Dargaud : Le roi de paille T1, La quête de l'oiseau du temps (avant la quête) T6

/ Critique - écrit par plienard, le 20/02/2020

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Le Roi de paille - Tome 1 : La fille de Pharaon - note : 7/10

Isabelle Dethan a une passion pour l'histoire et l'Égypte ancienne en particulier. Sur les terres d'Horus, Keti fils du Nil, Le Tombeau d'Alexandre, Les Ombres du Styx, Gaspard et la malédiction du prince-fantôme sont autant de séries et d'albums, en tant qu'auteure complète ou avec un dessinateur, qui en attestent. On n'est donc pas surpris par l'univers proposé par ce diptyque annoncé aux éditions Dargaud et pour lequel elle signe scénario et dessins.


© Dargaud 2020.

 Keith est une des filles de Pharaon. Mais son talent de danseuse attire l'intérêt de son père qu'il la choisit pour exécuter une danse sacrée. Mais cet intérêt soudain n'a d'autre but que de la mettre dans son lit et dans faire sa prochaine concubine. C'est alors qu'elle décide de s'échapper avec son demi-frère, Sennedjem, qui rêve d'exploits et d'aventures de par le monde. Mais l'aventure sera de courte durée. Rapidement ils seront capturés par des marchands d'esclaves et vendus à leurs pires ennemis, les Babyloniens.

Un récit prenant d'Isabelle Dethan qui peine cependant à demarrer et qui fait l'ellipse sur l'évasion d'Égypte des deux enfants de Pharaon pour se retrouver dans les griffes de marchands d'esclaves. Si cette partie n'aurait sans doute rien apporté au récit, cela permet à l'auteure de se focaliser sur le roi de paille et la manière par laquelle Neith va devoir apprendre à baisser les yeux. Les couleurs chaudes de l'album ne sont pas sans rappeler celles de Joël Alessandra sur le Périple de Baldassare. Et si le dessin manque un peu d'exactitude, les couleurs et la qualité historique de cette histoire y pallient largement.

Neith et Sennedjem vont-ils réussir à se sauver ? Il faudra attendre le tome 2 pour en être persuadé. Et on prendra volontiers rendez-vous. 

 

La Quête de l'oiseau du temps (avant la quête) - Tome 6 : Kryll - note : 7,5/10

La série qui lança le genre fantasy dans la bande dessinée se poursuit avec une sorte de "préquel" qui en est à son sixième tome. Serge Le Tendre et Régis Loisel - les papas de la série initiale - sont rejoints par un nouveau dessinateur, David Etien, depuis le tome 5, et après Lidwine, Vincent Mallié et Mohamed Aouamri.


© Dargaud 2020.

  

La secte de l'ordre du Signe continue d'avoir toujours un peu plus d'influence. Dans le tome précédent, elle avait réussi à envoûter le jeune Bragon et à lui faire assassiner le père de Mara, celle qu'il aime. Il n'a, pour maintenant, plus qu'un seul but : se venger de l'ordre du Signe. Et les fidèles de la secte sont faciles à reconnaître : ils portent tous un tatouage montrant leur enrôlement. Tous sauf peut-être Kryll, une jeune vierge chargée d'éliminer la menace Bragon. Elle a une bonne raison pour cela : il a tué sa mère !

Ce cycle "Avant la quête" continue de nous dévoiler le passé de Bragon, Bulrog et Mara. Un passé dramatique mais qui a aussi créé la légende de Bragon. Ici, c'est la formation de Bulrog qui est mis en avant, mais aussi le désir de vengeance de Bragon. Un désir qui lui fait presque oublié d'être prudent. Alors comment va-t-il survivre à Kryll ?

On change de dessinateur tous les deux albums dans ce cycle et on attend près de deux ans entre deux tomes. La quête est longue et usante et pas seulement pour les personnages. Heureusement la qualité reste bien présente ce qui rassure les fans de la première heure. Jusqu'à quand ?

 


Les couvertures des 2 albums - © Dargaud 2020.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse