Festival d'Angoulême 2018

/ Actualité - écrit par plienard, le 17/01/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 7 minute(s) - laisser un commentaire

La plus grande manifestation mondiale consacrée à la bande dessinée va se dérouler dans une semaine, en France.

La sacrosainte messe de la bande dessinée va se dérouler, comme toutes les années depuis 45 ans, le dernier week-end de janvier, du 25 au 28 janvier 2018, dans la préfecture des Charentes, à Angoulême. Le président de cette année, récompensé l'année dernière, est suisse. Cosey, car c'est bien de lui dont il s'agit, a donc eu une année pour nous préparer un festival à son image, avec des expos, des spectacles, des conférences, des rencontres et pour les plus téméraires ou les plus chanceux, des dédicaces.


.

 

C'est aussi le moment de déterminer quel sera le président de l'année prochaine. 1230 autrices et auteurs ont ainsi voté entre le le 08 et le 13 janvier, pour sélectionner trois finalistes : Richard Corben, Emmanuel Guibert, Chris Ware. Le deuxième tour démarre aujourd'hui et se terminera le 21 janvier. Le nom du nouveau grand prix sera déclaré le mercredi 24 janvier.


.

 

 

DES EXPOSITIONS


.

 On commence par celle consacrée au maître de cérémonie, Cosey, lui-même. Comme à son habitude, le festival fera honneur à son président en lui consacrant une exposition, "Cosey, une quête de l'épure", où des centaines d'originaux et de documents exceptionnels retraceront une carrière maintenant longue de plus de 40 ans. Son héros phare d'un nouveau genre pour l'époque (1974), Jonathan, comme un alter-ego de l'auteur lui-même, a ainsi parcouru le monde (Himalaya, Etats-Unis, Birmanie, Japon) en quête de sens sur la trace laissée par son passage.

Cette année, le Japon est particulièrement à l'honneur au festival. Pas moins de trois expositions sont consacrées à des auteurs nippons, en amorce à la saison culturelle française, Japonisme 2018 (voir plus loin).


.

 Tout d'abord "L'Art de Naoki Urasawa" revient sur un auteur contemporain acclamé par la critique et le public. Auteurs des séries 20th century boys, Monster, Pluto, Master Keaton et Billy Bat, Naoki Urasawa est un maître du suspense, mettant en scène la psychologie humaine comme jamais on ne l'a jamais fait. Fortement marqué par le trait de Moebius dont il revendique l'influence, il est aussi musicien et théoricien de la bande dessinée. Pour les fans de l'auteur, c'est une des rares occasions de pouvoir le rencontrer au sein d'une master class (samedi 27 - attention, réservation !) et lors des rencontres internationales (dimanche 28).

Le créateur d'Astro boy a lui aussi droit à son exposition. "Osamu Tezuka manga no kamisana" propose de saluer le mangaka mythique dans une rétrospective exceptionnelle et unique en son genre en Europe. Le maître japonais (1928-1989) a signé plus de 150 000 pages dessinées en 50 ans de carrière. Une œuvre prolifique que les festivaliers pourront découvrir au travers de 200 originaux.

La troisième exposition est plus consacrée à une série qu'à son auteur, Hiro Mashima. Fairy tail a été créée il y a plus de 10 ans et vient de s'achever durant l'été 2017 au Japon (fin prévue en France en 2018).


© Osamu Tezuka .

 
© Hiro Mashima.

 

 

 

 

 

 

 

  

  


© Jacques Martin.

 Un héros de la bande dessinée fête ses 70 ans d'aventures (historiques)  en 2018. Jacques Martin a créé Alix en 1948 et le festival va vous proposer une visite ludique au musée de la bande dessinée. Vous y retrouverez 150 planches originales du héros romain. Un style et une marque de fabrique qui a laissé une empreinte spécifique et indélébile.

 


.

 Emmanuel Guibert "le dessin comme écriture" est un auteur à l'œuvre protéiforme. Du Photographe (Dupuis) à La guerre d'Alan, il est aussi le père d'une série d'humour avec Les sardines de l'espace (Dargaud) ou jeunesse très appréciée, Ariol (BD Kids, dessiné par Marc Boutarant) et dont un spectacle sera présenté au festival associant musique et dessins (Ariol's show).

 


© Marion Montaigne.

Marion Montaigne est autrice de bande dessinée et a un autre talent, celui de rendre simple les choses qui paraissent compliquées, de rendre joyeux et amusants les sujets sérieux et tristes. Avec son personnage de M Moustache, issu de son blog tu mourras moins bête, mais tu mourras quand même ! (depuis 2008), elle ramène la science à un divertissement. Depuis 2016, M Moustache a droit à sa série sur Arte avec François Morel (qui fait la voix). Alors rendez-vous est pris au festival pour rencontrer le professeur Moustache et ses démonstrations à l'Alpha, la nouvelle médiathèque d'Angoulême.


© Gilles Rochier.

 Gilles Rochier - Faut tenir le terrain, est une exposition qui se tient l'espace Franquin sur un auteur que le grand public ne connaît pas forcément mais qui a forgé une œuvre dans le réel du quotidien, fort de son expérience personnelle. Autodidacte, son trait est direct et acéré. L'occasion est donnée ici de découvrir un auteur déjà récompensé en 2012 pour TMLP - Ta Mère La Pute (6 pieds sous terre) par le prix révélation.

 

Si je vous dis Tcho !, vous me répondrez sûrement Titeuf ! C'était il y a 25 ans et c'était lors du 20ième FIBD que le petit personnage d'un auteur suisse prénommé Zep faisait son apparition. Le "petit" personnage a maintenant bien grandi et c'est tout naturellement qu'il fête son quart de siècle au festival, sur le parvis de l'Hôtel de ville.


© Zep.

 


.

Les expositions du festival permettent aussi de se cultiver. Ainsi, si vous ne savez pas ce que sont des "vedute", rendez-vous au musée d'Angoulême où se tiendra "Venise sur les pas de Casanova". Vous y verrez des petits tableaux  (issus du fond Glénat et de différents musées français) représentant la cité des doges, accompagnés de dessins inédits de huit auteurs de bande dessinée en hommage à Casanova (François Avril, Griffo, Miles Hyman, Kim Jung Gi, Tanino Liberatore, Loustal, Milo Manara et Zep).

 


© Sonny Liew.

 Sonny Liew est un auteur peu connu en Europe, mais que le festival se propose de vous faire découvrir au travers de son exposition, "Sonny Liew, le prodige de Singapour". Charlie Chan Hock Chye (sélection officielle), une autobiographie fantasmée racontant l'histoire récente de Singapour, et qui n'est pas forcément fidèle au récit gouvernemental imposé.

 

Et les festivals, c'est fait aussi pour se rappeler. Ainsi, il y a cinquante ans, le mouvement de Mai 68 allait prendre forme et la BD n'en était pas absente (En mai fais ce qu'il te plaît, ... en janvier aussi ! ). Et à Angoulême, on aime découvrir et récompenser les jeunes talents. En 2011, Oriane Lassus recevait le prix Révélation Blog et cette année elle est mise à l'honneur au Pavillon jeune talent (Oriane Lassus, le meilleurissime repaire de la Terre).

 

DES RENCONTRES, DES SPECTACLES ...

Mais le festival, ce n'est pas que des expos, loin de là. C'est aussi le point de départ d'une année culturelle. En 2014, par exemple, l'expo Tardi avait lancé le début du centenaire de la grande guerre. Cette année les expositions consacrées à trois auteurs japonais démarreront le 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon et le 150ème anniversaire de l'ère Meiji qui a amorcé le rapprochement entre le Japon et l'Occident. C'est aussi l'occasion de mettre un coup de projecteur sur d'autres cultures de la bande dessinée. "Nouvelle génération - la bande dessinée arabe aujourd'hui" revient sur une génération qui bouscule et bouleverse la production dans les pays du Maghreb et du Levant, avec parfois des risques pour leur intégrité physique.

Et puis, il y a les rencontres internationales, moments privilégiés pour découvrir un auteur, une œuvre, une collection lors d'entretien avec des spécialistes. Cosey, Emmanuel Guibert, Gipi, Shinzo Keigo, Sonny Liew ou encore les 30 ans de la collection "Aire Libre" sont au programme.


La belle Rokia Traoré.

 Autres moments très prisés, les concerts dessinés qui fera rencontrer cette année Rokia Traoré (chanteuse malienne, victoire Musiques du monde en 2009) et Ruben Pellejero (actuel dessinateur de Corto Maltese). Une rencontre en partenariat avec le festival Jazz à Vienne (28 juin au 13 juillet 2018).

DES CHIFFRES ...

Alors, 2000 auteurs et autrices vous attendent cette année, avec 835 journalistes, 23 pays représentés, 228 maisons d'éditions francophones, 200 tonnes de livres, autant en matériel et 6600 professionnels du livre sur 22000 mètres carrés. Ce sont les chiffres impressionnants qui terminent notre article ? Et non, car un festival c'est bien de l'humain et des rencontres. Alors profitez-en. Amusez-vous, visitez, rencontrez, faites dédicacer et passez un bon moment. On s'y rencontrera peut-être.

Et pour plus de renseignements, le lien pour accéder au site du festival, c'est ici.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse