Dargaud : Arthus Trivium T3, Jazz Maynard T6, Paco les mains rouges T2, Avant la quête de l'oiseau du temps

/ Critique - écrit par plienard, le 20/11/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Quatre albums de grande qualité par des auteurs de talent. Dur de choisir.

Jazz Maynard - Tome 6 : Trois corbeaux - note : 8/10

Suite et fin de la balade islandaise (second cycle de la série) pour Jazz Maynard, le héros cambrioleur et trompettiste de Raule et Roger Ibañez chez Dargaud. Un album tout en élégance mais aussi en violence car Théo, l'ami de Jazz, est entre les mains d'extrémistes qui veulent refonder une "Islande pure". Ils ont en leur possession un objet d'une grande valeur que les autorités iraniennes aimeraient récupérer. C'est un objet sacré iranien que Jazz est chargé de " récupérer" par tous les moyens.


© Dargaud 2017.

 Raule signe son troisième album entre septembre et novembre. Après le tome 6 d'Isabellae au Lombard, le tome 3 d'Arthus Trivium (voir ci-dessous) dejà chez Dargaud, c'est au tour de Jazz Maynard. Un point commun entre tous ? L'espace laissé aux rôles secondaires qui prennent toute leur importance.

Pourtant, ici, Jazz Maynard prend ses responsabilités. On découvre un pan de son passé et la naissance de la rivalité qui l'oppose à Max, le fils de son père adoptif. Autrefois frères, maintenant adversaires.

La qualité de Raule, outre ses scénarii, c'est aussi de savoir bien s'entourer. Il est aidé par des dessinateurs hors pairs. Ici, son complice depuis six tomes, Roger Ibañez, propose un affrontement final de "ouf". On frise parfois la démesure, voire un peu plus des fois. Mais quelle énergie dans le dessin !

 


Arthus Trivium - Tome 3 : La jeune captive - note : 8/10

Le duo espagnol Raule et Landa poursuit sa série Arthus Trivium aux éditions Dargaud avec un tome 3 qui vient démarrer un nouveau cycle.


© Dargaud 2017.

 Les disciples de Nostradamus sont envoyés à travers la France pour résoudre des énigmes et mener des enquêtes. Arthus et le jeune fils de Nostradamus se rendent à Cucuron pour trouver une explication à la pluie de sang qui s'est abattue sur la ville. À leur arrivée, il ne reste que des femmes pour les accueillir et on ne peut pas dire que qu'ils soient les bienvenus.

Quant à Angélique Obscura et Angulus Dante, ils sont à Paris pour enquêter sur la disparition d'une jeune fille. Une enquête pour laquelle Angélique va mettre en pratique ses pouvoirs de nécromancienne.

Sous couvert du personnage historique, Nostradamus, et grâce à son aura controversée qui a traversé les siècles, les auteurs s'amusent à nous raconter des histoires fantastiques qui frisent l'effroyable et où le réel se mêle à l'ésotérique.

Le dessin de Juan Luis Landa est anguleux à souhait et ses couleurs presque aveuglantes. Il nous en met plein les yeux avec un dessin léché. J'en veux pour preuve la couverture de ce tome 3, qui joue avec les images d'Épinal en cachant une tête de mort dans le feuillage. Ça annonce la couleur pour l'ambiance. Tout un programme à ne pas rater !

 


Paco les mains rouges - Tome 2 : Les îles - note : 7,5/10

Dans le premier tome, on avait suivi l'arrivée de Paco au bagne et comment il avait attrapé son surnom "les mains rouges". Dans le deuxième tome, on va découvrir la vie dans l'univers carcéral de la Guyane et le besoin vital, bien que quasiment impossible, d'en sortir le plus rapidement possible.


© Dargaud 2017.

 Dans cet enfer, l'important est de trouver des alliés, pour éviter de se faire trancher la gorge à chaque instant. Mais c'est un combat de tous les instants. Ainsi, si Paco a réussi à retrouver son ami et fait partie du groupe tenu par le caïd de la prison, celui-ci perd peu à peu de l'influence. S'évader va devenir vital et la préoccupation principale. Paco et son ami veulent survivre.

Le roman graphique est signé Fabien Vehlmann et est dessiné par Éric Sagot. Ce dernier fait le pari d'un récit en noir et blanc, façon sépia, pour raconter cette histoire. On est loin des photos de mariage mais ce parti pris a le mérite de donner plus de force au récit et à le fixer dans un temps passé. Les gueules et surtout les tatouages qui sont de véritables histoires sur le passé des bagnards et qui font partie des sujets les plus intéressants. On découvre que dans cet univers carcéral, extrêmement viril et violent, la recherche de rapport amoureux devient un moyen d'adoucir le "séjour", au point de faire naître de véritables histoires et des sentiments.

Un récit agréable à lire et à regarder qui offre une dimension humaine de ces bagnards.

 

La quête de l'oiseau du temps (Avant la quête) - Tome 5 : L'emprise - note : 8/10

Le chevalier Bragon et son élève Bulrog ont échappé à la mort mais pour quel résultat ? Le premier a perdu la mémoire et le second organise des combats contre le chevalier pour gagner un peu d'argent et pouvoir retourner chez eux. Mais l'ordre des Signes a énormément de fidèles et ils finissent par se faire repérer.


© Dargaud 2017.

 Si la quête de l'oiseau du temps s'adresse aux personnages de la bande dessinée, l'attente entre chaque tome n'est pas loin d'être aussi une quête pour le lecteur. Déjà presque quatre ans depuis le tome précédent alors qu'il en avait fallu près de deux et demi pour les tomes 3 et 4 et que le début du cycle a déjà démarré il y a maintenant 20 ans (1998 !).

Pour ce cinquième tome, on change une nouvelle fois de dessinateur et c'est David Etien qui remplace Vincent Mallié. Il faut bien admettre que cela ne change pas grand chose. On reste dans le grandiose et l'univers de la quête est totalement respecté.

Ce cinquième album - s'il s'est fait attendre - est une satisfaction totale pour les fans de la BD et de la série qui vont avoir quelques réponses à des questions qui se posent depuis un moment.


Les couvertures des 4 albums - © Dargaud 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse