Astérix en Hispanie

/ Critique - écrit par plienard, le 07/05/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Une histoire olé, olé !

Fort du succès des précédents albums, ce quatorzième tome sera publié en 1969 à 1 100 000 exemplaires, après une pré-parution dans le magazine Pilote entre le 22 mai 1969 (n°498) et le 16 octobre 1969 (n°519). 


© Uderzo.

 Nos amis gaulois vont, cette fois, visiter l'Espagne, non pas pour y passer leurs vacances comme bon nombre de leur concitoyens (qui sont sûrs de trouver du soleil avec un cours du sesterce avantageux), mais pour ramener le jeune Périclès Soupalognon Y Crouton, dit Pépé. Et non, le jeune garçon ne s'est pas perdu sur une plage de Bretagne, et n'a pas fugué de chez ses parents. Il est la victime du conflit qui oppose César au chef d'un village hispanique qui refuse, encore et toujours (!), de se soumettre à l'autorité romaine. C'était un otage, donc ! Et le "grand César" n'a rien trouvé de mieux que de l'envoyer au camp de Babaorum ! Pas sûr que ce fut sa meilleure idée.

René Goscinny et Albert Uderzo continuent leur tour des pays européens avec cette fois l'Espagne, destination privilégiée des vacances pour un grand nombre de français. Le peuple ibère, qui donnera une des plus fameuses expressions du duo d'auteurs : "tous les étés, les ibères deviennent plus rudes" (page 27), est ici dépeint comme "basané, fier et brun ... plutôt de type gitan". Une caricature qui sera reprochée au dessinateur qui en conviendra volontiers : "de nombreux Espagnols (...) sont blonds aux yeux bleus, issus en fait des Celtes, ou plutôt des Celtibères du début du notre ère". En terme de caricature, il n'était pas possible pour le duo d'oublier les célèbres personnages de Cervantès, Don Quichotte et Sancho Panza (page 32). Et comme souvent, il place une représentation d'un de leur ami, ici page 44, Gérard Calvi, en chef d'orchestre. Une allusion qu'on comprend d'autant mieux que c'est la personne qui a composé les musiques des dessins animés Astérix le Gaulois (1967) et Astérix et Cléopâtre (1968), puis les Douze travaux d'Astérix (1976)).


© Uderzo.

 Une pause a été faite sur les locutions latines dans cet album. On trouvera tout au plus le "veni, vidi, vici, encore un coup" habituel de César (page 6). Mais au jeu des erreurs, les spécialistes de la grammaire vont se disputer avec ceux de la géographie. Ainsi, il paraît étonnant que le trajet pour emmener Pépé de l'Espagne vers le camp de Babaorum passe par l'Auvergne (le pays Arverne) et Lyon (Lugdunum) (page 10). De même, le trajet d'Astérix et Obélix pour ramener Pépé chez lui passe par Pampelune (Nord de l'Espagne), Coca (centre Nord-ouest), puis Ségovie (au Sud-est), et Salamanque (Nord-ouest). Si les fautes d'orthographes ont pu être corrigées au fil des nouvelles rééditions de l'album, on peut cependant encore en voir quelques unes ou deviner leur présence. Dès la première page (page 5) César proclame "Légionnaires, je suis contents de vous". Le "s" de content a depuis été effacé mais on remarque un grand blanc dans le phylactère. Page 9, le légionnaire ne fait pas mieux que son empereur avec "tu nous a mordus, énervés, fatigués..." (Tu nous as ...) mais cela reste toujours visible. Enfin,le personnage de Bégonia sauve la vie d'Astérix : "je demande la grâce de cet homme courageux et galand" (galant), page 47. Une faute qui n'existe plus mais qu'on devine avec le "t" qui diffère des autres dans la bulle.

Bien qu'il soit un des personnages emblématiques du village, il aura attendu treize albums pour nous être dévoilé. Le poissonnier Ordralfabetix et sa femme Ielosubmarine font leur première apparition et deviendront pratiquement incontournables quand on connaît la fraîcheur de leurs poissons !

Apparition de nouveaux personnages gaulois :

Ordralfabetix

Ielosubmarine

Apparition des personnages :

Périclès Soupalognon y Crouton dit Pépé

Soupalognon y Crouton

Lachélechampignon Y Causons

Dansonsurlepon Y Davignon

Apparition de nouveaux personnages romains :

Claudius Nonpossumus

Fercorus (centurion de Babaorum)

Namaspamus

Bégonia (la demi-soeur de la cousine par alliance de Jules César)

 


© Uderzo - © Dargaud.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse