Soleil : Nains T10, Orcs et Gobelins T2, Les Maîtres inquisiteurs T8

/ Critique - écrit par plienard, le 28/02/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

trois séries de fantasy qui n'en finissent plus ... de nous impressionner.

Nains - Tome 10 : Abokar du Bouclier - note : 9/10

Dixième tome pour la série Nains ! La série s’agrandit et ce tome conclut la deuxième saison. Au cœur de cet album, l’ordre du bouclier ! A la baguette, Nicolas Jarry et aux crayons, Nicolas Demare. Les deux Nicolas ont déjà œuvré ensemble pour le tome 5 et nous ne pouvons pas nous retenir d’ouvrir les pages et de découvrir ce qu’il advenu de l’ordre depuis le sacrifice de Triss.


© Soleil 2018.

 Triss est morte et c’est donc un nouveau nain qui va « tenir le rang » comme ils disent au bouclier. Ici, c’est Abokar. Vous vous souvenez de lui ? Non ? Pourtant il était là, dans l’album 5. Je vous le concède, il n’est pas là longtemps mais il est bien présent. De plus, il n’est pas le seul héros de cet album. Il est accompagné de son premier capitaine que je vous laisse la surprise de découvrir. Toujours est-il qu’Abokar est au bout de sa vie. Atteint de tremble-pierre (sorte d’Alzheimer pour Nains), il voudrait partir en beauté avant de sombrer dans la démence. Seulement le sort semble s’acharner sur lui et il va devoir traîner sa carcasse contre une terrible menace. Ici, il sera question de nains renégats qui vivent dans un glacier au-delà du mur (ça me rappelle une série ça). Et si ces renégats fricotent avec une relique magique, je vous laisse imaginer le carnage. Il est tentant d’en dire beaucoup sur cet album tant les qualités abondent. On y comprend tout un ensemble de liens avec les autres albums comme ceux sur le Talion par exemple. Mais raconter davantage serait un crime de lèse-majesté tant les « surprises » de l’album sont plaisantes. On continuera en tout cas notre exploration du monde nain avec plaisir. Certes, ils sont tout le temps énervés et ils semblent capables de battre des montagnes à mains nues. Mais ils ont aussi un grand cœur.

Tout cela et bien plus encore est superbement mis en images par Demare. Bataille géante, architecture grandiose, armures rutilantes ou barbes en folie, rien n’échappe à l’artiste qui sait bichonner chaque case pour nous donner des petits détails qui veulent dire beaucoup (ça me rappelle aussi quelque chose…). Ce tome 10 clos magistralement la saison 2 de Nains.

 

Orcs et Gobelins - Tome 2 : Myth - note : 7,5/10

La troisième série sur les terres d'Arran, après Elfes et Nains, offre un deuxième tome sur Myth, un gobelin voleur et assassin et qui a la fâcheuse habitude de se vanter de ses exploits. Les victimes de ses larcins, si elles sont encore vivantes, n'apprécient guère la publicité dont il se gratifie et cela lui apporte plus d'ennuis que de gloire. Mais malgré sa "grande gueule", il est quand même capable d'apprécier si une mission est possible ou pas. Et pourtant, pour la prochaine, il va tout simplement devoir s'introduire dans la citadelle de Slurce, celles des elfes noirs, et dérober un bijou. Une mission impossible qu'il est contraint d'accepter s'il veut sauver sa vie. Paradoxal !


© Soleil 2018.

 Sylvain Cordurié (Sälem la noire chez Delcourt) s'associe avec Giovanni Lorusso (La guerre des Orcs chez Soleil) pour un album qui respecte les codes des deux autres séries. Un personnage qui n'est avare en explications sur ses actions et ses sentiments. Si vous êtes réfractaires au concept de ce genre de séries, celle-ci n'obtiendra pas grâce à vos yeux. L'inverse sera vrai. Il faut dire que les histoires sont plutôt bien amenées. Il y a du suspens, les personnages sont fouillés et les dessins sont impeccables.

Scénariste sur Les maîtres inquisiteurs, Sylvain Cordurié est à son aise pour ce personnage de gobelin et Giovanni Lorusso ne dément pas la bonne impression faite sur le tome 1 de Médicis.

 

Les Maîtres inquisiteurs - Tome 8 : Synillia - note : 7/10

L'ordre est en train de se reconstruire après la guerre interne du premier cycle (Tome 1 à 6). Une guerre fratricide qui a décimé l'ordre qui doit se reconstruire, même avec des non mages. C'est le cas de Synillia. Cette jeune femme n'a pas de pouvoir, mais est douée d'une grande rapidité à l'épée et d'un certain talent de diplomatie. Avec l'elfe Eldeween elle forme un duo efficace et sont envoyées aux frontières du Kardunn, un des royaumes qui a comploté contre l'ordre (voir premier cycle) pour enquêter sur les meurtres de religieux. L'enquête s'avère difficile et délicate.


© Soleil 2018.

 Sylvain Cordurié signe les deux premiers tomes de ce deuxième cycle (après le tome 5 du premier cycle) avec toujours autant d'aisance. L'assassin après qui court la maître (esse ?) inquisiteur (trice?) a un pouvoir assez intéressant et son arrestation apparaît réellement compliquée. Le personnage de Synillia est tout a fait intéressant et a l'originalité de ne pas avoir de pouvoir. Mais elle ne manque pas de courage et fait preuve d'intelligence et de sens tactique.

Mais tout ceci ne serait rien sans l'efficacité du dessin d'Elia Bonetti; On connaît déjà ce dessinateur qui a officié sur des séries chez Soleil comme L'ordre des dragons (tome 0) ou Dogma (trois tomes). Il respecte ici l'univers de fantasy classique créé par ses prédécesseurs et crée un peuple de Mannlander assez impressionnant.

C'est un peu Miss Marple dans un moyen-âge fantastique et magique. Sauf que Miss Marple est ici plutôt jeune, sexy et manie l'épée face à des géants nordiques.

 


Les couvertures des 3 albums - © Soleil 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse