7.5/10Panini Comics - MARVEL CLASSIC : AVENGERS - L'INTÉGRALE 1965 (NOUVELLE ÉDITION)

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 31/07/2015
Notre verdict : 7.5/10 - Une équipe qui gagne !

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Les Avengers renouvellent les effectifs dans cette intégrale de 1965. Les "vieux" vont quand même faire un tour d'honneur avant de laisser la place à la nouvelle génération de héros qui aura fort à faire dans des aventures cultes à découvrir ou redécouvrir !

Les Avengers ont le vent en poupe et l’intégrale 1965 est l’occasion parfaite pour réviser ses classiques. A la tête de nos héros, nous avons toujours le fabuleux Stan Lee. Il sera accompagné, le temps d’un épisode par Jack Kirby (que l’on ne présente plus) et enfin, ce sera Don Heck qui sera aux crayons pour les autres aventures qui attendent les Avengers. J’étais dubitatif quand à cette intégrale puisque la préface n’était pas du tout engageante. En somme, 1965 était une année où des nouveaux personnages débarquent mais où ils n’ont aucun challenge dans des aventures peu palpitantes. Pour enfoncer le clou, Don Heck, malgré son talent, ne donne pas assez de relief aux héros comparé à Kirby. Rassurez-vous, je suis allé au-delà de la préface et le résultat est différent.

Pour la technique, il est vrai que Kirby a une vision très dynamique du comics. Cependant, Don Heck a un trait fin qui permet d’apporter du détail et qui n’est pas vilain du tout. Quand à nos héros, penchons nous sur ce que Stan Lee leur a concocté : tout d’abord, l’équipe doit faire face à diverses menaces et nous sentons nos héros qui fatiguent. L’ambiance parmi eux se tend et c’est particulièrement palpable lorsque Ant-Man se fait railler par ses alliés lorsqu’il annonce que les fourmis l’ont prévenu d’une grande catastrophe. Mais l’équipe restera soudée malgré l’adversité y compris lorsqu’ils seront accusés de trahison (je vous passe les détails pour que vous gardiez le plaisir de la découverte).


Kang ! Le combat s'annonce âpre !

Cependant, Stan Lee trouve nos héros peut-être trop efficaces ou bien veut-il qu’ils aillent s’amuser davantage dans leurs histoires solos car il explose le groupe et les fondateurs laissent les clés à Captain America. Une campagne d’embauche plus tard, nous découvrons, parmi les vengeurs, les premiers pas d’Hawkeye, de Quicksilver et de la belle Scarlett Witch. Le quatuor n’a peut-être pas de gros bras comme Thor mais elle peut compter sur leur travail d’équipe pour triompher de leurs premiers ennemis. Après le baptême du feu, on sent un changement d’attitude dans l’univers des Vengeurs. Le langage n’est plus aussi châtié et Hawkeye est le premier a manqué de respect à quiconque croise son chemin. Power Man (il ne s’agit pas de Luke Cage) va être le premier à profiter de la situation pour mettre, avec l’Enchanteresse, nos héros en péril. Néanmoins, malgré la bonne prestation des vilains, ils ne restent pas dans les annales à l’instar du Mandarin qui frisait le ridicule. Néanmoins, Stan Lee a gardé un as dans sa manche et la dernière partie s’avère passionnante. Kang le conquérant profite du départ de Captain America pour attaquer le groupe. S’en suivra le retour du héros bleu blanc rouge et une série d’affrontement stupéfiant avant de nous laisser en plein suspense avec la promesse d’une guerre planétaire pour la défense d’un royaume issu d’un futur lointain.

En somme, malgré sa préface, cette intégrale s’apprécie amplement. Certes, les simagrées et autres rivalités dans le groupe s’avèrent un peu trop exagérés. Certes, Don Heck pourrait envoyer un peu plus la sauce dans les duels mais les histoires s’avèrent prenantes et riches en rebondissements.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse