Les Humanos : Daomu, pilleurs de tomes T1, Carthago adventures T4, Méta-baron T2

/ Critique - écrit par plienard, le 06/06/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Je vous invite à découvrir une belle surprise, une bonne histoire et un bon classique.

Daomu, pilleurs de tomes – Tome 1 – note : 7/10

Daomu est la bonne surprise de ce mois de mai 2016 aux humanoïdes associés. Tiré du best-seller The Daomu journal de Kennedy Xu, cet album nous entraine sur les pas de pilleurs de tombes dans les profondeurs de la terre chinoise où dorment les empereurs, protégés dans leur sommeil éternel par des créatures horrifiques et des forces surnaturelles. Il faut donc une bonne dose de courage et un certain talent pour réussir à trouver ces tombeaux et en ressortir vivants.


©Humanoïdes associés édition 2016.

Il existe trois types de pilleurs. Ceux du Nord qui respectent les morts et les tombeaux et ne prennent que ce qui perpétue leur propre fonctionnement. Ceux du Sud qui pillent et volent sans scrupules et saccagent les sites. Quant aux derniers, ils se considèrent comme des protecteurs et maintiennent l’équilibre entre l’homme et la nature. Ils opèrent dans l’ombre. Ce sont les Daomu.

Ces derniers ont perdu leur fils prodigue. Son fils, Sean Wu, qui n’avait plus vu son père depuis 10 ans, vient assister à son enterrement et apprend qu’il est l’héritier des Daomu pour lesquels son oncle, tsai, lui propose de l’initier. Il faudra pour cela découvrir une tombe très ancienne de laquelle son père à ramener un cercueil contenant une créature étrange.

Si le récit est plutôt convenu – un fils fâché avec son père, un héritage caché, un groupe perdu dans un labyrinthe avec des monstres ...  – la narration et le dessin de Ken Chou nous fait passer la pilule assez facilement et nous plonge dans l’obscurité des tombeaux avec aisance. Un dessin presque photographique, dans une aura noire où la seule lumière qui passe est tout de suite aveuglante. L’ambiance est y oppressante et claustrophobe. Les amateurs du genre devraient passer un bon moment.

 

Carthago adventures – Tome 4 : Amarok – note : 7/10

La série parallèle à CARTHAGO continue à nous décrire un peu plus les personnages de London Donovan et de Wolfgang Feiersinger, dit le centenaire des Carpates et notamment à comprendre ce qui les a opposé dans le passé.

Au travers de leurs chasses aux créatures extraordinaires – et après le Bigfoot, un dinosaure, et un monstre marin – c’est au tour d’un loup géant, l’Amarok. Malgré sa grande discrétion celui-ci se retrouve traqué par les hommes du centenaire commandé par London Donovan qui va échapper miraculeusement au prédateur.


©Humanoïdes associés édition 2016.

Quatrième album aux éditions Les Humanoïdes associés et quatrième dessinateur avec le croate Drazen Kovacevic (à ne pas confondre avec le serbe Bojan) qui a signé les 2 derniers tomes de La Meute (aux Humanoïdes associés) et Walkyrie (chez Soleil). Un bon album, avec un dessin très impressionnant, notamment en ce qui concerne les loups et qui flirte avec le fantastique voir le surnaturel. On sent cependant un peu venir les événements, et on a du mal à croire que l’expérimenté Donovan ne s’en rende pas compte.

On a sans doute le meilleur album sur les quatre de la série de Christophe Bec, ici secondé au scénario par le nouveau venu, Gilles Daoust. Cela permet aussi de nous faire patienter pour le prochain album de Carthago (le cinquième) prévu en août 2016.

 

Méta-baron – Tome 2 : Khonrad l’anti-baron – note : 7/10

Alors que la série la caste des méta-barons revenait sur plusieurs générations de Méta-baron, du 1er, Othon, jusqu’au dernier, Sans-nom, la série dérivée Méta-baron se focalise sur les ennemis de ce dernier.


©Humanoïdes associés édition 2016.

Si celui-ci ne cherche plus à tuer, ayant atteint une certaine sérénité, n’ayant plus rien à prouver, un nouvel empire avec un techno-pape s’est créé, toujours plus cruel et ambitieux. Mais le Méta-baron le laissera-t-il faire ? Il en doute et c’est pour cette raison qu’il décide de l’éliminer. Mais qui est assez fou pour s’attaquer au plus puissant guerrier de l’univers ? C’est le rôle de Wilhem-100, celui qui n’a jamais connu la défaite, qui va charger son esclave Tetanus de lui concocter un plan. Or le plan sera simple : qui peut tuer un méta-baron, si ce n’est un autre méta-baron ? Tétanus va alors cloner le méta-baron avec une goutte de sang récupérée sur l’épée du grand-père.

Petite nouveauté dans la nouvelle série de Jerry Frissen, d’après l’univers de Jodorowsky, avec la présence marquée de sentiments : l’amour de Tétanus pour Eris et l’amour paternel qu’il porte à sa création. Si la cruauté et la violence sont toujours bien présentes dans cette série, on peut dire qu’elle s’enrichit donc d’un genre nouveau, avec ces sentiments beaucoup plus présents qu’à l’accoutumée, même si on se souvient encore de l’amour de Tête d’acier pour Dona Vicenta Gabriela dans la série principale.


Les couvertures de 3 albums - ©Humanoïdes associés édition 2016.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse