Le Lombard : Ric Hochet T3, Corb-Nez, Alpha (premières armes) T5, Jack Wolfgang T2

/ Critique - écrit par plienard, le 20/08/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

(Les nouvelles enquêtes de) Ric Hochet - Tome 3 : Comment réussir un assassinat - note : 8,5/10

Le héros de Tibet et André-Paul Duchâteau s'offre une nouvelle jeunesse et de nouvelles enquêtes avec de nouveaux tuteurs : Zidrou et Simon Van Liemt. On ne présente plus le créateur de Tamara et de l'élève Ducobu, mais aussi repreneur de quelques séries célèbres comme Clifton en encore Chlorophyle. Le second - peut être moins célèbre - est un "ancien" de l'atelier Gottferdom et a réalisé pour le lombard la série Poker. Il revient avec cette reprise tout a fait réussie pour le même éditeur et donne un sacré coup de dépoussiérage à une série qui était déjà longue de 78 albums.


© Le Lombard 2018.

 Et après déjà deux albums réussis, Zidrou et Van Liemt emmènent Ric Hochet à enquêter sur rien moins que 77 meurtres perpétrés en moins d'un mois. Et rapidement l'enquête va s'orienter sur les éditions Marabout qui ont édité un petit manuel : comment réussir un assassinat. L'occasion de faire un sacré scoop pour le journaliste du Rafale.

La résurrection de ce héros est un pur bonheur pour les fans de la série et une belle découverte pour de nouveaux lecteurs. Les nouveaux auteurs réussissent un parfait polar noir dans un décor qui rappellera bien des souvenirs à ceux qui ont connu la période des trente glorieuses (des visages, des magasins, des éditions).

 

Corb-Nez - note : 8/10

C'est avec ce drôle de titre que l'on débute la lecture de ce nouvel ouvrage de la belle collection Signé au lombard. Le titre reprend le surnom du personnage principal et qui le doit à la proéminence de son appendice nasal. Ni voyait pas là une adaptation de célèbre roman d'Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, on en est loin. Et bien qu'une histoire d'amour y soit pourtant présente.


© Le Lombard 2018.

 Corb-nez, de son vrai nom Guillaume l'hébreu (autre caractéristique qui lui doit son surnom), est le vassal du roi Charlemagne qui lui a confié la mission de ramener la reine rebelle Witgar. Celle-ci a fui son époux, le roi franc Guiford de Bourgogne, homme dépravé et violent. Elle a trouvé asile auprès de Youssef, wali de Cardona. Corb-nez va venir la récupérer au prix d'une incroyable et courageuse démarche. Mais Witgar est d'une beauté sans nulle autre pareille et Corb-Nez ne va pas y être totalement indifférent. Épris de justice et d'honneur, il va ramener cette reine rebelle à la cour de Charlemagne, mais s'opposer à son exécution.

Cette histoire de Jérome Charyn - auteur américain reconnu comme l'un des plus importants de la littérature américaine (c'est la collection Signé quand même !) - présente un personnage haut en couleurs, d'une force incroyable et d'une malice au moins aussi grande. La violence de l'époque, la vassalité, la place des femmes sont des sujets qui donnent à l'album tout son intérêt tant ils paraissent extrêmement rétrogrades à notre époque.

Le dessin d'Emmanuel Civiello exprime facilement l'atmosphère de ce récit au travers de ces couleurs directes qui font de pratiquement chaque case de véritable tableau. On appréciera l'éclat de l'habit de Youssef, des cadrages audacieux, la beauté de Witgar, la force brutale qui émane de Guillaume l'Hébreu. Ses dessins sont de véritables peintures comme sorties d'un musée sur le moyen-âge.

Corb-Nez garde une part d'humanité. Il n'est ni un héros, ni un fou. Certains sont plus forts que lui, d'autres plus puissants. Il peut être blessé, mais il a de la conviction. Et on en a bonne idée rien qu'en voyant la couverture de l'album.

 

Alpha, premières armes - Tome 5 : A l'heure où les hyènes vont boire - note : 7/10

Dwight Tyler continue sa vendetta mais il est maintenant aux mains de la CIA qui voit d'un mauvais œil l'élimination pure et simple (et sans son contrôle) des cadres du réseau international Hyena.


© Le Lombard 2018.

 La jeunesse de Tyler prend fin ici avec ce cinquième tome. Ce préquel aura permis de mieux comprendre "Alpha" (le personnage) et son mode de fonctionnement. Il se veut être un chevalier blanc, réclame la justice et veut rester libre de décider du bien fondé de son action. En cela, il reste un poil crédule car il sera subordonné à une institution qui donne des ordres et qui n'a pas pour habitude qu'on lui désobéisse.

Emmanuel Herzet et Alain Queireix réussissent leur pari de donner un passé crédible à leur agent secret. Ils nous ont expliqué, sur cinq albums, ce qui l'a construit et l'a amené à devenir Alpha.

 

Jack Wolfgang - Tome 2 : Le Nobel du pigeon - note : 7,5/10

Jack Wolfgang n'a pas seulement l'étrange particularité d'être à la fois un célèbre critique gastronomique et un redoutable agent de la CIA, il est aussi .. un loup.

Cette toute récente série de Sylvain Desberg (on est au tome 2) et dessinée par Henri Reculé met en scène des animaux anthropomorphes dans un monde normal et actuel. Un peu comme si vous viviez avec un ours (remarquez c'est déjà le cas de certaines femmes !).


© Le Lombard 2018.

 Notre critique agent secret mène l'enquête sur l'étrange meurtre d'un candidat au prix Nobel. Tout le mène à une équipe de tueurs à gages composée d'une femelle bonobo, d'un alligator et d'une cigogne. Parmi eux se trouve un traitre chargé d'éliminer les candidats au prix Nobel afin de laisser le champ libre à son commanditaire : le pigeon le plus riche du monde, Horace Beckett.

Si immanquablement les personnages et le thème d'enquêtes policières font penser à la série Blacksad de Juanjo Guarnido et Juan Diaz Canalès (5 tomes chez Dargaud), l'univers est cependant légèrement différent et surtout la série a réellement son identité propre. Henri Reculé n'a rien à envier à Juanjo Guarnido et on pourrait même dire qu'il réussit mieux les animaux que les hommes sur ce tome.

Question intrigue, on se rapproche plus des enquêtes d'espionnages à la James Bond avec Jack qui voyage à travers le monde, séduit et échange le coup de poing ou le coup de feu à qui veut l'entendre pour arrêter un méchant à l'ambition mondiale. Ici les intentions d'Horace Beckett sont tout simplement mégalomaniaques comme on peut l'attendre d'un tel personnage. Un réel plaisir à découvrir avec une pointe d'humour tout à fait bienvenue.

 


Les couvertures des 4 albums - © Le Lombard 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse