Dupuis : Le dernier Atlas, Avant T1, Le fil de l'histoire, Tête de gondole

/ Critique - écrit par plienard, le 17/04/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Le dernier Atlas - Tome 1 - note : 8,5/10

C'est un gros pavé, mélange de plusieurs genres, que Fabien Velhman, Glen de Bonneval, Hervé Tanquerelle et Fred Blanchard ont attaqué. Un récit qui navigue entre polar, science-fiction et fable écologique sur près de 230 pages au format comics.


© Dupuis 2019.

 Ismaël Tayeb est un malfrat de la région nantaise qui va changer d'envergure quand un grand ponte de la mafia, recherché par toutes les polices françaises, va venir passer du bon temps dans une boite de nuit. Il faudra toute la lucidité et le sang-froid d'Ismaël pour l'extirper de l'endroit cerné par la police. Ce coup d'éclat va le mettre dans les petits papiers du mafieux qui lui fait une proposition qu'il ne pourra pas refuser : se procurer une pile nucléaire. Pour ce projet fou, Ismaël ne voit qu'une solution : redémarrer le dernier Atlas encore entier, ces immenses robots construits dans les années 60 et utilisés pour reconstruire la France. Mais le but final d'Ismaël est finalement bien différent de celui qu'on croit.

C'est un projet ambitieux que porte le quatuor d'auteurs et la coloriste Laurence Croix. Si on démarre dans une ambiance de polar, le récit alterne avec la science-fiction style Guerre des mondes. Nous sommes bet et bien dans une uchronie. Les personnages sont suffisamment fouillés pour être crédibles et générer de l'empathie. Les auteurs montent un récit puissant et captivant, dans une époque identique à la nôtre mais dans une sorte de monde parallèle. Trois tomes sont prévus et le deuxième est déjà attendu avec impatience.

 

Avant - Tome 1 : Mumu la bâtarde - note : 7/10

Première collaboration entre Yann et Jérôme Lereculey pour un ovni dans la bibliographie des éditions Dupuis. Le dossier de presse annonce un album qui a échappé à la censure de l'éditeur. Mais qu'en est-il vraiment ?


© Dupuis 2019.

 Dès les premières pages, on comprend qu'on n'a effectivement pas affaire à un album Dupuis comme les autres. Les textes ne font pas l'économie de mots grossiers et d'injures, souvent imagées. Les personnages sont loin d'être des icônes de vertu. Smilodon a ainsi plusieurs femmes (trois pour l'instant) et est prêt à en prendre une nouvelle. Goana, une de ses femmes, en est même jalouse et prépare du poison pour se débarrasser de la nouvelle concubine en puissance. C'est dans cette ambiance familiale difficile que Mumu, la fille de Smilodon et de Goana et surnommée la bâtarde, évolue et grandit.

Pour excuser tout cela, il faut préciser que nous sommes en pleine préhistoire, à l'époque des tigres aux dents de sabres et autres mammouths. Les hommes vivent en tribus, dans des huttes recouvertes de peaux d'animaux, et c'est encore l'époque que les femmes sont échangées contre des chèvres. C'est le temps de la guerre du feu, des clans et des rites.

Jérôme Lereculey (Wollodrïn, Arthur) s'attaque à la préhistoire avec aisance et surtout humour. L'époque permet des situations incongrues que le scénariste Yann (Bob Marone, Dent d'ours, Double 7, Gringos locos ...) exploite avec bonheur et malice. Le dessinateur n'est pas en reste pour montrer toute sa facilité à dessiner des bêtes incroyables. Certaines ont aussi un côté burlesque comme Grox, le chien domestiqué de Mumu, qui est un croisement entre un fox-terrier et une hyène, avec un regard dénué d'intelligence.

Cette bande dessinée, c'est un peu les Monthy Python qui s'attaquent à la vie de Rahan.

 

Le fil de l'histoire … - Les samouraïs, la voie du Bushido - note : 7,5/10

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les samouraïs est maintenant accessible en bande dessinée par la collection des éditions Dupuis : Le fil de l'histoire raconté par Ariane et Nico. Un frère et une sœur où Ariane est l'érudite et Nico l'élève qui n'est pas en manque de question.


© Dupuis 2019.

 Après onze sujets au travers des thèmes de l'Antiquité (la pyramide de Khéops, La grande muraille de Chine, les Gaulois, les gladiateurs), des temps modernes (Louis XIV), de l'époque contemporaine (la découverte des dinosaures, l'or noir, Albert Einstein, la guerre des tranchées), les samouraïs rejoignent les vikings et les croisades dans le thème du Moyen âge.

L'occasion de découvrir l'historique sur ces guerriers qui n'ont pas d'équivalents de par le monde. Soldats au service d'un seigneur, ils sont à l'origine (XIIème siècle) "des paysans qui prennent les armes quand leur seigneur l'exige" et vont petit à petit se professionnaliser pour prendre une place importante dans l'organisation pyramidale de la société japonaise. Mais être samouraï c'est aussi avoir une certaine philosophie - de la vie et du service - et un jusqu'au boutisme qui s'en ressent encore dans la société nippone.

Sylvain Savoia (au dessin) et Fabrice Erre (aux textes) continuent de divertir et d'instruire avec intelligence et qualité. Au demeurant, le lecteur s'aperçoit de cette qualité quand il s'agit d'un sujet qu'il ne maîtrise pas. C'est à ce moment qu'on comprend que cette série apporte des informations facilement compréhensibles et de manière originale.

 

Tête de gondole - note : 8/10

C'est une comédie totalement hilarante que nous propose Tronchet et Nicoby aux éditions Dupuis. Mais derrière l'humour et les situations iconoclastes, ne nous y trompons pas, il y a bien une critique sociale, une dénonciation de notre société de consommation, du pouvoir des grands groupes industriels. Mais il y a aussi un peu d'espoir, pour une vision plus juste du monde.


© Dupuis 2019.

 © Gérard Mardon est directeur d'un hypermarché en Bretagne. Ami avec le président du groupe (ils ont fait leurs études ensemble), il accueille son fils pour un stage d'une semaine. Côté travail, ce qui le préoccupe le plus, c'est la fête des pères à venir. La période la plus importante pour le chiffre d'affaires. Et il faut trouver l'idée marketing qui fasse la différence et déclenche l'achat compulsif du consommateur. Côté famille, il cherche à renouer le contact avec sa fille. Il va alors accepter une semaine de congé pour aider un ferrailleur si elle accepte de son côté de faire un stage d'une semaine à la maison-mère. Mais rien ne va se passer comme il se doit.

Entre quiproquo et satire sociale, on suit, avec envie et sourire, les déboires de Gérard Mardon qui se retrouve dans des situations abracadabrantesques.

 


Les couvertures des 4 albums - © Dupuis 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse