7.5/10Lucky Luke : l'après-Goscinny (1978-2009)

/ Critique - écrit par riffhifi, le 13/10/2009
Notre verdict : 7.5/10 - The Luke of Love (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 7 minute(s) - 3 réactions

La mort de René Goscinny en 1977 n'a pas mis fin aux aventures du cow-boy solitaire, qui fut repris par plusieurs scénaristes jusqu'à la mort de Morris, et au-delà. A ce jour, il est à la fois égal à lui-même et toujours très loin de chez lui.

En 1977, René Goscinny embarque dans le fiacre de l'iconique croque-mort habitué des pages de Lucky Luke. Le monde de la bande dessinée est endeuillé, plusieurs personnages mythiques se retrouvent orphelins. Les dessinateurs ne déposent pas les armes pour autant, et continuent de faire vivre les séries pour le plaisir du public et la mémoire du scénariste parti trop tôt. Albert Uderzo et Jean Tabary se chargent eux-mêmes de l'écriture des nouveaux albums d'Astérix et d'Iznogoud : on aurait pu s'attendre à ce que Morris fasse de même pour Lucky Luke, d'autant qu'il n'avait pas attendu Goscinny pour faire vivre le cow-boy en solo. Pourtant, l'artiste prend une décision qui, au regard du déclin progressif de l'œuvre de ses confrères, paraît rétrospectivement comme la plus sage : il s'entoure de nouveaux scénaristes. En une vingtaine d'années de ce régime, pas moins de quatorze auteurs se relaient à l'écriture de la série, sans compter les scénarios inédits de Goscinny exhumés à titre posthume.

La fiancée de Lucky Luke (1985)
La fiancée de Lucky Luke (1985)
Les plus présents sont les comparses Xavier Fauche et Jean Léturgie, qui signent dix albums de 1982 à 1997, ensemble ou séparément ; ils s'occupent également des aventures parallèles de Rantanplan, une série dérivée dont on aurait pu se passer... Mais Fauche et Léturgie sont surtout les auteurs de certains des plus grands classiques, comme Sarah Bernhardt ou Le Pony express. Le créateur de Léonard, Bob De Groot, assure un album au début des années 80 (Le bandit manchot, un des plus savoureux et des plus fidèles à l'esprit de Goscinny), une courte histoire dans le suivant, puis revient pour deux autres en 1998 et 2001, inventant notamment aux Dalton un nouveau cousin prénommé Marcel. Lo Hartog Van Banda signe en tout trois albums de 1983 à 1992, parmi les moins inspirés (Fingers, Nitroglycérine et Chasse aux fantômes). Guy Vidal, vite accompagné de Claude Klotz et Jean-Louis Robert sous le pseudonyme commun de Claude Guylouis, écrira trois albums dans lesquels on sent poindre régulièrement une envie de déconne à l'esprit un peu éloigné de celui de Lucky Luke (dans Le ranch maudit, on reconnaît en l'espace de deux pages Groucho Marx, Christopher Lee, Serge Gainsbourg, Alfred Hitchcock et la maison de Psychose, une frénésie de caricature et de référence un peu too much bien qu'on sache Morris féru de cinéma).

En 1995, à l'approche des cinquante ans du personnage, un coup de jeune semblait s'imposer. Pourtant, l'album Kid Lucky fit un sérieux bide malgré le scénario de Léturgie et le dessin de Didier Conrad (sous le pseudonyme Pearce). Le deuxième tome, Oklahoma Jim, paraît en 1997 sous le label Lucky Luke, par La statue (1986)
La statue (1986)
sécurité. Conrad a œuvré par ailleurs sur la série principale, à l'instar de plusieurs autres dessinateurs qui assistaient Morris dans l'ombre sur ses vieux jours.

En 1978, le dessin animé La ballade des Dalton (sur lequel Goscinny avait personnellement travaillé peu de temps avant sa mort) sortait sur les écrans. Morris ayant pris goût à l'animation de son personnage, il continuera l'effort en 1983 avec Les Dalton en cavale, dont la première affiche mènera à un changement bien connu chez le personnage : obligé de modifier l'image où Luke s'allumait une cigarette, le dessinateur décida de remplacer définitivement cette dernière par un brin d'herbe dans les albums à venir ; il sera décoré en 1988 par l'OMS pour ce choix. Dès 1984, une série animée coproduite par les Américains Hannah et Barbera (Tom & Jerry, Satanas & Diabolo, Scoubidou...) voit le jour dans le but de conquérir le public anglo-saxon. Le succès est mitigé (et la production bridée par les impératifs des lobbies : il convient de ne pas stigmatiser les populations mexicaines ou chinoises), et la série tourne court. Pas découragé, Morris participe en 1991 à une nouvelle saison, produite en France cette fois. Toutes ces versions ont la particularité commune de bénéficier d'une excellente musique de Claude Bolling... Tout le monde a encore en tête les mélodies de « Bang Bang Lucky Luke » ou de « Tagada tagada, voilà les Dalton » (chanté par Joe Dassin). On retient également la voix de Jacques Thébault, qui est l'organe officiel de Luke à partir des Dalton en cavale. 1991 est également l'année où le cow-boy change d'étable, troquant Dargaud contre sa filiale Lucky Productions créée exprès pour lui (le nom deviendra Lucky Comics en 1999), ainsi que celle où Terence Hill réalise et interprète la première adaptation live de Lucky Luke, dans un long métrage faiblard qu'il prolongera d'une courte série TV en 1993. Il faudra ensuite attendre 2001 1990
1993
pour revoir le cow-boy sur les écrans, dans une série animée produite par Xilam : Les nouvelles aventures de Lucky Luke, avec la voix d'Antoine De Caunes. Morris ne verra jamais le résultat diffusé : il passe le colt à gauche durant la production, le 17 juillet 2001, laissant sa création aux bons soins des éditions Lucky Comics.

Jolly Jumper et son cavalier continuent leur périple depuis, avec une cohérence plus grande dans leur version dessinée que dans leur représentation à l'écran. Ainsi, les nouveaux albums sont assurés par un duo a priori improbable mais finalement convaincant : Achdé au dessin et, plus surprenant, Laurent Gerra au scénario, ont livré La belle province en 2004, La corde au cou en 2006 et L'homme de Washington en 2008, qui constituent de très corrects ajouts à la collection. Au cinéma, 2004 a été l'année funeste des Dalton, interprétés par Eric, Ramzy et deux inconnus face à Til Schweiger dans le rôle de Lucky Luke. 2007 a vu la sortie du dessin animé hystérique Tous à l'ouest, avec la voix de Lambert Wilson à peine audible au milieu du vacarme ambiant. En octobre 2009, une nouvelle version live pointe son nez, avec Jean Dujardin dans le rôle-titre, Michaël Youn en Billy the Kid, Sylvie Testud en Calamity Jane, Daniel Prévost en Pat Poker et Melvil Poupaud en Jesse James. Faut-il avoir confiance ? En attendant, l'homme qui tire plus vite que son ombre semble toujours aussi populaire, 63 ans après sa création...


Chez Dargaud :

Tome 47 - Le magot des Dalton (1980, scénario de Vicq)
Tome 48 - Le bandit manchot (1981, scénario de Bob de Groot)
Tome 49 - La corde du pendu (1982, scénarios de Bob de Groot, Vicq, René Goscinny, Dom Domi et Lodewijk)
Tome 50 - Sarah Bernhardt (1982, scénario de Xavier Fauche et Jean Léturgie)
Tome 51 - Daisy Town
(1983, scénario de René Goscinny : album du film)
Tome 52 - Fingers (1983, scénario de Lo Hartog Van Banda)
Tome 53 - Le Daily Star (1984, scénario de Xavier Fauche et Jean Léturgie)
Tome 54 - La fiancée de Lucky Luke (1985, scénario de Guy Vidal)
Tome 55 - La ballade des Dalton et autres histoires (1986, scénarios de René Goscinny, Greg et Morris)
Tome 56 - Le ranch maudit (1986, scénario de Claude Guylouis [Guy Vidal, Claude Klotz et Jean-Louis Robert], Xavier Fauche et Jean Léturgie)
Tome 57 - Nitroglycérine (1987, scénario de Lo Hartog Van Banda)
Tome 58 - L'alibi (1987, scénario de Claude Guylouis)
Tome 59 - Le Pony Express (1988, scénario de Xavier Fauche et Jean Léturgie)

Chez Lucky Comics :

Tome 60 - L'amnésie des Dalton (1991, scénario de Xavier Fauche et Jean Léturgie)
Tome 61 - Chasse aux fantômes (1992, scénario de Lo Hartog Van Banda)
Tome 62 - Les Dalton à la noce (1993, scénario de Xavier Fauche et Jean Léturgie)
Tome 63 - Le pont sur le Mississipi (1994, scénario de Xavier Fauche et Jean Léturgie)
Tome 64 - Belle Starr (1995, scénario de Xavier Fauche)
Hors-série - Kid Lucky (1995, scénario de Jean Léturgie et dessin de Pearce [Didier Conrad])
Tome 65 - Le Klondike (1996, scénario de Yann et Jean Léturgie) 
Hors-série - Oklahoma Jim (1997, scénario de Jean Léturgie et dessin de Pearce)
Tome 66 - O.K. Corral
(1997, scénario de Xavier Fauche et Eric Adam)
Tome 67 - Marcel Dalton (1998, scénario de Bob de Groot)
Tome 68 - Le prophète (2000, scénario de Patrick Nordmann)
Tome 69 - L'artiste peintre (2001, scénario de Bob de Groot)
Tome 70 - La légende de l'ouest (2002, scénario de Patrick Nordmann)

Les aventures de Lucky Luke d'après Morris (Achdé / Laurent Gerra)

Tome 1 - La belle province (2004)
Tome 2 - La corde au cou (2006)
Tome 3 - L'homme de Washington (2008)

A découvrir
Sambre
Sambre
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team