Dargaud : Bonneville, Le Nouveau monde T2, Mémoires de la guerre civile T3

/ Critique - écrit par plienard, le 14/03/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Et 1, et 2, et 3 Dargaud !

Le Nouveau monde - Tome 2 : les sept cités de Cibola - note : 6,5/10

C'est sans doute une bande dessinée qui méritait une bien meilleure note (7,5/10) mais qui pâtit de la prolifération de récits identiques tels que L'expédition, Ira Dei ou encore L'étoile du désert. Une sensation de déjà vu et déjà lu qui m'oblige à être sévère alors qu'on avait osé précédemment la comparaison avec le Blueberry de Jean Giraud (voir critique T1).


© Dargaud 2018.

 Le dessin de Stefano Carloni reste d'une qualité supérieure avec des couleurs à prédominance chaudes qui éblouissent le lecteur comme les personnages. Côté scénario, François Armanet et Jean Helpert renouvèlent le western avec cette poursuite entre nos héros et leurs poursuivants d'une cruauté sans égale. L'aventure est rude et virile et pour cette raison la fin apparaît un peu trop classique et gentille. Les personnages sont soumis a des pressions et des tentations qui leur font franchir la frontière de leur condition. Cela pose des questionnements quant à leur engagement. De même, le cruel Guzman offre des interrogations quant à ses motivations.

Tout concourt à faire de ce diptyque une bonne BD d'autant si vous n'avez pas été tenté par les autres sorties.

 

Bonneville - Tome 1 : Quatre zéro sept - note : 7/10

Si vous êtes un fan de voitures et de vitesse, cet album devrait vous intéresser à plus d'un titre. Mark Van Oppen, dit Marvano, revient avec une nouvelle série sur les automobiles après sa trilogie Grand Prix (entre 2010 et 2012), déjà chez Dargaud, avec cette adaptation du roman de Zeldine Johnson, Salt of the Earth.


© Dargaud 2018.

 Bonneville est un lieu mythique pour ceux qui s'intéressent aux records de vitesse. C'est en effet dans ce coin d'Amérique, dans l'état de l'Utah, que se trouve une vaste étendue plane de … sel. Un désert de sel sur lequel des fondus de la vitesse et de voitures s'essayent à battre le record de vitesse sur 1 miles. C'est cette épopée que Marvano, à grand renfort de recherche documentaire, nous invite à découvrir dans le premier tome d'un diptyque annoncé.

Si on pouvait craindre une suite de noms, de records, de tentatives, de descriptions techniques, sur ce point l'auteur ne nous décevra pas, mais il faut bien avouer que cela est loin d'être rébarbatif. Cette liste est plutôt bien construite avec un seul objectif : arriver jusqu'au record pour l'instant infranchi des 400 km/h - nous sommes en 1959 au début du récit.

Tout cela est remis dans son contexte historique et il est amusant de voir que l'auteur n'est pas tendre avec quelques icônes actuelles comme le Che ou Castro.

 

Mémoires de la guerre civile - Tome 3 - note : 7/10

Richard Marazano et Jean-Michel Ponzio terminent leur nouvelle série, Mémoires de la guerre civile chez Dargaud, avec ce troisième tome. Un récit d'anticipation, comme ils savent si bien les faire - Le complexe du Chimpanzé, Protocole Pélican - qui laisse les consciences en alerte sur des dérives possibles de notre société.


© Dargaud 2018.

 Ici, deux mondes s'affrontent. D'un côté, celui des enclaves qui regroupent les populations qui ont la possibilité d'avoir une vie meilleure. Une société évidemment très hiérarchisée et contrôlée. De l'autre, ceux qu'on a décidé de laisser pour compte. Cette dernière va se révolter contre la première. L'unité d'intervention de Vivian défend les enclaves, mais elle va peu à peu se rendre compte des mensonges de leur hiérarchie. Contrairement à ce qu'ils pensent, ils ne défendent pas une liberté, mais bel et bien des privilèges. Et leur hiérarchie est prête à tous les extrêmes.

Dans ce dernier tome, Vivian prend enfin conscience de la réalité et surtout que les visions qu'il avait n'étaient autres que des prémonitions.

Une bande dessinée qui amène à réfléchir et qui offre un bon moment de lecture par la manière de dessiner de Jean-Michel Ponzio, très cinématographique.

 


Les couvertures des 3 albums - © Dargaud 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse