8/10Spirou et Fantasio, intégrale n°15

/ Critique - écrit par plienard, le 05/08/2014
Notre verdict : 8/10 - Spirou s'émancipe

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Tome et Janry sont parmi les plus prolifiques auteurs de Spirou et pas les moins talentueux. Ils font entrer leurs héros dans leur époque.

La galère pour Tome et Janry, c’est fini. Ils sont enfin devenus les repreneurs officiels des aventures du groom. Libérés du poids de la non-reconnaissance, ils écrivent parmi les meilleurs albums de la série entre 1988 et 1991. Quatre histoires – les albums 40 à 43 – avec le diptyque La frousse aux trousses et La vallée des bannis et le retour de méchants emblématiques dans Spirou et fantasio à Moscou et Vito la deveine.

Quatre albums durant lesquels la relation Spirou – Fantasio va être mise à rude épreuve. Le groom attire la lumière et reçoit tous les lauriers ce qui n’est pas sans conséquence sur son fidèle compagnon.

 


DR.

La frousse aux trousses

Prépubliée dans le journal de Spirou entre avril 1988 et septembre 1988, cette aventure est ensuite publiée en octobre 1988 avec le numéro 40.

Spirou est devenu conférencier-aventurier. Il présente ces aventures  mais remporte peu de succès. Cela pose un problème de liquidité pour le prochain voyage au Touboutt-chan, près du Népal, où ils veulent retrouver les traces d’explorateurs disparus. La providence (ou les scénaristes, c’est selon !) leur envoie le docteur Placebo qui veut guérir quelques patients de la spasmodia maligna, en d’autres mots, un hoquet maladif.

Un album un peu particulier que celui-ci, avec ces personnages inquiétants dont on sait peu de choses au début comme à la fin. Ils servent d’alibi aux auteurs pour pouvoir emmener leurs héros dans ce pays qui rappelle la Corée du Nord. Au final, ce 40ème album est plus une introduction à l’album suivant qu’un épisode à part entière.

 

La vallée des bannis


DR.

Prépubliée dans le journal de Spirou entre juin 1989 et octobre 1989, cette aventure est ensuite publiée en novembre 1989 avec le numéro 41.

Disparus dans l’album précédent, on se doutait bien que Spirou et Fantasio n’avaient pas péri noyés. Ils se réveillent dans une grotte avant d’atterrir dans une vallée entourée d’une gigantesque muraille. Un microcosme s’est mis en place avec des espèces endémiques comme ce moustique dont la piqûre rend fou furieux. C’est d’ailleurs le pauvre Fantasio qui va en faire les frais. S’ils ont échappé à la mort dans le tome 40, réussiront-ils à ce sortir de ce guêpier ?

La relation Spirou-Fantasio fait ici l’objet de toutes les attentions. Elle est mise à mal à la suite de la piqûre du moustique. Fantasio va tenter de se débarrasser de son trop célèbre ami et Spirou va prouver son indéfectible amitié. Une aventure palpitante avec l’introduction de thèmes propres à Tome et Janry comme l’absence de femme dans la série.

 

Spirou et Fantasio à Moscou


DR.

Prépubliée dans le journal de Spirou entre septembre 1990 et décembre 1990, cette aventure est ensuite publiée en décembre 1990 avec le numéro 42.

Alors que Spirou et Fantasio se préparent à partir pour Tahiti, ils sont enlevés et envoyés en Russie en échange de deux compatriotes qui ont eu la mauvaise idée de se poser en parachute sur le mausolée de Lénine. Ils sont alors incorporés au sein du KGB pour lutter contre la maffia et leur dirigeant, le prince blanc.

Après avoir affronté le chef de la mafia New-Yorkaise, les voilà qu’ils affrontent celui de Moscou. Le communisme vit ses dernières heures en Russie – le mur de Berlin est tombé il y a un peu moins d’un an – mais la pègre vient remplacer le totalitarisme. Tome et Janry distillent alors un savant mélange entre l’ancien et le nouveau régime.

 

Vito la déveine


DR.

Prépubliée dans le journal de Spirou entre septembre 1991 et novembre 1991, cette aventure est ensuite publiée en décembre 1991 avec le numéro 43.

Cette fois, Spirou et Fantasio sont bien partis dans les îles Pacifique et à la suite d’un rude orage, ils vont accoster dans un atoll abandonné. C’est en tout cas ce qu’ils pensent avant d’apercevoir un pauvre naufragé qui se sauve à leur vue.

Retour du pauvre Vito Cortizone toujours affublé de sa malchance et de sa mauvaise foi et qui va chercher à se débarrasser une fois pour toute de nos deux héros qui, eux, vont passer par des moments de hauts et de bas. Le positivisme de l’un étant atténué par le pessimisme de l’autre. Et tout cela à cause de quoi ? D’une fille ...

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse