Soleil : Naufragés d’Ythaq T12 et Oracle T4

/ Critique - écrit par plienard, le 27/11/2014

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Oracle, tome 4 – Note 8/10

C’est accompagné d’Homère et d’un autre jeune homme que l’Oracle se rend à Corinthe. Il va alors leur faire le récit de Melos, un bel homme, admiré de tous, et des femmes en particulier. Cet avantage va d’ailleurs lui attirer les foudres d’Apollon. Malos va, en effet, tenter de séduire Aphrodite et le dieu grec ne compte pas laisser prendre l’avantage à un simple humain. Il va le rendre difforme, hideux et bossu. Dès lors, Melos n’a plus qu’un seul objectif, conquérir Aphrodite, la femme dont il est tombé amoureux, malgré son apparence et par-là même se venger d’Apollon. Il va demander l’aide du satyre Thesmodyon, maître dans l’art culinaire.


©Soleil édition 2014.

Quatrième album sur cinq prévus, la série Oracle arrive au bout et on peut déjà tirer la conclusion, que de tous les dieux Apollon est celui qui a le plus déchaîné la vengeance des hommes (voir tome 1 La Pythie) et ce tome où il déclenche la haine de Melos.

Le récit est ici signé Patrice Lespasse – romancier et scénariste – et est accompagné dans cette aventure dans le neuvième art par le dessinateur Nicolas Demare dont on a déjà pu voir le talent sur la série Merlin, la quête de l’épée dans la collection Celtic de l’éditeur toulonnais.

Le duo est en parfaite harmonie et nous mijote un superbe album. Vous allez découvrir toutes les saveurs possibles à la lecture de ce tome : de l’empathie pour Melos dont on comprend à la fois le désespoir et le courroux, pour ensuite passer au reniement de ce personnage qui va commettre un geste fatidique par amour. Une inversion des sentiments du lecteur dû à l’art des deux artistes, le tout dans un univers libertin, de plaisir de la chair et des chairs. Un album à déguster sans modération.

 

Les naufragés d’Ythaq, tome 12 – Note 7/10

Le second cycle des Naufragés d’Ythaq rentre dans le vif du sujet avec ce douzième tome de Christophe Arleston et Adrien Floch chez Soleil.

Petit rappel des faits précédents : Narvarth et Krurgor se font piéger par Callista qui a avalé les clefs pour contrôler les univers. Et les voilà enlevés par des cyb’mercenaires pour le compte de Gnosh ker Murdynthe.


©Soleil édition 2014.

Petit retournement de situation dans cet album.

Si Granite et l’agent Danaëlle retrouve rapidement la trace e leurs amis, le compte à rebours est en marche car Sarkun’hr Magremort est en passe de changer de corps-réceptacle. L’existence des deux univers ne tient qu’à la réussite de la mission des deux agents spéciaux.

Un rebondissement important est à découvrir dans cet album où la tension est à son comble : entre les personnages, tout d’abord, car Narvarth a quand même fait une grosse bêtise avec Callista ce qui ne va pas plaire à Granite. Ensuite, si Narvarth le poète était gage d’un certain contrôle sur Sarkun’hr, on n peut pas en dire autant de l’esprit de son nouveau corps. Cela promet de belles mésaventures à venir.

C’est sans doute la meilleure trouvaille de ce second cycle, qui va réussir là où le second cycle de Lanfeust s’était un peu fourvoyé. Cette « mauvaise » expérience a sans aucun doute servi de leçon pour cette série qui peut se targuer d’avoir un nouveau cycle aussi captivant que le premier, si ce n’est plus ...

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse