7.5/10Lanfeust odyssey - Tome 8 - La méphitique armada

/ Critique - écrit par plienard, le 21/11/2015
Notre verdict : 7.5/10 - Lanfeust, au dix c'est tout !

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Ce nouvel épisode du héros roux aux mèches noires va en étonner plus d’un !

Lanfeust se met à l’heure pirate avec un look totalement revu. Cheveux longs noirs et blancs, la peau tannée, notre héros de Troy est méconnaissable. La faute à ses 4 femmes Lumëh, Figne et Fagne, et Dzong ? Pas totalement, car c’est surtout à cause de la terrible Lylth, la dévoreuse de mondes, qu’il doit empêcher de retrouver le Magohamoth et éviter qu’elle lui pompe toute son énergie.


©Soleil édition 2015.

Si le titre, qui fait référence à la célèbre armada espagnole envoyée pour conquérir l’Angleterre, et le nouveau look de Lanfeust laissent à penser que nous allons avoir droit à une terrible bataille navale, on reste un peu sur notre faim. Mais ce n’est là qu’un point de détail, tant ce huitième album semble renouer avec les bonnes recettes du passé, malgré une certaine évolution des personnages comme Lanfeust qui est devenu beaucoup plus mature et qui se met à réfléchir ! De là à penser qu’il est devenu intelligent, c’est une autre affaire. On retrouve donc un peu de frivolité avec cette quéquette à l’air qui passe presque inaperçu et l’humour est toujours aussi présent mais ne reste pas cantonné à la seule grivoiserie. L’action est, elle, de retour avec plusieurs affrontements frontaux entre Lanfeust et Lylth qui se soldent pour l’instant par un match nul.

On arrive à la fin de cette troisième saison qui contrairement aux deux précédentes se déroulera au-delà des 8 albums, jusqu’à un dixième album pour être précis. L’affrontement final se met ainsi doucement en place avec une surprise de taille dans cet album, pour le plus grand bonheur des fans. Mais j'en ai déjà trop dit !

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse