Soleil : Sangre T2, Léo Loden T25, Les forêts d'opale T10, Lanfeust odyssey T9, Ekhö monde miroir T7

/ Critique - écrit par plienard, le 15/12/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 6 minute(s) - laisser un commentaire

Si Jean-Louis Mourier n'avait pas eu quelques ennuis avec sa main, Christophe Arleston présenterait un album en plus des cinq ci-dessous.

Sangre - Tome 2 : Fesolggio l'inexorable fâcheux - note : 8/10

La vengeance de la jolie Sangre continue dans le deuxième tome de sa vendetta par Christophe Arleston (le papa de Lanfeust et de Trolls de Troy, et des Naufragés d'Ythaq) et d'Adrien Floch (Les Naufragés d'Ythaq). Pour rappel, la famille de Sangre a été tuée et sa mère enlevée par huit assassins formant la compagnie des sombres écumeurs. Recueillie dans un orphelinat, elle s'y découvre un don particulier qu'elle va utiliser pour assouvir sa vengeance.


© Soleil 2017.

 Le deuxième sur la liste, après le ligat Achron, a pour nom Fesolggio. Celui-ci est un ancien grand peintre de Tarasque, un lieu où l'art permet de se prémunir contre des créatures sanguinaires qui sont sensibles à sa beauté. Les grands artistes y sont donc très recherchés et courtisés, et Fesolggio fut de ceux-ci jusqu'à sa déchéance. Et contre toute attente, Sangre va l'aider à retrouver son statut d'antan. 

Christophe Arleston et Adrien Floch continue de jouer avec la beauté de Sangre et sa volonté de vengeance. Un sentiment en désaccord avec le côté lisse et sympathique du personnage. Elle fait aussi preuve de machiavélisme et écorche l'image qu'on pourrait se faire d'elle. Elle n'hésite pas, ainsi, à provoquer des dommages collatéraux si cela peut servir ses représailles. 

Dans ce tome 2,  on la trouve même beaucoup plus adulte et plus mature. Le personnage de petite fille a bien évolué depuis le tome 1, ce qui donne beaucoup d'intérêt à la série (prévue en huit tomes, un par assassin).

 


Léo Loden - Tome 25 : Massilia aetera - note : 7/10

Christophe Arleston est un fan inconditionnel du héros gaulois, Astérix (qui vient de vivre sa trente-septième aventure aux éditions Albert René) et de l'univers créé par René Goscinny et Albert Uderzo. Sa série Trolls de Troy en est d'ailleurs une adaptation des aventures du village d'irréductibles à la sauce héroïc-fantasy.


© Soleil 2017.

 Et pour les 25 ans de Léo Loden, Arleston et son co-scénariste Loïc Nicoloff envoient leur héros policier quelque vingt siècles en arrière , au temps des romains, à devoir traiter d'une affaire d'adultère. Mais pas n'importe laquelle, puisqu'elle concerne un célèbre homme d'affaire, Claudius Vacumjtepus, qui s'oppose à la création du nouveau port. Mais la filature va tourner court lorsque son client va se faire écraser. Magouilles politiques, mafieuses, et incompétence des pouvoirs publics vont obliger Léo Lodanum (Léo Loden en latin) à faire preuve de persévérance et d'un brin de chance.

Un bon album anniversaire pour Léo Loden où on retrouve tous les personnages habituels dans un nouvel environnement mais tenant les même rôles : Marlèna conduit une troupe de soldats romains, Tonton est un fameux marin. On trouve même des invités surprises comme les pirates échappés d'une autre série chère à Arleston (mais ça on en a déjà parlé).

Outre l'hommage à la série d'Uderzo et Goscinny, l'album utilise les stéréotypes consacrés à Massilia (Marseille en latin) et à la mafia sicilienne avec un Corléonus convaincant.

 

Les forêts d'Opale - Tome 10 : Le destin du jongleur - note : 7,5/10

C'est un nouveau cycle qui commence avec le dixième album des Forêts d'Opale. C'est Darko qui avait sauvé le monde dans le cycle précédent avec le dernier Titan. On se retrouve ici trois cent ans plus tard avec de nouveaux personnages et un nouveau dessinateur.


© Soleil 2017.

 Le jongleur Luskand est débauché par le maître archéologue, Rodombre, qui a besoin de lui pour récupérer un mystérieux bijou. l'assistante de Rodombre, Altaï, comprend mal l'intérêt de son maître pour ce saltimbanque. Mais ils vont être emmenés dans une grande aventure qui doit sauver, une nouvelle fois, le monde d'Opale.

Difficile de reprendre le flambeau de dessinateur après le talentueux Philippe Pellet. Et c'est une réelle prouesse que réalise Cédric Fernandez avec pas mal de réussite et un trait plus fin et un style moins adulte (du fait sans doute de la jeunesse des personnages). Et si le début est un peu déconcertant dans les premières pages (on ne s'enlève pas de la tête si facilement les dessins de Philippe Pellet), la magie opère peu à peu et on finit par oublier les précédents albums (le lecteur est cruel).

Question récit, on a envie de dire qu'on change les personnages pour faire la même chose. C'est sans doute vrai, mais les personnages ont des qualités différentes - Luskand apparaît un peu bêta et Altaï beaucoup plus cruche que la tueuse Tara, mais elle a quelques surprises à nous dévoiler - qui font que cela marche encore et qu'on n'a pas l'impression de relire la même histoire. Arleston est bien un illusionniste de talent.

 

Lanfeust odyssey - Tome 9 : Le stratège ingénu - note : 8,5/10

Comme tout bon tome 8 des aventures de Lanfeust (Lanfeust de Troy, Lanfeust des étoiles), le héros rouquin à la mèche noire gagne le combat ultime contre les "méchants". Ici, rien n'a changé. Alors pourquoi un neuvième tome ? Et bien, tout simplement parce que si Lanfeust et ses amis ont vaincu Lilth, ils n'ont pas su pour autant la capturer. Et comme on dit dans ces cas là : ils ont gagné une bataille mais pas la guerre.


© Soleil 2017.

 Ainsi, si tout le monde se prépare à fêter la victoire, seul Lanfeust n'est pas satisfait. Il a compris que tant que Lilth n'aura pas été éliminée, le danger demeurera présent. Et ils vont vite s'en rendre compte.

Et c'est reparti pour un nouveau tour de grande aventure qui dynamite le cadre "restreint" des huit albums habituels. L'intrigue rebondit ainsi de plus belle avec des révélations qui annoncent bien des problèmes pour Lanfeust. Et si Lilth n'était pas arrivée par hasard ? Qui aurait pu l'envoyer ? Lanfeust n'en est pas là puisqu'il va devoir prouver aux dieux du Darshan qu'il n'est pas un imposteur. L'occasion de retrouver quelques personnages supplémentaires du premier cycle.

 

Ekhö, monde miroir - Tome 7 : Swing London - note : 7/10

Fourmille Gratule, Yuri Podrov et le preshaun Sigisbert sont à Londres pour une nouvelle enquête. En effet, une inquiétante pénurie de thé sévit dans la capitale anglaise et les conséquences pourraient être désastreuses. Lorsque les Preshauns sont en manque de thé, ils se transforment en monstrueuses créatures. L'affaire est donc urgente et doit rester secrète car la population n'est pas au courant de cette caractéristique des Preshauns et alors que les cargaisons qui arrivent disparaissent mystérieusement.


© Soleil 2017.

 Ce nouvel album de Christophe Arleston et Alessandro Barbucci est une ode à l'Angleterre et ses trésors. Le scénariste s'est fait plaisir avec de nombreux clins d'oeils, ou hommages, comme à son habitude. Dans le désordre, on aura les Beatles, Sherlock Holmes, James Bond, Harry Potter, les punks, la mode ... bref tout ce qui caractérise la culture anglaise et rend l'album presque trop petit pour tout loger dans 48 pages.

C'est sans doute le seul reproche que l'on puisse faire car à vouloir essayer de trouver toutes les allusions qui correspondent à notre monde, le sujet devint rapidement facultatif et l'intrigue perd un peu de son intérêt.

Aucune allusion au dessin d'Alessandro Barbucci ? me direz-vous. Difficile de complimenter l'artiste tant les superlatifs manquent. On retrouve tout ce qu'on aime dans les bandes dessinées Soleil : des femmes et des hommes sexys, de l'humour, de l'aventure ... bref de la très bonne BD.


Les couvertures des 5 albums - © Soleil 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse