FIBD - Angoulême 2020

/ Critique - écrit par plienard, le 27/01/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 7 minute(s) - laisser un commentaire

L'année de la bande dessinée démarre avec le festival international de la Bande Dessinée à Angoulême.

C'est forte de sa récente reconnaissance "Ville créative de l'UNESCO" que la ville d'Angoulême démarrera, du 30 janvier au 02 février 2020, le 47ieme Festival International de la Bande Dessinée (FIBD). Il se déroulera, cette année, sans sa présidente, Rumiko Takahashi qui ne présentera pas d'exposition rétrospective, et ne fera pas de rencontre publique, qui représentaient "une somme de travail et de disponibilités incompatibles avec ses engagements et charges existants". Cependant, elle signe une des trois affiches du festival (avec Catherine Meurisse et Charles Burns) pour laquelle elle a " pris un plaisir immense et mis tout son coeur dans la réalisation du visuel pour le festival. Vous y trouverez les mangas qu'elle admirait avec beaucoup de respect dans son enfance". Une affiche à la thématique imposée et qui est "un autoportrait de l'artiste enfant, découvrant la ou les bandes dessinées fondatrices de sa passion, voire de sa vocation".


© DR.

 

Si le prochain lauréat pour le Grand Prix 2020 ne sera connu que ce mercredi 29 janvier, la liste s'est cependant bien réduite, puisqu'il se trouve parmi les trois auteurs suivants : Catherine Meurisse, Emmanuel Guibert et Chris Ware.

Et on en vient au programme de cette année 2020, où la pluralité de la bande dessinée est encore bien représentée, et, n'en déplaise à quelques esprits chagrins, où on intellectualise cet art populaire au travers d'expositions parfois élitistes.

Manga, es-tu là ?


© Yoshiharu Tsuge.

 Et oui, le genre le plus vendu dans l'hexagone est bien présent. Deux expositions, avec tout d'abord, une toute première exposition consacrée à Yoshiharu Tsuge, Être sans exister, maître sacré du manga poétique et introspectif. Vous y découvrirez les oiginaux d'une œuvre inachevée.


© Yukito Kishiro / Kodansha Ltd.

 La seconde exposition est dédiée au mangaka, Yukito Kishiro, et sa série culte, Gunnm. Dans Gunnm l'ange mécanique, vous visualiserez 150 originaux qui n'ont jamais quitté le Japon et qui racontent une histoire de science fiction mettant en scène des êtres cybernétiques dans un univers cyberpunk dès 1990.

Comics, pas si drôles !


© Robert Kirkman.

 Les comics sont souvent réduits aux histoires de super-héros. Pourtant, Robert Kirkman va devenir célèbre pour un tout autre genre et voir décliner sa série Walking dead à la television. Et c'est une rétrospective sur 20 ans de carrière qui sera ici scénographiée avec aussi ses succès comme Outcast et Invincible.


© Jean Frisano.

 Tout le monde ne connait pas Jean Frisano. Mais ce français, né à Gagny, en Seine-Saint-Denis, fut un des principaux passeurs de la culture des super-héros en France. Si ses premiers travaux portent sur des récits de genre (western et aventures), il passera en 1969, aux personnages Marvel en signant les couvertures du magazine Strange à la gouache. Mort en 1987, l'exposition "Jean Frisano - de Tarzan à Marvel, l'Amérique fantasmée" rendra "justice à son immense talent".


© Dynamo TM & John Carbonaro

 Wallace Wood (1927-1981) est un pionnier de la BD américaine et fut déjà lauréat du prix du dessinateur étranger en 1977 au festival d'Angoulême. Science-fiction, fantasy, humour et bande dessinée érotique ont bénéficié de son talent et son influence. Assistant de Will Eisner sur le Spirit,auteur des couvertures de récits chez EC comics, il participe au magazine MAD avc Harvey Kurtzman, et DC et Marvel feront partie de ses éditeurs, il est aussi le créateur du costume de Daredevil ... Une exposition sur une vie riche pour le comics américain.

Et la BD classique dans tout cela ?


© Dargaud 2018.

 Tout d'abord, place aux femmes, avec une vaste exposition sur la trajectoire d'une artiste qui se dévoile toujours un peu plus. Catherine Meurisse est celle qui a échappé a un événement dramatique, l'attentat à Charlie Hebdo le 7 janvier 2015. Mais elle surtout l'autrice de quelques albums dans lesquels elle est au entre du récit. Plus introspectif, plus personnel, on découvre une femme et une intimité que cette exposition, Catherine Meurisse - Chemin de traverse, nous dévoile avec 150 planches de dessins et manuscrits originaux.


© Nicole Claveloux.

 Nicole Claveloux est considérée comme la Mœbius au féminin. Rien que cette affirmation devrait vous convaincre de visiter l'exposition qui lui est consacrée, Nicole Claveloux - Quand Okapi rencontre Métal Hurlant, revenant sur un travail éclectique.


© 2017 / Cécile Bidault / Warum.

 Cécile Bidault est une enfant du festival. Prix Graphisme au Concours de la BD scolaire d'Angoulême de 2010 à 2012, elle a fait partie de la sélection Jeune Talents en 2013 et a signé sa première bande dessinée, l'Ecorce des choses sélectionnée pour le prix jeunesse au festival. Cette exposition, Cécile Bidault - Aparté aquatique, reviendra sur la place de la mer et l'eau dans le travail de cette autrice de talent.


Petit Vampire © Joann Sfar/Rue de Sèvres, Hilda © Luke Pearson/Casterman, Naruto © Masashi Kishimoto, Yakari © Derib & Job

 Le festival d'Angoulême, c'est aussi l'occasion d'une sortie en famille avec les enfants. Un public qui va être comblé avec un panorama des héros pour la jeunesse : Yakari, Petit Vampire, Naruto et Hilda. À l'aide de ces quatre héros, l'exposition, Folklorique enfance - Fantastique enfance va faire le lien avec les cultures et légendes traditionnelles desquelles ils sont issus.


© Edmond-François Calvo.

 Edmond-François Calvo (1892-1957) est le célèbre auteur de La Bête est morte, une satire animalière sur la seconde guerre mondiale, réalisée durant le conflit. Caricaturiste, il devient le maître du genre avec des personnages animaliers aux attitudes joviales pour minimiser la rudesse des situations décrites. Cet auteur marqua notamment un autre dessinateur célèbre, Albert Uderzo ! Et l'exposition Calvo - un maître de la fable reviendra sur cet auteur "à l'œuvre attachante et piquante.


© Enki Bilal / Dargaud

 Le lauréat du prix Goscinny 2019, Pierre Christin, est mis à l'honneur avec une rétrospective - Dans la tête de Pierre Christin - qui parcourt une vie dans une vingtaine d'espaces. Le scénariste a ainsi touché à tous les genres : la science-fiction (avec son complice Jean-Claude Mézières et leur série Valérian), le fantastique ou le thriller politique (avec Enki Bilal), le polar (avec Annie Goetzinger), l'espionnage (avec André Juillard).


© Antoine Marchalot.

 À Alpha se tiendra une présentation de l'œuvre débutante d'Antoine Marchalot. Intitulée La bande d'Antoine Marchalot dessinée, on y verra les planches du jeune auteur (24 ans) et son sens de l'humour absurde.


© FLBLB.

 Une dernière exposition, Voyages en Egypte et en Nubie de Giambattista Belzoni, est tirée d'une série éponyme en trois volumes, parue aux éditions FLBLB et qui adaptait les récits de voyage de Giovanni Battista et Sarah Belzoni, publiés en 1821. L'exposition débordera jusqu'au 4 mars 2020 au Quartier Jeunesse.

Les rencontres !

Autre moment incontournable du festival, les rencontres avec les auteurs. Si la dédicace est un moment privilégié et recherché par les collectionneurs et autres fans de bande dessinée, il y a aussi les rencontres internationales, petites conférences d'une heure trente environ, programmées tout au long du festival avec des auteurs venus des quatre coins du monde pour échanger sur leur travail. Quatre Master class au théâtre d'Angoulême (payant) sont ainsi programmés avec Robert Kirkman le vendredi après-midi, Pierre Christin et Jean-Claude Mézières le samedi matin, Yukito Kushiro puis Innio Asano le samedi après-midi. Pour les rencontres, il vous faudra vérifier le programme du festival pour les horaires et les dates, mais sont déjà annoncés Catherine Meurisse, Bilal et Yukito Kishiro, Posy Simmonds et Jean Harambat, Blain, Sfar, Ruben Pellejero & Juan Diaz Canalēs, Charles Burns, Hisashi Eguchi, Kan Takahama, Sansuke Yamada, Joe Sacco, Nicole Claveloux.

Les spectacles : la cerise sur le gâteau !

Chaque année, un spectacle est proposé lors du festival. Cette année, les fans de la série Les Carnets de Cerise d'Aurélie Neyret et Joris Chamblain seront ravis. Leur cinq albums vont prendre vie sur la scène du théâtre d'Angoulême dans un opéra-BD joué par deux musiciens, Louise Didon et Fred Semoir (mise en scène par Mathieu Frey).

Le dimanche c'est la journée pour les familles. Avec l'élève Ducobu tout d'abord! Le matin, un cours de l'instit Latouche vous mettra dans l'ambiance (auditorium du musée du Quartier jeunesse). L'après-midi, le troisième épisode de ses aventures cinématographiques sera présenté en avant-première au CHR, suivi par une rencontre et un goûter. La série culte de Joann Sfar, Emmanuel Guibert et Mathieu Sapin, Les Sardines de l'espace (13 albums chez Dargaud), lancera sa série télévisée avec des épisodes inédits au CGR, un chapau de porte à construire au matin puis un goûter avec les trois auteurs au Magic Mirror de 14h à 16h.

À l'issue de ces 4 jours de fêtes, un palmarès aura été décerné au sein de six sélections réunissant une centaines d'albums parus entre le 1er décembre 2018 et le 30 novembre 2019. Onze prix seront remis dont Le fauve d'or (meilleur album), les fauves d'Angoulême avec le prix spécial du jury, le prix de la série, le prix révélation, le prix de l'audace, le prix public France Télévisions, le prix du patrimoine, le fauve Polar SNCF, le prix jeunesse, le prix jeunes adultes, et le prix de la bande dessinée alternative.

Alors, on vous souhaite un bon festival, même s'il va falloir affronter la foule toujours plus nombreuse et un temps de janvier pas toujours folichon.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse