Des vieux héros chez les éditons Dargaud : les vieux fourneaux et Blake et Mortimer

/ Critique - écrit par plienard, le 07/06/2014

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux histoires de vieux qui flirtent avec l’exceptionnel (Les vieux fourneaux) et le mythique (Blake et Mortimer).

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. C’est ce que l’adage nous dit. Raconter une histoire de vieux, cela fait en tout cas une bonne histoire si on en juge par les albums suivants.

 
DR.

 

Les vieux fourneaux, tome 1 – note 9/10


DR.

Wilfrid Lupano signe aux éditions Dargaud l’une des meilleures bandes dessinées du moment avec cette satire sociale à couper le souffle. Les vieux en prennent plein la gueule avec des dialogues dignes d’Audiard.

Le dessin n’est pas en reste. Pour réciter de l’Audiard il fallait des gueules à la Blier ou à la Ventura. Ici c’est Paul Cauuet qui donne vie à des personnages hauts en couleurs.

Trois vieux cons – Pierrot, Émile et Antoine – se retrouvent pour l’enterrement de Lucette, la femme d’Antoine. C’est l’occasion de se remémorer quelques bons souvenirs de combat syndical pour ses anarchistes chevronnés. Et lorsqu’Antoine part une carabine à la main régler ses comptes, les deux vieux amis n’hésitent pas. Il faut l’empêcher de faire une connerie. Et c’est Sophie, la petite-fille de Lucette et Antoine qui les emmène.

Si les vieux frappent en force dans cet album, les jeunes ont leur porte-parole avec Sophie qui règle ses comptes avec cette catégorie de la population qui nous a tout piqué. Humour et émotion sont au rendez-vous pour cet album à ne pas éviter.

 

Autour de Blake et Mortimer, l’aventure immobile – note 7.5/10


DR.

Quand on vous dit que les vieux sont partout ! Alors qu’ils sont de plus en plus nombreux et qu’ils font plonger les comptes de sécu voilà qu’ils envahissent aussi les bacs de nos libraires. Le dernier pan de liberté de notre jeunesse est attaqué ! Et quand c’est Juillard et Convard qui mettent en vie un mythe de la bande dessinée, ils ne font pas les choses à moitié.

Voilà les deux comparses britanniques à l’aune de leur existence, qui correspondent comme deux vieux amoureux mélancoliques. Les  textes sur une page, un dessin sur l’autre, cet album broché ravira les fans de la série et les amateurs de beaux livres qui l’auraient raté en 1998, date de sa première édition.

On suit donc la correspondance des deux vieux amis qui ont pris leur retraite mais n'ont pas perdu leur esprit d’aventure. Ils échangent leurs sentiments et leur réflexions à la suite de la lettre du cheik Abdel Razek qu’ils ont rencontré lors de leur aventure dans la Grande Pyramide. De nombreuses questions se posent à eux. D’autant qu’après la lecture de cette missive, les nuits des deux old-british-men vont être agitées de rêves mystérieux. Un secret est en train de leur être dévoilé.

Après le retour de la marque jaune avec l’onde Septimus, on se plait à imaginer une suite au secret de la grande pyramide. Ce livre en est une en quelque sorte.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse