 

 

Jour J - Tome 28 : L'aigle et le cobra - note : 7/10

Ce vingt-huitième tome de la série Jour J est la suite annoncée du tome 23, La République des esclaves. On y retrouve Jules César, devenu aveugle depuis les événements du tome 23 et qui s'est retiré des affaires. Mais il garde une oreille attentive à ce qu'il se passe à Rome et il garde une influence et une aura auprès du Sénat. C'est ce qu'a bien compris Brutus qui entend bien l'utiliser pour ramener Cléopâtre et Antoine à la raison et les empêcher de marcher sur Rome dans un bain de sang.


© Delcourt 2017.

 

Fafner est aussi le dessinateur après le tome 23. On retrouve son trait si particulier, extrêmement pointu, voir grandiloquent parfois mais qui apparaît aussi figé. C'est un style qu'on aime ou pas mais qui a l'art de donner beaucoup de solennel et d'emphase au récit. Il est un mélange de moderne et de classique qui bénéficie au récit de Fred Duval et Jean-Pierre Pécau. Les deux scénaristes n'hésitent pas à faire un joli pied de nez à l'Histoire concernant Brutus et César. Il est vrai qu'on est en pleine uchronie et que les faits historiques peuvent être revus et corrigés au bon vouloir des auteurs. Ces deux-là n'hésitent plus depuis longtemps pour notre plus grand bonheur.


Les couvertures des 4 albums - © Delcourt 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse