9.5/10Le Spirou de … - Tome 15 - L'espoir malgré tout (deuxième partie)

/ Critique - écrit par plienard, le 04/10/2019
Notre verdict : 9.5/10 - Spirou avec un grand S (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Spirou entre dans l'Histoire.

On avait laisser passer la première partie sans rien dire. Mais cette fois, il n'est plus possible de nous taire. Emile Bravo décliné "son" Spirou encore un peu plus loin. Après le journal d'un ingénu ( Le Spirou de … T4), il a repris ses personnages là où il les avait laissés pour leur faire traverser la guerre, .. Et de quelle manière !


© Dupuis 2019.

 Alors que Fantasio est sur le point de partir travailler en Allemagne, Spirou parvient à le convaincre de ne pas y aller. Mais sans travail, sans revenus et menacés d'expulsion par le prêtre qui leur loue une chambre, Spirou a une fameuse idée : créer un théâtre ambulant de marionnettes. Les histoires seront écrites par Fantasio et ils se rendront de villes en villages, à travers la Belgique pour distraire les enfants. Aidés par Félix et Felka, le couple de peintres juifs, ils trouvent aussi un mystérieux mécène qui leur permet de réaliser leur idée.

Si la collection "Le Spirou de …" permet à chaque auteur d'imager un Spirou loin des contraintes de la série-mère, celui d'Émile Bravo joue avec l'histoire de la maison d'édition Dupuis pour donner encore plus de profondeur et d'authenticité à son histoire. Un peu comme l'ont fait Yves Sente et Laurent Verron dans le tome 12, Il s'appelait Ptirou. Ainsi dans l'historique de la maison d'édition carolorégienne, le théâtre de marionnettes a effectivement existée durant la guerre, dont on vous pouvez retrouver l'histoire dans Le Petit théâtre de Spirou (48 pages, par Jean Doisy et Al Severin).

C'est évidemment le clin d'œil de l'auteur à cette époque. Mais le récit d'Emile Bravo offre aussi des personnages assez bouleversants et émouvants. Si Spirou est une sorte de boy scout idéaliste, Fantasio est lui un insupportable égoïste et fait preuve d'une maladresse chronique. Ils forment à deux un duo improbable qui va évoluer au fil des pages prenant ainsi plus d'épaisseur. Le plus flagrant étant le personnage de Fantasio. Spirou, lui, garde son côté fidèle jusqu'au boutisme.

Prévu en quatre tomes, cette aventure est assez bouleversante et fini, dans ce deuxième tome, de manière dramatique. On prend déjà rendez-vous pour la suite. Mais il est difficile de garder l'espoir malgré tout …

 


La couverture de l'album - © Dupuis 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse