La Zizanie

/ Critique - écrit par plienard, le 19/05/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Il en faut peu pour semer la zizanie chez nos irréductibles gaulois. Mais est-ce que cela suffit à les désunir ?

Paru en  1970, ce quinzième épisode des aventures d'Astérix et Obélix est pré-paru dans'le journal Pilote entre le 8 janvier 1970 (n°531) et le 4 juin 1970 (n°552). Cet album est un des seuls parus aux éditions du Lombard (en 1970).


© Uderzo.

 Alors que le village des irréductibles gaulois mène une vie gaie et amicale, César cherche un moyen pour les faire rentrer dans le rang de la colonisation romaine. Et il a peut-être trouvé l'homme de la situation, en la personne de Tullius Détritus capable de semer la zizanie par sa simple présence. Il l'envoie donc en Armorique pour semer la mésentente dans le village et désunir les Gaulois. Et cela ne tarde pas. En offrant un vase au personnage le plus important du village, Astérix (!), les rumeurs font vite le tour du village. Et rapidement, on suppose que le guerrier gaulois a offert la recette de la potion magique aux romains. Au bout de 17 pages, c'est déjà la fin du village !

Un album qui a maintenant 50 ans mais qui reste visiblement toujours dans l'ère du temps. Si les méthodes et les moyens ont changé, l'art de la calomnie est toujours bien présent à notre époque, qui est plus prompte à se propager via les réseaux sociaux que la vérité. Le vecteur, ici, s'appelle Tullius Détritus est, honnêtement, il porte bien son nom. Il prend un malin plaisir à introduire de doute, souvent avec malice, mais aussi par sa seule présence. Et c'est dans cette atmosphère détestable que l'unique locution latine sera présente, page 11, avec "Auri sacra fames" (exécrable soif de l'or). Il est à noter que pour ce sujet délicat, où les langues de vipère se délient, les femmes de nos gaulois sont, pour la première fois, extrêmement présentes. Si Bonemine et Ielosubmarine n'en sont pas à leur première apparition, les femmes d'Agecanonix et de Cetautomatix nous sont enfin présentées (bonjour, mesdames !), sans toutefois qu'on connaîsse leur "petit" prénom. Alors les auteurs seraient-ils un peu misogynes en présentant les femmes comme les principales échos des rumeurs ? Ce serait oublier que dans la série, tout est sujet à la caricature et que nos amis gaulois ne son pas les derniers à être dénigrés. Et les gauloises sont à l'image de leur mari : insconstantes, jalouses, soupe-au-lait, mais aussi fidèles et aimantes. Si c'est la première fois que les femmes ont un rôle aussi important, c'est aussi leur première bagarre générale. Une autre première, ce sont les soldats de l'ensemble des camps romains qui attaquent le village emmenés par le centurion Caius Aérobus qui n'est autre que la caricature de l'acteur Lino Ventura (1919-1987).


© Uderzo.

 Sans doute un des meilleurs albums de la série qui eut droit, pour ses 50 ans, à une spectacle radiophonique organisé par France Culture.  

 

Apparition de nouveaux personnages romains : 

Stradivarius

Tullius Détritus

Victoiralapirus

Veracruz

Caius Aérobus

Savancosinus 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse