7/10Spirou et Fantasio, intégrale 14

/ Critique - écrit par plienard, le 24/12/2013
Notre verdict : 7/10 - à chaque Tome, j'en ris ...

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

La quatorzième intégrale de Spirou marque le renouveau de ses auteurs.

Nous sommes entre 1984 et 1987. Les petits complots entre amis sont terminés et Tome et Janry sont bels et bien les seuls auteurs des aventures de Spirou. Sereins, ils vont pouvoir laisser libre cours à leur fantaisie et donner le meilleur d’eux-mêmes pour permettre à Spirou de se préparer à rentrer dans le 21ème siècle.

La quatorzième intégrale reprend les histoires et albums parus dans le journal de Spirou entre 1984 et 1987. Quatre albums symbolisent cette période avec l’horloger de la comète, le réveil du « Z » , la jeunesse de Spirou et Spirou à New York.

 


DR.

L’incroyable Burp (journal de Spirou de mars 84 à avril 84)

Le comte de Champignac est dans l’échec. Son X4 ne voit pas le jour. Il manque un ingrédient que Célestin Dupilon va lui mettre à disposition bien malgré lui.

Une courte histoire de Tome et Janry que l’on retrouve dans l’album La seule et incroyable histoire plus ou moins vraie de la jeunesse de Spirou et autre stupéfiantes révélations (tome 38) qui revisite le mythe de l’incroyable Hulk. Une histoire menée tambour battant et qu’on aurait aimée plus longue.

 


DR.

L’horloger de la comète, tome 36 (journal de Spirou d’octobre 1984 à Mars 85, album en janvier 86)

Alors que le comte de Champignac part soigner son petit-neveu à coup de Fulgurax stimulex, Spirou, Fantasio et Spip se retrouvent à garder seuls le château. Lorsqu’une drôle de soucoupe volante atterrit dans le parc et qu’un sosie du comte en ressort. Ce n’est autre qu’un descendant du comte arrivé du futur !

L’héritage de Franquin n’est pas toujours très simple à recevoir. On peut s’apercevoir au travers de cette aventure et l’introduction d’un nouvel animal extraordinaire, le snouffelaire, la volonté de s’affranchir de cet héritage et faire oublier le marsupilami.

 

Le réveil du Z, tome 37 (journal de Spirou de décembre 85 à mai 86, album en septembre 86)


DR.

Leur dernière expérience avec l’horloger de la comète a quelque peu traumatisé nos deux héros. Euh, pardon Spip ! nos trois héros ! Personne ne veut croire le récit de Fantasio, surtout pas le directeur des informations, M Kakeukh. Mais le futur va se rappeler à leurs bons souvenirs avec le snouffelaire qui apparaît et leur pête un SOS (non, non, je vous assure, je ne délire pas ce n'est pas une erreur de frappe).

L’héritage toujours ! Parmi les meilleurs albums de Franquin, ceux concernant le diptyque avec Zorglub sont parmi les plus cités. Et la tentation de piocher dans cet univers est présente. Mais Tome et Janry continuent de créer l' (leur) univers de Spirou et ce tome (l’album, pas l’auteur !) est une suite qui découle directement de l’horloger de la comète. Et après le descendant du comte de Champignac, on découvre le descendant de Zorglub. Cela reste dans la famille.

 

 


DR.

Spirou à New York, tome 39 (journal de Spirou de mai 87 à  juillet 87, album en septembre 87)

Pendant que la fortune sourit aux audacieux en Amérique, Spirou et Fantasio en sont réduit à manger des pizzas surgelées tellement les temps sont durs. Bien leur en prend car Fantasio s’étouffe avec une clé de coffre cachée dans la pizza. Direction les États-Unis, pour récupérer le million de dollar qu’ils viennent de gagner. Mais derrière ce cadeau, se cache le maffioso Vito Cortizone en pleine guerre des gangs avec les chinois et à la recherche de la chance.

Tome et Janry s’émancipent. Le précédent album, qui n’est autre qu’un recueil d’histoires courtes a permis la transition en douceur et ils peuvent enfin introduire des personnages qui vont devenir récurrent dans de prochains albums. L’humour y est particulièrement présent et remplace la cruauté des gangs. Un humour qui est présent jusque dans les titres des albums où il est amusant de voir que le tome 37 avec le réveil répond au tome 36 avec l’horloger et que le tome 38 a sans doute le titre le plus long de la bande dessinée. On est presque déçu par le titre du tome 39.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse