Astérix et Cléopâtre

/ Critique - écrit par plienard, le 08/04/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Une histoire de nez !

Ce sixième album des aventures d'Astérix et Obélix, pré-publié dans le journal Pilote entre le 5 décembre 1963 (n°215) et le 24 septembre 1964 (n°257), fut publié à 100 000 exemplaires en 1965.


© Uderzo.

 Une fois n'est pas coutume le récit démarre hors de Gaule, à Alexandrie, où la reine des reines reçoit son Jules. L'empereur romain la prenant de haut, elle lui propose un pari qu'il est certain de remporter : construire un palais en trois mois pour prouver que le peuple égyptien n'est pas décadent. Elle charge alors Numérobis, "le meilleur architecte d'Alexandrie", de réussir ce défi. Il pense alors à un druide qu'il a connu par le passé : Panoramix qui ne peux pas refuser d'aller aider un ami dans la peine. Et Astérix et Obélix se font une joie de les accompagner. Il n'est évidemment pas possible d'emmener le petit chien, Idéfix, au pays des chats. Mais Obélix n'a pas le courage de se séparer de lui. Une fois arrivé en Egypte, l'aide des gaulois va être précieuse car Numérobis a quelques problèmes avec les angles droits et surtout rencontre une opposition de son confrère Amonbofis qui met tout en oeuvre pour retarder les travaux.

Cet album est sans doute un des plus célèbres. Adapté en dessin animé en 1969, puis en film en 2002 par Alain Chabat (Astérix et Obélix - mission Cléopâtre), il reprend les mêmes ingrédients que pour le tome 3 (Astérix chez les Goths) avec des phylactères en hiéroglyphes (en gothique pour les Goths).

Les références sont nombreuses et diverses dans cet album. Il y est fait allusion au phare d'Alexandrie, à sa bibliothèque, aux pyramides et au Sphinx. Les auteurs travestissent l'histoire en expliquant pourquoi le fameux Sphinx n'a plus de nez et à l'endroit où on pourrait le trouver. Panoramix prend de vitesse Napoléon en adaptant 20 siècles plus tôt, sa célèbre phrase : "du haut de ces pyramides, vingt siècles nous contemplent". Et si, dans Astérix gladiateur, des références cinématographiques sont présentes, cet album fait de nombreux clins d'oeil à la superproduction hollywoodienne, Cléopâtre, de Joseph Mankiewicz, avec Elizabeth Taylor sans le rôle-titre : la couverture reprend une des affiches du film ; Le trône surmonté du faucon Horus en page 6 ; le char gigantesque en forme de Sphinx, page 27 ; le trône à porteurs, page 43 ; la galère égyptienne, pages 46-47 ; les nombreuses tenues de la reine.


© Uderzo.

 D'autres références (historiques, litteraires) parsèment l'album comme le running gag sur le nez de Cléopâtre ("qu'elle a joli d'ailleurs"), ou les perles dissoutes dans le vin, l'idée d'emmener un obélisque en Gaule, ou de construire un canal entre la mer Rouge et la Méditerranée, la notion d'Alexandrin (un vers de 12 syllabes), la fable du lièvre et de la tortue réadaptée en formation militaire romaine.

L'épisode désormais traditionnel avec les pirates est bien présent et fait référence à leur rencontre dans le tome 4 et 5. Au point que le fils du chef pirate, Erix, a du être laissé en garantie pour obtenir un nouveau bateau. Une manière, pour les auteurs, d'écarter un personnage sans réel pouvoir comique.

Qui dit naufrage, dit locution latine avec "Alea jacta est" (p10, le sort en est jeté). Une seconde, page 40, avec "Ita diis placuit" (ainsi, il a plu aux dieux) vient compléter la liste.

Au jeu des erreurs, place aux égyptologues ici puisque l'allée de Louqsor, page 26, ne peut pas être parsemée de béliers (présents à Cnossos) mais bien de Sphinx.

Pas évidente, non plus, la caricature du scribe Misemplis sous les traits de Goscinny.

Apparu dans le tome précédent, Idéfix acquiert définitivement son nom à la suite d'un concours gagné par quatre jeunes lecteurs dans le journal Pilote au cours duquel des noms comme Patraracourcix, Papeurdurix, Trépetix, Paindépix, Toutousanprix, Minimix furent proposés.

Enfin, le banquet final ne se déroulera pas en pleine nuit et ne conclura pas l'album : un dernier gag viendra mettre fin à cette aventure deux case après.

 

Pas de nouveaux personnages gaulois dans ce tome, mais plutôt la disparition définitive d'Érix.

 

Apparition des personnages égyptiens :

Cléopâtre

Numérobis

Tumehéris

Misenplis

Amonbofis

Tournevis

Ginfis

 

Apparition de nouveaux personnages romains :

Pacotéalargus

Chorus

 


La couverture de l'album - © Uderzo - © Dargaud.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse