Panini Comics - Des fins, des débuts et du renouveau !

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 23/07/2014

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Dans les critiques qui suivent, vous aurez le droit à des séries qui se terminent, à d'autres qui commencent mais également à de nouveaux départs pour pas mal de héros.

100% FUSION COMICS : ARCHER & ARMSTRONG – Tome 2 – La fureur du guerrier éternel : 7.5/10

 
DR
Une production qui fait partie du renouveau de Valiant et qui donc s’inscrit dans le même monde que Manowar, Harbringer ou encore Shadowman. Ici, nous sommes en présence d’Armstrong, un guerrier immortel chargé de protéger notre belle planète tandis qu’Archer était à la base né pour tuer Armstrong. Ce petit génie du combat découvre que l’immortel est du côté des gentils et il le rejoint dans sa quête. Mais entre la découverte du monde d’Archer et la débauche d’Armstrong, le duo ressemble à Laurel et Hardy avec des mitraillettes. Surtout qu’après avoir malencontreusement tué le géomancien (un gentil), son protecteur et frère d’Armstrong, Gilad veut découper les responsables. Nos héros doivent donc trouver un nouveau géomancien, éviter le plan d’annihilation de la planète des méchants et semer Gilad. Au passage, nous découvrons Kia, la nouvelle géomancienne qui est une miss catastrophe également. Le récit est donc très frais avec autant d’action que d’humour. Je regrette un peu le « super assassin » ennemi qui n’est pas très trépidant mais dans l’ensemble et comme en général pour les productions Valiant, nous ne sommes pas déçus de la qualité de ce comics.

BEST OF FUSION COMICS : BUFFY SAISON 9 – Tome 5 – 6.5/10

 
DR
Depuis que la série Buffy propose des comics qui ne déroulent pas entre deux saisons de la série TV, le plaisir est au rendez-vous (comme ici). Non pas que cela soit extraordinaire non plus mais il faut avouer que les rebondissements sont légions. Tandis qu’Angel et Dawn essaient de ramener Giles à la vie dans une autre saga. Buffy ne s’ennuie pas non plus. Elle doit sauver sa sœur Dawn qui est en proie à un mal magique dans un monde sans magie. Buffy doit donc guérir sa cadette en ramenant la magie sur Terre. Une mission paradoxale d’un certain côté vu que notre tueuse préférée est justement à l’origine de la disparition de la magie. Au programme de la baston et de l’action avec un bon paquet de monstres et autres créatures infernales. Buffy aura fort à faire et ses alliées ne glanderont pas non plus. Que ce soit Willow et ses pouvoirs ou Alex et Spike. Les deux hommes auront un fort impact sur l’intrigue et sur la tension émotionnelle du récit (et je ne dis pas ça car ce sont mes favoris). Visuellement, la saga est toujours un peu bordélique par endroit mais l’intérêt de l’intrigue rattrapera ce bémol bien que la dernière histoire ne soit pas la plus trépidante. Mais dans l’ensemble, les amateurs de la série seront ravis et ce tome fait bien avancer les choses.  

MARVEL DELUXE : ULTIMATE SPIDER-MAN - Tome 1 (NOUVELLE ÉDITION) – Pouvoirs et Responsabilités – 9/10

 
D
C’est vrai que les origines de l’homme araignée, on les connaît par cœur ou presque tant elles nous ont été servies à toutes les sauces mais il faut avouer que l’univers Ultimate a été un moyen intéressant de revoir le monde Marvel avec son lot de surprises et de modernité. Pour Spidey, les différences ne sont pas forcément énormes mais elles sont présentes tout de même à l’instar de Mary-Jane présente dès le début ou encore le docteur Octavius qui travaille pour Osborn. Ou même avec l’apparition de personnages nouveaux comme Kong qui apporte son lot d’humour dans la série. Autrement, nous retrouvons tout le sel de Spider-Man à savoir un héros au grand cœur rongé par la culpabilité mais qui chasse ses pires angoisses lors des batailles grâce à un humour ravageur. Brian Michael Bendis, que l’on ne présente plus, montre sa maîtrise des codes du comics et ses connaissances sur Spider-Man. Ainsi, on a beau se dire que l’on connaît la musique, nous sommes enchantés par la vision de Bendis. Ce dernier bénéficie également du  talent de Mark Bagley dont le style est aussi jeune et punchy que le héros qu’il met en scène. Cette nouvelle édition est agrémentée du scénario plan par plan, de croquis et naturellement des couvertures originales. Indispensable aux fans de Spidey et de l’univers Ultimate.

MARVEL MONSTER : X-FACTOR - LA FIN – 6.5/10


DR.
La série X-Factor (et non pas le show TV) n’a pas toujours eu le droit à la même exposition que les autres séries en France mais elle demeure un élément essentiel de l’univers mutant (voir l’article sur la saga ici). Avec l’arrivée imminente de Marvel Now, la rédaction Marvel a demandé à son auteur, Peter David (World War Hulk ou Spider-Man 2099), de mettre fin à X-Factor. Il a concocté un « grand final » en deux actes avec certains éléments qui seront fondateurs pour la série qui reviendra après la refonte Marvel Now. Ainsi, nous commençons par l’opposition entre nos héros et les seigneurs des enfers. Ces derniers se battent pour savoir qui est le meilleur et naturellement nos héros et la Terre se retrouvent au milieu de tout ça. Le groupe va tout donner dans cette bataille apocalyptique et Madrox aura même le droit à un petit relooking qui s’accorde bien avec le thème. Très vif, on est dans du 100% action. Je regrette que certains protagonistes aient si peu d’impact sur le récit à l’instar de Longshot qui est cantonné à l’arrière plan et quelques jets de lames qui passent presque inaperçu. Les conséquences de cet arc scénaristique seront mise en lumière dans la partie « La Fin » dans laquelle on découvre les errances des différents membres du groupe. Shatterstar et Rictor vont avoir un bel épisode ensemble tandis que Lorna préparera le futur de la saga alors que Madrox et Layla seront chargés de conclure la série. Si certaines réactions sont exaspérantes comme les colères de Monet ou le manque de sérieux de beaucoup de protagonistes (comme s’ils en avaient trop vu pour prendre les choses à cœur), on ressort globalement conquis par cet album. Kirk et Davidson signent la plupart des planches mais je n’ai pas été conquis par leurs traits beaucoup trop imprécis à mon goût. Entre deux cases, les personnages sont capables de ne pas avoir les mêmes visages… Ainsi si cet album demeure intéressant, il faut être pleinement conscient que tout est loin d’être parfait.

 

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse