Le Tour de Gaule d'Astérix

/ Critique - écrit par plienard, le 07/04/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

C'est un véritable Tour de France culinaire que nos amis gaulois vont effectuer dans le tome 5 de leurs aventures.

Pré-publié dans le journal Pilote n'être le 17 février 1963 (n°172) et le 21 novembre 1963 (n°213), il sortira en album en 1965 à 60 000 exemplaires.


© Uderzo.

 L'inspecteur général romain Lucius Fleurdelotus vient rappeler au centurion Gracchus Nenjetépus que César est excédé par le "petit village gaulois dissident". L'inspecteur décide alors que cela ne peut plus durer et veut faire attaquer le village des gaulois. Il se retrouve alors ace à une recrudescence de soldats se "préférant se faire porter pâles". Et s'il arrive malgré tout à les emmener jusqu'à la bataille, celle-ci sera "soudaine et violente". Les Gaulois se disputant même les soldats romains pour pouvoir frapper dessus. Mais l'inspecteur général n'en démord pas et va faire construire une palissade tout autour du village pour isoler les Gaulois. Mais ce n'est pas cela qui va arrêter nos amis qui font le pari de pouvoir sortir et de faire un tour de Gaule des spécialités. Lucius Fleurdelotus tient le pari mais compte tout faire pour les en empêcher. Alors quand le village fait diversion par le Sud pour permettre à Astérix et Obélix de s'échapper par le Nord, il envoie un courrier à cheval faire une alerte générale dans toute la Gaule.

Au cours de leur périple, ils vont ainsi traverser les villes de Rotomagus (Rouen), Lutèce (Paris) pour son jambon, Camaracum (Cambrai)et ses fameuses bêtises, Durocortorum (Reims) et le Champagne, Divodorum (Metz) pour libérer Astérix, Lugdunum (Lyon) pour son saucisson et ses quenelles, Nicae (Nice) et sa salade, Massilia (Marseille) pour une bonne Bouillabaisse, Tolosa (Toulouse) et sa saucisse, Aginum (Agen) et ses pruneaux (à manger à jeûn), Burdigala (Bordeaux) avec des huîtres et du vin blanc, et enfin Gésocribate (Le Conquet) où n'y a pas de spécialités. C'est l'occasion aussi de caricaturer quelques caractéristiques régionales comme les réponses vagues du normand - "pt'êt ben qu'oui, pt'êt ben qu'non" - ou les produits laitiers de Normandie (qui a vu la vache qui s'enfuit quand Obélix la regarde en se léchant les lèvres ?) ; On retrouve les embouteillages lutéciens (l'occasion de rappeler qu'Asterix et Obélix connaissent déjà cela depuis le T2) ; La célèbre chanson "mon p'tit quinquin" est revue et corrigée tout comme l'affaire du courrier de Lyon ; La route de vacances sur la VR VII (voie romaine 7) n'est pas sans rappeler une RN 7 très embouteillées à chaque départ de vacances ; Une route que les vacanciers parisiens (lutéciens utilisent beaucoup) avec leur char qu'ils gardent devant les boutiques de Nicae (allez vérifier la plaque d'immatriculation en LXXV !) ; La surenchère marseillaise est bien connue et elle n'est pas oubliée ici !


© Uderzo.

 Déjà la cinquième aventure et certaines règles se mettent en place. C'est la deuxième apparition des Pirates avec Barbe-Rouge qui présente son fils Erix pour qui ce sera l'unique apparition. Il est à remarquer que, alors qu'on connaît le prénom de son fils, on ne connait toujours pas son nom ni celui de ceux qui composent son équipage. Obélix commence à mal le prendre lorsqu'on le traité de gros ! On aura droit à deux citations latines dans cet album, et pas des plus faciles : "Exegi monumentum aere perennius (p7, j'ai achevé un monument plus durable que l'airain) et "Victris causa diis placuit, sed victa catoni" (p44, la cause du vainqueur a plu aux Dieux, celle du vaincu à Caton). En traversant Marseille, c'est l'occasion de rendre hommage à des scènes cultes du film Marius avec la partie de cartes et la partie de pétanques. L'occasion aussi de caricaturer les acteurs Raimu (1883-1946), Robert Vattier (1906-1982), Paul Dullac (1882-1941) et Fernand Charpin (1887-1944).

La première anomalie de cet album se passe à Durocortorum où les amphores de champagne ont toutes un liseré rouge qui va du coin gauche en bas vers le coin droit en haut. Toutes ? Sauf une (p18) ! Enfin, à la dernière page, Obélix fait l'inventaire des spécialités culinaires qui ont été ramenées, à l'exception des pruneaux d'Agen !

Enfin, si pour la deuxième fois et chose assez rare, on retrouve le centurion Nenjetépus, c'est la première fois que les romains attaquent le village gaulois et surtout, c'est dans cet album qu'un petit chien va venir accompagner nos deux héros. Il n'est pas encore nommé, mais vous l'aurez reconnu, il s'agit d'Idéfix qui se tient devant la charcuterie de Lutèce (page 13, case6) et qui ne quittera plus nos amis qui ne feront attention à lui qu'à la dernière page avec une caresse d'Obélix. 

 

Apparition de nouveaux personnages gaulois : 

Cetautomatix au physique pas encore définitif

Quatrédeusix

Beaufix

César Labeldecadix

Eponine

Odalix

Changélédix 

 

Apparition des personnages  : 

Erix fils de Barbe-Rouge 

 

Apparition de nouveaux personnages romains : 

Lucius Fleurdelotus

Faimoiducuscus

Tickedbus

Petilarus

Milexcus

Quintilius

Encorutilfaluquejelesus

Quelquilfus

Yenapus

Plexus

Radius

Motus

 


La couverture de l'album - © Uderzo - Dargaud.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse