8/10La Parodie

/ Critique - écrit par plienard, le 10/07/2015
Notre verdict : 8/10 - Un casting 5 étoiles

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Tous les héros de bande dessinée se retrouvent dans cet album de Rodrigue pour une parodie géniale.

S’il y a peut-être une critique à faire sur ce one-shot de Rodrigue, c’est son titre. Car plus on avance dans sa lecture, plus l’idée se renforce qu’on a affaire ici à un hommage aux héros de bande dessinée (et ils sont nombreux) ainsi qu'à leurs auteurs.


©Le Lombard édition 2015.

Si Thorgal, XIII et Astérix sont les premières références évidentes - la couverture reprend la couverture de la Zizanie avec les personnages de Thorax et XIII&1/2 - bons nombres de séries ont droit à leur clin d’œil : Blacksad, Sybilline, Cubitus (of course !), Trolls de TroyNiklos Koda, Kriss de Valnor, Sœur Marie-Thérèse, les Schtroumpfs, Blake et Mortimer, Michel Vaillant, Djinn et même le professeur Tournesol ... jusqu’à la quatrième de couverture et son hommage à Lucky Luke.

Un bon moyen de faire une petite révision de vos connaissances du neuvième art de manière ludique. Car tout ceci n’est bien sûr qu’une parodie. Finalement, le titre de l’album n'est pas mal trouvé !

Alors que la grande fête d’Odin bat son plein, un homme amnésique est retrouvé sur la plage avec un étrange tatouage sur l’épaule. Il fait tourner la tête des femmes du village avec ses idées de civilisation. Mais qu’est-ce donc que cela ? Les vikings décident de mettre le cap sur le Sud avec l’amnésique et l’espoir secret de l’abandonner là-bas. Avec eux, Thorax, le fils des étoiles, retrouvé lui-aussi sur une plage, il y a 19 ans alors qu’il n’était qu’un bébé et élevé par Loaf-le-prêtre.


©Le Lombard édition 2015.

Toutes ressemblances avec des faits ayant été dessinés sont volontaires et sont la volonté d’un seul homme : Rodrigue. Au-delà du fabuleux casting organisé par le papa actuel de Cubitus, il a fallu y joindre les textes et de fameux jeux de mots, et faire un scénario qui tienne la route. L'auteur ne s'est pas économisé et a fait d'une grande imagination autant que d'un talent certain. Car outre les jeux de mots sur les noms des personnages, il a fallu les inclure dans un récit qui devait peu ou prou ressembler au récit de Thorgal et de XIII. De quoi se tirer le peu de cheveux qu'il y a sur la tête de Rodrigue. C'est un sans faute d'autant qu'on voit bien qu'il ne se moque nullement de tous ces héros. Il n'hésite d'ailleurs pas à faire un hommage à certains auteurs disparus comme Fred ou Philippe Delaby.

Le pari est réussi. On passe un bon moment de rigolade, jonglant à déceler les différents clins d’œil et à s’amuser à comprendre les jeux de mots. Une sorte d’Astérix multi-héros. Une réussite.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse