6.5/10Boule et Bill font la fête - 40 ans de Boule et Bill

/ Critique - écrit , le 04/08/2006
Notre verdict : 6.5/10 - Hommage entre copains (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Les têtes blondes souhaitant lire avec amusement les gags du petit rouquin et de son attachant cocker trouveront davantage satisfaction en se replongeant dans les vieilles BD de Roba.

Le 14 juin dernier, Roba nous quittait, laissant orphelin deux personnages qui sont déjà rentrés depuis longtemps dans le panthéon de la bdessinée : Boule et Bill. En 1999, Dargaud éditait un album spécial rendant hommage à quarante années de bons et loyaux services. Pour fêter dignement l'anniversaire du gamin à la tignasse rousse et de son cocker, tous les grands (et petits) noms de la bande dessinée franco-belge ont usé avec plaisir de leurs pinceaux.

Ainsi, le lecteur peut s'amuser à regarder l'interprétation personnelle de chaque dessinateurs sur leur vision de Boule et Bill. Que ce soit sous forme d'illustrations, de planches exclusives ou simplement de textes pour exprimer leur affection. Entre deux critiques élogieuses, nous découvrons un petit apparté où a été placé une biographie de Roba.
Nous y apprenons alors son goût immodéré pour la liberté et l'insouciance qu'il retranscrira plus tard dans les aventures de ses deux personnages fétiches. Une source d'inspiration sans borne qu'il puisera dans son enfance, son insatiable appétit des lectures de Pim, Pam, Poum ou encore la Guerre des boutons, mais aussi en observant son fils qu'il a prit comme modèle pour donner vie à Boule.

Mis à part la conception de cette série connue de tous, nous découvrons aussi son parcours professionnel. Sa naissance tout d'abord dans la banlieue Bruxelloise où il s'abandonne à la mentalité des gamins des rue. S'en suit alors ses débuts dans l'univers fascinant de l'imprimerie où il apprend toutes les techniques du métier. Il débute par la suite une carrière précoce (à 16 ans) dans la publicité en tant que dessinateur puis chef de studio. Son enseignement graphique n'en ressort que davantage renforcé. C'est en 1958 qu'il fait son entrée dans la bande dessinée en intégrant l'équipe du Journal de Spirou. Il multiplie alors les collaborations fructueuses où il met en scène deux histoires de l'Oncle Paul, d'autres séries complètes comme Tioux le petit sioux, Joe le toubib ou encore les frères Fratelli.

C'est en 1959 que Roba va s'affirmer aux yeux du grand public. Outre Franquin qui fait appel à ses services étant donné les nombreuses demandes dont il fait l'objet, Roba dessine un scénario de Maurice Leroy où apparaissent pour la première fois Boule et Bill : Boule et les minis requins. Même s'il monte d'autres projets en parallèle, Boule et Bill demeure le plus populaire. La genèse de Boule et Bill est mise en scène quelques pages plus tard dans l'album qui leur rend hommage. Une courte anecdote de deux pages scénarisée par Yvan Delporte. Un petit clin d'oeil qui n'apporte volontairement rien de nouveau mais fidèle à l'univers humouristique de Roba.

Outre la contribution de l'auteur, nous pouvons découvrir de courtes histoires issus de séries moins connus. Tioux le petit Sioux dont certains points ne sont pas sans rappeler son cousin de papier Yakari, ou encore la naissance du fantôme écossais Bonnie Jock. Ces deux héros, dont les traits sont caractéristiques à ceux de leur paternel, sont fortement marqués par son empreinte narrative au point qu'il serait intéressant de rééditer plus longuement l'ensemble du travail de l'auteur. Car s'il y a bien une chose regrettable dans ce numéro spécial, c'est sans doute son manque de consistance. En effet, la conception de Boule et Bill et la biographie de leur créateur prennent peu de place : 5 pages sur 47. Le reste est comblé par des illustrations peu connues du grand public mais peu originales étant donné l'impression de déjà vu. Sont présentés également les autres travaux de Roba et surtout, les dédicaces de chaque artistes. Témoignages affectueux qui, heureusement, parviennent chacun à s'imposer de par leur originalité. La dernière page est clôturée par un gag de Roba lui même déjà connu dans le passé (édité en 1997) alors qu'il aurait été plus judicieux d'en ajouter un nouveau pour l'occasion. Petite négligence pouvant laisser penser que les préparatifs pour fêter les 40 ans de Boule et Bill ont été expédié telle un lettre la poste.

Au final, Boule et Bill font la fête s'avère être une dédicace collective proche du concept de l'émission Vivement Dimanche, animée par Michel Drucker. L'ambiance y est certes très conviviale et satisfera sans doute les fans inconditionnels de Roba sans pour autant être un achat nécessaire. Les têtes blondes souhaitant lire avec amusement les gags du petit rouquin et de son attachant cocker trouveront davantage satisfaction en se replongeant dans les vieilles BD de Roba dont le concept a été hérité par Laurent Verron en 2003. Cela même si ce hors-série entretient cette atmosphère propre à Boule et Bill qui consiste à jouer sur une fibre universelle ayant toujours su faire ses preuves : éveiller la part d'enfance qui sommeille en nous.

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Sambre
Sambre