8.5/10Lucky Luke : Morris cow-boy solitaire (1945-1958)

/ Critique - écrit par riffhifi, le 26/11/2007
Notre verdict : 8.5/10 - Le Luke bordé de nouilles (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 3 réactions

Dossier sur la première période : Morris cowboy solitaire (1945-1958)

Lucky Luke est né dans la première moitié du vingtième siècle. Il apparaît dans les pages de L'Almanach Spirou en 1946, et continue aujourd'hui encore de sillonner les rayons des librairies et les rétines des spectateurs, dessiné durant près de soixante ans par son créateur Morris et repris depuis sa mort en 2001 par de nouveaux auteurs. La popularité du cow-boy a engendré, outre d'innombrables produits dérivés, plusieurs séries animées, un film et une série avec (soupir) Terence Hill, un film avec (très gros soupir) Eric et Ramzy, plusieurs longs métrages d'animation dont le prochain sortira le 5 décembre sous le titre Tous à l'Ouest, et un nouveau film actuellement en préparation avec Jean Dujardin. Retour sur les origines du personnage : ...

Première apparition (1945)
Première apparition (1945)
En 1945, alors que le journal Spirou reprend le cours normal de ses activités après la guerre, un jeune auteur de 22 ans nommé Maurice de Bévère (Morris) affûte ses crayons et écrit la première aventure de Lucky Luke titrée Arizona 1880. On remarquera qu'elle ne sera reprise que dans le troisième album officiel de Lucky Luke, appelé Arizona et présentant également deux gags en une page et la toute première histoire montrant Lucky Luke quitter la scène en chantant « I'm a poor lonesome cowboy » (Lucky Luke contre Cigarette Caesar, 1949). Il faudra attendre l'arrivée de René Goscinny au scénario pour que cette rengaine devienne la marque de fabrique du héros, de la même façon que le banquet à la fin des albums d'Astérix.

Goscinny, d'ailleurs, est trop souvent considéré comme le père de Lucky Luke, alors que Morris en fut le seul créateur et l'artisan durant près de treize ans et dix albums. La plupart des codes et des personnages de la série sont nés au cours de cette période : Jolly Jumper le cheval et confident de Luke, les Dalton (bien que pas sous leur forme définitive)... Ces dix albums montrent une évolution sensible du style, et un changement d'aspect progressif de Luke, qui passe du petit bonhomme rondouillard "à l'américaine" au grand échalas à mâchoire carrée, avant de devenir plus ou moins le jovial cowboy à l'expression placide que l'on connaît aujourd'hui ; quant au costume, si Luke arbore dès les débuts ses couleurs définitives, il commence par porter une chemise à carreau sans veston, et un blue jean qui n'a de bleu que le nom puisqu'il est noir dans ses premières aventures. Hors-la-loi (1954)
Hors-la-loi (1954)
Le format des histoires met lui aussi quelques années à se stabiliser : d'abord longues d'une vingtaine de pages, elles s'organisent rapidement en diptyques (sur les Dalton, le Dr Doxey...) ; utilisant au début la technique toute simple du gaufrier avec quatre rangées de cases, Morris tente de passer à cinq rangées avec Mad Jim (publiée dans le premier album La mine d'or de Dick Digger), et trouve peu à peu sa liberté de mise en page, faite de cases de largeurs variables, parfois sans cadre, ainsi que son lettrage caractéristique.

On remarquera également que dans ses premières aventures, Luke n'hésite pas un instant à fumer comme un pompier (une habitude qu'il ne perdra que bien plus tard, en 1983), boire comme un trou et descendre ses adversaires froidement. Le côté "western" de la série est d'emblée très présent, Morris exprimant son amour du genre en explorant toutes ses facettes et toutes ses intrigues potentielles : attaques de diligence, ruée vers l'or, rodéos, intrigues de saloon, menaces d'indien... si le style n'est pas encore affiné, tout le décorum en revanche est rapidement en place.

Dans le tome 6, Hors-la-loi, Lucky Luke rencontre les Dalton pour la première fois. Les petits malins parmi vous clameront déjà qu'ils peuvent citer les noms des quatre zouaves de tête ; vous rigolerez moins quand vous apprendrez qu'ils s'appellent Bob, Grat, Bill et Emmett. En effet, cette première apparition met en scène le véritable quatuor, celui qui sévit dans les années 1890 et ne fut arrêté que le jour où ils dévalisèrent deux banques en même temps. Les frères dépeints dans cet album sont donc largement moins branques que le clan de Joe, et Alerte aux Pieds-Bleus (1958)
Alerte aux Pieds-Bleus (1958)
Emmett semble moins obsédé par la nourriture que son cousin Averell... l'arrivée des cousins Dalton se fera sous la plume de Goscinny, dès son deuxième album comme scénariste. On remarque également dans Hors-la-loi une affichette de mise à prix pour la tête de Billy the Kid ; le gros moustachu qu'on y voit n'a pas la moindre ressemblance avec le petit rouquin qui apparaîtra au tome 20...

En 1958, Morris propose à Goscinny, qu'il connaît depuis plusieurs années, de s'occuper des scénarios de Lucky Luke... C'est le début de l'âge d'or du personnage !


Tome 1 - La mine d'or de Dick Digger
(1949)
Tome 2 - Rodéo (1950)
Tome 3 - Arizona (1951)
Tome 4 - Sous le ciel de l'Ouest (1952)
Tome 5 - Lucky Luke contre Pat Poker (1953)
Tome 6 - Hors-la-loi (1954)
Tome 7 - L'élixir du Docteur Doxey (1955)
Tome 8 - Lucky Luke et Phil Defer (1956)
Tome 9 - Des rails sur la prairie (1957)
Tome 10 - Alerte aux Pieds-Bleus (1958)

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Tuniques bleues (Les)
Tuniques bleues (Les)
Joe Bar Team
Joe Bar Team