Delcourt : Champs d’honneur T1, Aliénor la légende noire T5

/ Critique - écrit par plienard, le 22/07/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Deux belles séries de bandes dessinées historiques de qualité.

Chanps d’honneur – Tome 1 : Valmy, septembre 1792 – note : 7.5/10

C’est une toute nouvelle série de cinq récits indépendants que les éditions Delcourt et Thierry Gloris nous proposent. Une série historique – un genre que le scénariste connaît bien puisqu’il est lui-même titulaire d’un DEA d’Histoire et qu’il a déjà signé les récits d’Isabelle la louve (Les Reines de sang) ou  encore Waterloo 1911 – qui reviendra sur quelques batailles historiques qui ont fait la France et qui lui ont donné son identité.


©Delcourt édition 2016.

Il s’agit, ici, de la bataille de Valmy, en septembre 1792 où l’armée française va s’opposer à une armée de coalition menée par l’empereur d’Autriche. Totalement désordonnée, sans expérience, l’armée française va mettre en échec une armée professionnelle grâce à son enthousiasme. Ce jour là, la république française est née.

Et c’est cet événement que nous propose de redécouvrir Thierry Gloris, loin de nos manuels d’histoire si barbant. Au travers que quelques personnages historiques et romancés, le scénariste réussit à nous emmener sur ce champ d’honneur.

 

Reine de sang – Aliénor la légende noire volume 5 – note 7/10

 

On retrouve la très volontaire Aliénor d’Aquitaine en passe de devenir la prochaine reine d’Angleterre. Aura-t-elle le sang-froid nécessaire car elle nous a habitués à réagir avant de réfléchir. Et si avec Henri Plantagenêt, ils semblent être dans le même état d’esprit, le roi de France, son ex, n’est pas prêt de les laisser faire.


©Delcourt édition 2016.
Les deux scénaristes Arnaud Dalalande et Simona Mogavino signent une série de grande qualité chez Delcourt et ce cinquième album ne le dément pas. Le dessin de Carlos Gomez est très agréable malgré des ambiances parfois un peu trop bucoliques. Cet album a ceci de particulier qu’on a parfois l’impression qu’on s’écarte de la vérité historique pour l’histoire d’amour romancée d’Aliénor. Du coup, elle perd un peu de son aura de reine pour la laisser à son époux, futur roi d’Angleterre.

Si cet album apparaît plus romancé que les précédents, on y trouve toujours ces jeux politiques, ces trahisons et ces faux-semblants et il offre une façon originale et plaisante de découvrir l’histoire de France.


Les couvertures des 2 albums - ©Delcourt édition 2016.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse