Le Lombard : Louve T7, Alpha premières armes T4, Niklos Koda T15

/ Critique - écrit par plienard, le 19/06/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Alors qu'on revient sur les débuts de Dwight Tyler, les aventures de Niklos Koda se terminent et celle de Louve vont bientôt se boucler avec celles de son père.

Louve - Tome 7 : Nidhogg - note : 7/10

La fille de Thorgal veut éviter qu'une guerre entre les deux mondes se déclarent. Elle essaie de convaincre le serpent Nidhogg, banni par Odin, de l'aider à empêcher les Alfes noirs de réaliser leur projet. Mais la rancoeur de Nidhogg envers les dieux est trop grande et Louve, accompagné du nain Tjahzi, vont devoir échapper à ses crocs. Et voilà qu'elle va retomber entre les mains du mage Azzalepstön.


© Le Lombard 2017.

 
Dernier tome du spin-off de la série Thorgal consacrée à sa fille, Louve. L'objectif étant de pouvoir raccrocher avec le tome 36 de la série-mère. Yann et Roman Surzhenko - le duo qui officie aussi sur l'autre spin-off, la jeunesse de Thorgal - respecte depuis sept albums le monde et l'univers mis en place par Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski. Et cela, même si le personnage de Louve a fortement évolué depuis le premier tome. D'une petite fille un peu rebelle, elle va devenir cette jeune fille toujours volontaire mais avec un peu plus de plomb dans la cervelle. Les épreuves l'ont fait mûrir.
Mais l'album devant racrocher avec le tome 36 de Thorgal, il est vrai qu'on a un peu l'impression d'une précipitation des événements. Et les lecteurs ont intérêt à être très attentifs pour suivre les nombreuses péripéties et retournements de situation pour arriver à une fin plutôt émouvante qui permet d'oublier les raccourcis un peu faciles que le scénario s'est permis (comme lorsqu'il faut sauver Louve du serpent Nidhogg). Mais d'autres retournements, beaucoup plus originaux rattrapent aussi cette petite faiblesse qui ne nous a pas convaincu.
On attend maintenant le n°36 de Thorgal et les deux prochains albums de Kriss de Valnor pour avoir l'intégralité de cet arc scénaristique démarré depuis le tome 30.


Niklos Koda - Tome 15 : Le dernier masque - note : 7,5/10

Jean Dufaux et Olivier Grenson mettent fin à l'un des personnages de la bande dessinée les plus charismatiques qui soit, ainsi qu'à une série qui fut l'une des plus originales sur ces quinze dernières années.


© Le Lombard 2017.

 
Niklos Koda, à la fois espion et magicien, est arrivé au bout du chemin. Après avoir lu le sixième livre et affronté le Spiborg, le voilà qu'il veut affronter Barrios Jésus, son premier adversaire (dans les premiers tomes). Mais ce dernier a toujours un coup d'avance sur lui.
Les auteurs bouclent la boucle avec les premiers épisodes et continuent de faire le ménage avec tous les personnages rencontrés au fil des quinze tomes. Et certains ont du souci à se faire.
Et le moins que l'on puisse dire c'est que Niklos a bien changé depuis le début de ses aventures. Le playboy charismatique des débuts a laissé la place à un personnage beaucoup plus sombre. Et comme le dit Aïcha Ferouz : "la lumière a disparu. Niklos s'est effacé dans une ombre qui le dévore ....".
Un dernier album comme pour revenir au basique, au début de la série, et remettre tout en ordre avant de nous quitter.

Alpha premières armes - Tome 4 : Matriochkas - note : 6,5/10

La préquelle de la série Alpha, nommée sobrement Alpha premières armes, s'offre  un quatrième tome tout en énergie et en action. Peu de place à la réflexion dans cet album de 48 pages seulement et qui aurait pu (dû ?) allez jusqu'à 56 ou 64 pages allègrement.


© Le Lombard 2017.

 
Dwight Tyler continue sa vendetta pour venger son ami mort lors de l'opération de son escadron. Ayant réussi à récupérer des documents importants lui permettant d'identifier les responsables, il parcourt le monde et fomente des stratagèmes pour monter les différents responsables entre eux. Mais Alpha n'a pas autant les coudées franches qu'il le croit. La CIA n'a pas forcémenet intérêt qu'il s'ingère dans ses affaires.
Emmanuel Herzet et Alain Queireix sont les auteurs de cette préquelle et réussissent une montée en puissance à chaque album. L'intrigue s'est étoffée et on se retrouve avec une bande dessinée qui navigue entre XIII et I.R.$. Tout cela fleure bon la qualité mais on reste quand même sur notre faim.
Si on veut bien croire que Tyler est un surdoué et qu'il a un maximum de chance, on a quand même du mal à avaler qu'il ait autant de réseau pour se sortir de toutes les situations inextricables dans lesquelles il se met. De plus, les mafieux et les criminels qu'il chasse ne sont pas des enfants de choeur, ni tombés de la dernière pluie. Et si leur cupidité est un bon motif, il apparait bien mince pour justifier qu'ils pètent les plombs.
Au final, ils manquent à n'en pas douter quelques pages d'explications pour vraiment nous convaincre.


Les couvertures des 3 albums - © Le Lombard 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse