FIBD : Cosey Grand prix 2017

/ Critique - écrit par plienard, le 27/01/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Comme chaque année, avant que ne commencent les festivités du FIBD, le grand prix de cette année a été dévoilé (ce 25 janvier 2017) à l’issu de deux tours organisés au cours du mois. Un premier tour a sélectionné trois noms (Cosey, Manu Larcenet et Chris Ware) et le second a déterminé le lauréat 2017 qui deviendra le président du FIBD 2018. C’est donc le suisse Cosey, de son vrai nom Bernard Cosendai, qui voit son talent mis à l’honneur. Souvent sélectionné, jamais élu, il n’osait plus espérer cette distinction. Voici son portrait.

Né le 14 juin 1950 en Suisse, Cosey, de son vrai nom Bernard Cosendai, entame sa carrière à la fin des années 1960 auprès de son compatriote Derib, auteur de la série Yakari et Buddy Longway.

Figurant parmi les lauréats d’un concours organisé par le journal Spirou, il signe en 1969 une couverture pour l’hebdomadaire.


DR.

Dessinant par la suite pour différents journaux, il crée en 1975 dans les pages de Tintin un personnage auquel il va se lier durablement : Jonathan. Ni vraiment héros ni franchement anti-héros, Jonathan incarne dès son apparition une bande dessinée nouvelle, où l'aventure, tout en restant tournée vers les voyages lointains, est aussi volontiers introspective. Le personnage apparaît comme une figure un peu à part dans l’imaginaire du héros franco-belge : il se place d’emblée du côté d’une contemplation singulière, arpentant l’Inde, le Népal et le Tibet, en quête des autres comme de lui-même. Cette singularité, le personnage la doit à son créateur, qui lui a prêté ses sentiments, ses interrogations, ses impressions de voyages et ses goûts artistiques. Cosey a ainsi réalisé une bande dessinée que l’on pourrait aujourd’hui apparenter à l’autofiction, chose rare au moment où naît la série.

Nombreux sont les auteurs à avoir été marqués par la lecture de Jonathan, et à avoir été influencés plus généralement par le travail de Cosey : c’est le cas par exemple d’Étienne Davodeau ou encore de Manu Larcenet...

Reconnu et honoré par la critique depuis de très nombreuses années, Cosey reçoit l’Alfred de la meilleure BD de l’année au Festival d’Angoulême en 1982, pour le 7e tome de la série Jonathan, Kate, puis l’Alph-Art du meilleur scénario, en 1993, pour Saïgon-Hanoï.


Jonathan © Cosey.

Tout en revenant de temps à autre à Jonathan, héros au long cours dont la dernière aventure, Celle qui fut, est parue en 2013 (Le Lombard), Cosey publie par ailleurs les deux volumes du Voyage en Italie, qui inaugurent en 1988 la collection Aire Libre (Dupuis), où l’auteur réalise également Orchidea, Saïgon-Hanoï, Joyeux noël, May !, Zeke raconte des histoires et Une maison de Frank L. Wright.

Il publie par ailleurs les deux volumes d’À la recherche de Peter Pan et Zélie Nord – Sud (Le Lombard), ainsi que Le Bouddha d’Azur (Dupuis).

 Tenant d’une ligne claire aérienne soulignée par des couleurs douces, presque au bord de l’évanescence mais gorgées de lumière, Cosey est un observateur minutieux des grands espaces et des paysages du monde. Au cœur de cette œuvre résolument tournée vers le voyage se trouvent les neiges éternelles des montagnes lointaines, et la promesse d’un ailleurs toujours à découvrir.

Tout récemment, en 2016, l’auteur reprend le temps d’un album le personnage de Mickey Mouse dans Une mystérieuse mélodie (Glénat), hommage au héros mythique de Walt Disney où Cosey imagine la rencontre de Mickey et Minnie. Une manière inattendue d’inviter le lecteur, une fois de plus, à un voyage en bande dessinée.

BIBLIOGRAPHIE

Jonathan (Le Lombard)
1 - Souviens-toi, Jonathan (1977)
2 - Et la montagne chantera pour toi (1977)
3 - Pieds nus sous les Rhododendrons (1978)
4 - Le berceau du Bodhisattva (1979)
5 - L'espace bleu entre les nuages (1980)
6 - Douniacha, il y a longtemps... (1980)
7 - Kate (1981)
8 - Le privilège du serpent (1982)
9 - Neal et Sylvester (1983)
10 - Oncle Howard est de retour (1985)
11 - Greyshore island (1986)
12 - Celui qui mène les fleuves à la mer (1997)
13 - La Saveur du Songrong (2001)
14 - Elle ou dix mille lucioles (2008)
15 - Atsuko (2011)
16 - Celle qui fut (2013)

Jonathan Hors-série : Une autobiographie imaginaire en BD (2011)
Intégrale 1 (2009)
Intégrale 2 (2009)
Intégrale 3 (2010)
Intégrale 4 (2010)
Intégrale 5 (2010)

À la recherche de Peter Pan (Le Lombard)
Tome 1 (1984)
Tome 2 (1985)
Intégrale (2007)

Le Bouddha d'Azur (Dupuis)
Tome 1  (2005, collection « Empreinte(s) »)
Tome 2  (2006, collection « Empreinte(s) »)
Intégrale (2011, collection « Aire libre »))

One-shots
Le Retour de la bête (1973, Ed. 24 Heures - Réédition en 1991, Lock Ness)
Un shampooing pour la couronne, Une Aventure de Clarence (1974, Publishing & Copyright)

Le Voyage en Italie  (Dupuis - collection « Aire libre »)
Tomes 1 et  2 (1988) - Intégrale (1997)

Orchidea (1990, Dupuis - collection « Aire libre »)
Saïgon-Hanoï (1992, Dupuis - collection « Aire libre »)
L’enfant Bouddha (1993, Albin Michel), textes de Jacques Salomé, illustrations de Cosey
Zélie Nord-Sud (1994, Le Lombard, collection « Signé »)
Joyeux Noël, May ! (1995, Dupuis - collection « Aire libre »)
Zeke raconte des histoires (1999, Dupuis - collection « Aire libre »)
Une maison de Frank L. Wright (2003, Dupuis - collection « Aire libre »)
Champéry, été 1863 (2004, Patrimoine Champérolin)

Une mystérieuse mélodie, ou comment Mickey rencontra Minnie d'après Walt Disney (2016, Glénat)

Monographies (sélection) :
Cosey d’est en ouest (1999, CNBDI)
A Propos de Jonathan (2000, Nautilus)
Echo (2007, Daniel Maghen)
Cosey, l’aventure intérieure (2006, Charleroi Images)
Cosey, les lueurs du monde (2007, BD-FIL)

 

 Portrait Cosey © Le Lombard / Antoine Menard

Illustrations et couvertures © Cosey

© Ed. Le Lombard - © Ed. Dupuis - © Ed. Glénat

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse