Le Lombard : Sisco et Capitaine Trèfle

/ Critique - écrit par plienard, le 01/10/2014

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 2 réactions

C’est un peu une aberration de mettre les deux albums ensemble tant leurs univers sont antinomiques. L’un est d’une réalité à faire peur, l’autre c’est de la pure poésie mais leur héros ont un sacré panache.

Sisco, tome 8 – note 8/10

Une très bonne note pour ce huitième album de Sisco par le duo Thomas Legrain (dessin) et Benec (scénario) qui continuent leur série sans fausse note.

Sisco est encore dans de beaux draps. Recherché par la DGSE, il va vouloir s’innocenter. Il faut dire qu’avec les casseroles qu’il traîne, il est le bouc-émissaire idéal pour les espions étrangers.


DR.

Un album mené à grand train dans lequel le héros n’hésite pas à se mettre en péril. Il joue son va-tout. Heureusement, il peut encore compter sur des collègues de confiance.

En un peu moins de 5 ans, nous en sommes déjà à 8 albums, c’est dire si les auteurs, et en particulier le dessinateur Thomas Legrain, se démènent autant que leur personnage. On arrive pourtant à une limite de l’acceptable dans le comportement de Sisco. Et les auteurs l’ont bien compris car cet album va être un tournant pour l’homme de main de l’état. C’est d’ailleurs une des qualités de la série et des auteurs : ils ne vont jamais trop loin, jamais au delà des possibilités offertes par le statut de leur personnage.

Cet album est la fin du quatrième diptyque et peut-être bien le début d’une nouvelle vie. On va suivre cela avec impatience.

 

Capitaine Trèfle – note 6.5/10

Dans un autre style, on découvre un héros qui ne manque pas de panache. Le capitaine Trèfle est tiré d’un roman de Pierre Dubois et est mis en image par René Hausman. Un duo qu’on connaît bien puisqu’ils ont déjà signé ensemble Laïyna (deux titres chez Dupuis) et L’almanach sorcier (aux éditions Synapse Graphic). Mais qu’on connaît aussi en solo pour Le chat qui courait sur les toits de René Hausman ou La légende du changeling de Pierre Dubois.


DR.

La prestigieuse collection Signé du Lombard – qui fête ses 20 ans – les accueille avec cette histoire de capes et d’épées en premier lieu, mais aussi et surtout de fantaisie. Le petit peuple est en effet bien présent et cela n’étonnera personne tant on connaît la passion des deux hommes pour cet univers et ces légendes, en particulier Pierre Dubois, autoproclamé elficologue !

Trèfle est un capitaine qui a du panache et de la noblesse (de cœur). Quand il entend une petite voix crier au secours, il accourt. Il transperce quelques malandrins, mais ne peut empêcher un pirate à la veste écarlate et à la jambe de bois de s’échapper. Il vient alors de sauver un drôle de petit personnage. Une sorte de lutin qu’il s’empresse d’amener à Bucane Noctiflore, un magicien-astrologue. Débute alors une aventure qui va l’emmener jusqu’au pays des fées et des lutins.

Pierre Dubois et René Hausman ne pouvaient rien faire d’autre qu’un album comme celui-ci. Il est à l’image de leur bibliographie, beau et dépaysant. Il fleure bon les vieux contes et la poésie. Ils y  ajoutent, en plus, des dialogues aux tournures anciennes et surtout un certain humour (et amour) des jeux de mots. Le premier d’entre eux, le « Chat-clown » qui découpe l’album plutôt qu’en cha-pitre. Mais attention, tout n’est pas des plus drôles. L’histoire inclut des passages émouvants comme l’enlèvement de Dodeline la lutine.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse