8.5/10La dream team de Spirou

/ Critique - écrit par plienard, le 22/01/2011
Notre verdict : 8.5/10 - Chicken run (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Règlements de comptes à OK Charleroi. Yann et Simon Léturgie signent un pamphlet sur leurs employeurs et sur leur métier. Rigolo à souhait et à prendre avec beaucoup d'humour, surtout si vous êtes concernés.

Aux éditions Darpuis-Long Kanard, les choses vont mal. Les bénéfices ont augmenté d’à peine 6,95%. Il faut donc rebooster tout cela et les dirigeants (sorte de secte d’encagoulés ne pensant qu’au profit) recrutent un nouveau rédacteur-chef,  Frédéric Niffle, le paon, surnommé Peter Paon. Devant la tâche à accomplir, il va constituer une équipe de rêve composée de Yann le corbeau, Simon le rat, Hughes le poulet et Alain de Kuyssche le cochon.


DR.
Vous vous en doutez, cet album est un album de pure dérision. Toute ressemblance avec des auteurs ou des personnes existant sont totalement voulues. On reconnaîtra Frédéric Niffle et Alain de Kuyssche respectivement l’actuel et un ancien rédacteur chef du journal Spirou, les dessinateurs et scénaristes Yann, Simon Léturgie, Alain de Kuyssche, des allusions à Raoul Cauvin et sa prolifique production (il a d’ailleurs droit à un immeuble sur les deuxième et troisième de couverture), à Largo Winch (avec la caricature Wargo Lynch pourchassé par une contrôleuse des impôts)

A la lecture de cet album, différents sentiments se mêlent. Du bonheur à retrouver grimés et adaptés les différents héros de BD. Dans le désordre, XIV ½, Ducky Duck, Wargo Lynch, Boule et Bill avec un Boule obèse et Bill qui a des problèmes de prostate et de diabète. Mais aussi de l’étonnement et du respect car l’album est assez corrosif. Mais tout le monde en prend pour son grade. Les auteurs, tout d’abord, qui font partie de la dream team (les vantards !), et qui font surtout les pires âneries. Vous l’aurez sans doute compris, les éditions Darpuis-Long Kanard sont la contraction de plusieurs maisons d’éditions existantes.
DR.
C’est aussi une manière de critiquer la réunion de toutes ces entreprises appartenant maintenant à un même groupe Média-Participations (même si pour les lecteurs il n’y a rien de visible). La direction en prend aussi pour son grade, symbolisée qu’elle est par d’énigmatiques personnages cachés sous des bures. On connaît juste les noms par lesquels ils s’appellent : Frère Averell, frère Joe, frère René-Albert renommé Frère Albert après la perte de sesterces ... leur plaisir est de se jeter dans leur piscine remplie de billet (clin à d’œil à Picsou) et dont le but essentiel est de faire du profit, et encore du profit.

On pourrait continuer encore longtemps et vous dévoiler l’album, ce qui ne serait pas intéressant. Sachez que l’on y fait hommage à Gaston avec un comptable et Flouzemaker qui vient signer des contrats, que l’on s’y moque du manga et tout ce qui touche à la bande dessinée.

L’album est composé de petites histoires qui se suivent. Il est étonnant par son côté vindicatif, mais c’est surtout un album d’humour. Chaque page, voire chaque case,  recèle d’une anecdote, d’un gag. Et cela montre que le monde de la bande dessinée a le sens de l’humour et sait se moquer de lui-même.

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Tuniques bleues (Les)
Tuniques bleues (Les)