Soleil : Les Blondes T22, Les Maîtres inquisiteurs T2, Nains T1

/ Critique - écrit par plienard, le 17/06/2015

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Les éditions Soleil font escorter les Blondes par deux futurs poids lourds de la bande dessinée. Ou encore : un peu d’humour entre deux albums d’héroïc-fantasy.

Nains – Tome 1 : Redwin de la forge – note : 8/10

Les amateurs de la série Elfes connaissent déjà la chanson et trépignent de joie devant l’extension de l’univers via la série Nains. Les oreilles pointues sont mises sur la touche et les barbes prennent le relais dans cette saga où cinq tomes ont déjà été annoncés.


©Soleil édition 2015.

Nicolas Jarry est aux commandes de cette fresque et entame les festivités aux côtés de Pierre-Denis Goux. Ce dernier est un « spécialiste » de la question naine puisqu’il a déjà œuvré sur Mjollnir. Nous découvrons ici la première des « grandes maisons » naines avec la Forge. Ses habitants et son chef sont des maîtres dans la réalisation d’outils en fer où les runes sont une partie vitale du travail. En prime, celui qui dirige ce groupe se doit d’être un guerrier invincible. C’est là que nous retrouvons Redwin. Il va nous narrer son accession au trône. Même si l’on regrette parfois le côté résumé de l’intrigue (qui s’écoule tout de même sur au moins trente ans), on se laisse prendre au jeu et emmener dans ce monde. Visuellement, le travail est léché et on admire les détails qui foisonnent. Que ce soit les armures, les décors ou encore le design des personnages, rien a été oublié. Une bonne entrée en matière pour cette saga dont nous avons hâte de connaître la suite.

 

Les Blondes – Tome 22 : On est tous blondes ! – note : 6/10

Je vous ferais grâce, cette fois, de revenir sur le prix de cette bande dessinée qui ne fait même pas 46 pages. Quoi ? Je l’ai encore écrit ? Il apparait que le public (les fans ?) ne prête pas beaucoup d’attention à ce genre de remarque au vu des chiffres de vente : dix ans d’existence, 300 000 albums vendus pour le tome 1, plus de 200 réimpressions pour l’ensemble de la série, des albums 3D, des versions en ch’ti ou en breton, je ne parle même pas du merchandising. Ce que le lecteur veut c’est sa dose (homéopathique ?) de Blondes, avec l’humour qui va avec.


©Soleil édition 2015.

Et il faut bien avouer que Gaby (scénario) et Dzack (dessin) ne déçoivent pas beaucoup leurs lecteurs et moi non plus en l’occurrence. En fait, on ne se lasse pas de la bêtise de leurs héroïnes, ni même de la redondance de quelques sketchs (voir Instagram Pic dam). On en arrive à s’esclaffer, voir presque à éclater de rire.

Un album des blondes, ça se lit en plusieurs étapes, par petit bout. Une ou deux pages tous les jours. Pour ne pas devenir accroc ? Non, quand même pas. Mais pour éviter de se lasser, ça surement. Et surtout, vu le prix et le peu de pages, ça permet de faire durer le plaisir. Je l’ai déjà écrit ? Non ? Ah oui, c’est vrai. Je vais finir par croire que la blondeur de mes filles est génétique ! Ou que nous sommes tous blondes !

 

Les Maîtres inquisiteurs – Tome 2 : Sasmaël – note : 8/10

Les éditions Soleil misent à fond sur les séries concept -. Les Elfes, Les Nains, et celles qui nous intéressent aujourd’hui Les Maîtres inquisiteurs. Toujours six albums de prévus avec cinq maîtres inquisiteurs différents et un sixième album de conclusion. Car si chaque maître inquisiteur doit résoudre une enquête difficile – dans le tome 1 le maître Obeyron doit trouver celui qui l’a fait assassiner et dans ce tome le maître Sasmaël doit trouver qui a pris possession du maître Fendraël pour assassiner tous les occupants d’un palais – chacune semble débordée sur un projet plus vaste. On n’a donc qu’une partie de la réponse à la fin des cinq premiers tomes.


©Soleil édition 2015.

Après le duo Peru-Goux du tome 1, on retrouve Nicolas Jarry et Paolo Deplano pour le scénario et le dessin de ce deuxième tome. Un duo qui se connaît bien car ils ont déjà signé de nombreux albums comme Nains ! ou les triptyques Les exilés d’Asceltis et Mercenaires. On ressent d’ailleurs un grand savoir-faire de la maison d’édition pour ce type d’histoire et une réelle aisance pour les auteurs à s’insérer dans l’univers des maîtres inquisiteurs. On passe encore un bon moment de lecture si vous aimez les enquêtes ou l’héroïc-fantasy.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse