Soleil : Trolls de Troy T23, Les Naufragés d'Ythaq T15

/ Critique - écrit par plienard, le 31/10/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Tout ce que Arleston fait de mieux.

Les naufragés d'Ythaq - Tome 15 : Imperator express - note : 8/10

Arleston et Adrien Floch reviennent en pleine forme avec un quinzième tome de leur série Les Naufragés d'Ythaq qui flirte avec rien moins que l'ambiance Star Wars. On y retrouve l'atmosphère et cette ambiance de space opéra que les premiers épisodes cinématographiques de George Lucas ont su nous procurer.


© Soleil 2018.

 

Granite, Narvarth et la cyborg Danaelle tentent de rejoindre les vaisseaux de la fédération. Pourchasser par les Purpres (une des races de la planète sur laquelle ils ont échoué), Narvarth et Danaelle sont vite mis hors-service. Seule Granite reste consciente et réussie à les emmener dans un train balare (une autre espèce de la planète aux caractéristiques physiologiques assez étonnantes) sur lequel elle se fait engager comme hôtesse.

Ce nouveau tome est sans doute une des meilleurs du nouveau cycle et de la série, tant les péripéties et les rebondissements sont légions et réussissent à surprendre le lecteur. Arleston montre qu'il a une imagination sans borne et Adrien Floch qu'il est sommet de son art. et ce n'est pas fini.

 

Trolls de Troy - Tome 23 : Art brut - note : 7,5/10

Si la bande dessinée est appelée le neuvième art, Christophe Arleston et son compère Jean-Louis Mourier nous montrent qu'elle n'en est pas pour autant un art mineur. Et pour le prouver, ils emmènent leur village d'irréductibles trolls dans les plaines sableuses du Delpont !


© Soleil 2018.

 

Le khalif Hopeïdemerfeil veut "faire connaître sa cité à tout le monde de Troy" et marier sa fille qui impose une condition : ce sera celui ou celle qui gagnera un concours de peinture avec pour thème, les Trolls. Le concours se tiendra au même moment qu'une exposition universelle.

Nos amis Waha, Teträm, Pröfy et les autres vont se voir enlever de leur élément naturel pour habiter sur une île en plein milieu du désert. Ils vont servir de modèle à tous les plus grands artistes de Troy.

Encore une histoire avec un sacré mordant et du sang à la fin, dans lequel les pinceaux vont tremper. L'originalité du monde créé par Arleston et Mourier se décline cette fois sur le thème de l'art et de la peinture avec un clin d'œil aux expositions universelles et une petite pique aux projets vaniteux de certains pays du Golfe avec leurs tours pharaoniques.

Dans cette première édition du tome 23, le petit plus est un cahier de 24 pages dans lequel le dessinateur Jean-Louis Mourier "applique" l'art Troll aux plus grands classiques de peinture pour un résultat plutôt bluffant et rigolo.

 


Les couvertures des 2 albums - © Soleil 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse