Dupuis : Harmony T4, Dent d'ours T6

/ Critique - écrit par plienard, le 19/10/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Chez Dupuis aussi, les héroïnes prennent leur revanche.

Harmony - Tome 4 : Omen - note : 8/10

À la fin du premier cycle (voir tome 3), Harmony a réussi à libérer Payne et Eden des mains de Sigmacorp. Mais à quel prix !  Nita est mort. Heureusement Karl les prend en charge et les emmène dans une villa au milieu de la forêt. Mais après l'expérience traumatisante précédente, Harmony a du mal à faire totalement confiance à Karl, d'autant qu'elle est certaine qu'il cache des choses.


© Dupuis 2018.

 Mathieu Reynès est l'auteur complet de cette série totalement captivante. Mélangeant des séries à succès de Dupuis, du type Seuls et Alter Ego (à laquelle il a participé), l'auteur nous propose un thriller sur fond de complot militaro-industriel dans le premier cycle. Dans le second,  qui débute avec ce quatrième tome, le récit prend d'autres chemins. Si le côté thriller est toujours bien présent, on part ici sur des sujets un peu plus mystique voire mythologique. Un changement de cap courageux et ambitieux, qui pourraient étonner les lecteurs fidèles du début. Reste que les qualités du premier cycle restent bien présentes, tant dans l'intrigue (suspense, action, péripéties et émotion) que dans le dessin. Nouveaux personnages, nouvelles intrigues, pour toujours la même qualité, c'est le lecteur qui est gagnant.

 

Dent d'ours - Tome 6 : Silbervogel - note : 8/10

Suite et fin de la série Dent d'ours de Yann et Henriet aux éditions Dupuis. La pilote nazie Hanna Reitsch est déterminée à mener l'aile d'argent, le Silbervogel jusqu'à New York pour détruire la métropole. Quand à Werner, qui a reçu l'ordre de tuer Hanna, il ne peut s'y résoudre : tuer son amie d'enfance ou laisser mourir des milliers d'hommes et de femmes.


© Dupuis 2018.

 Un dernier tome qui revient sur la chasse aux cerveaux scientifiques qui ont vu les alliés (Américains, Russes …) s'affronter pour récupérer toutes les connaissances des scientifiques allemands. Ce point du récit prend d'ailleurs le dessus sur le reste du tome et le destin des deux personnages principaux, dans lequel le cynisme des vainqueurs est particulièrement bien exprimé. Pour Anna et Werner, Yann n'est pas avare en rebondissements dans les dernières pages pour un final un peu trop "happy end".

 


Les couvertures des 2 albums - © Dupuis 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse