Mister Hyde contre Frankenstein - Interview de Dobbs

/ Interview - écrit par riffhifi, le 21/04/2010

Temps de lecture estimé de l'article : 8 minute(s) - laisser un commentaire

A l'occasion de la sortie du tome 1 de Mister Hyde contre Frankenstein dans la collection 1800 de Soleil, le scénariste Dobbs a répondu à quelques questions sur son travail.

A l'occasion de la sortie du tome 1 de Mister Hyde contre Frankenstein dans la collection 1800 de Soleil, le scénariste Dobbs a répondu à quelques questions sur son travail...


Krinein : Evacuons d'entrée la question qui peut fâcher : chez Krinein, on a beaucoup plus aimé ce Mister Hyde contre Frankenstein que ton précédent opus consacré au serial-killer Ted Bundy, également chez Soleil. Fiction d'un côté, compte-rendu de réalité de l'autre : en quoi ta façon de travailler est-elle différente sur ces deux types d'histoire ?
Dobbs : Le travail sur la collection Serial Killer était très difficile : des one-shots qui devaient être plus des docu-frissons/enquêtes qu'autre chose. Toutefois, j'ai pu y mettre ma patte avec les biais narratifs qu'étaient le journaliste et l'instructeur du FBI. Mais c'est quelque chose de très difficile à écrire de par la masse d'informations à condenser, avec parfois un nombre important d'ellipses pour Ted Bundy.
En ce qui concerne Mister Hyde contre Frankenstein, il n'y avait que du fun pour moi, pas de pression. Juste une envie de composer avec ces deux œuvres formidables, des romans superbes,  gothiques et très sombres. La masse de documents a été, là aussi, importante à gérer avec des prises de notes assez envahissantes : mais là où je devais être didactique pour Ted Bundy, j'ai pu être très créatif pour Hyde...

Qui a eu l'idée d'opposer Mister Hyde à Frankenstein, Jean-Luc Istin ou toi (ou quelqu'un d'autre) ?
On a discuté tous les deux sur toutes les pistes traitées à l'avenir dans la collection 1800. Il avait ses envies de directeur de collection, j'avais les miennes en tant qu'auteur, on a juste croisé ce qui nous faisait plaisir à tous les deux. En évacuant ce qui nous semblait rédhibitoire, farfelu ou infaisable. Les deux monstres ont été Dobbs
Dobbs
très vite posés sur la table, il fallait juste trouver l'amorce et le lien...

Sens-tu une parenté entre ton scénario et l'univers de La ligue des Gentlemen extraordinaires, qui mélange aussi plusieurs figures de la littérature populaire anglaise du XIXème ? As-tu lu le nouvel album qui vient de paraître ?
Tout à fait, cet aspect feuilletonnesque impliquant histoire et littérature, emprunts et (re) création... il y a de cela dans la collection 1800, mais pas uniquement. Il n'y aura pas que des éléments littéraires dans les séries à venir, mais aussi des pures créations à partir de faits historiques. Je suis un grand admirateur de Moore, même si je préfère son approche de Watchmen et de V que sur la Ligue. Certainement aussi à cause du dessin de O'Neill. Ce que j'ai aimé dans 1910 : l'intertextualité omniprésente, les chansons, la construction etc... Moins les personnages, mis à part le travail sur Car­na­cki...

Pourquoi avoir choisi de donner le même aspect au docteur Jekyll et à Mister Hyde, alors que le livre d'origine et la quasi-totalité des adaptations lui font subir une métamorphose physique qui différencie clairement les deux personnalités ?
Peut-être parce que le vrai Hyde n'est pas encore là, mon cher... Nous ne sommes que dans les premières manifestations de cet alter ego, qui ira crescendo dans le tome 2. Le tome 1 est pour moi une mise en situation très psychologique, pas besoin de montrer ce que l'on peut suggérer, je n'aime pas l'évidence pour ma part. C'est aussi intéressant pour le lecteur qui va pouvoir se poser plus de questions...

As-tu conscience d'autres entorses faites aux bouquins de Stevenson et Shelley pour les besoins du scénario ?
Le point de départ du tome 1 est un refus total de la fin du roman de Shelley, il ne peut y avoir plus grande entorse hahahahaha !!!

Dans ton histoire, le docteur Jekyll est lecteur de Charles Darwin. Mais ne devrait-il pas plutôt s'intéresser à... Erasmus Darwin ?
Le grand-papa était aussi un précurseur des écrits sur l'évolution. Cela m'a semblé intéressant, mais le personnage avait (de mémoire) déjà été utilisé en fiction. Ce qui m'a paru remarquable chez Darwin (l'autre), ce n'est pas tant son traité d'évolution mais son travail sur la psychologie de l'homme à travers son livre L'Expression des émotions chez l'homme et les animaux... A intégrer naturellement aux lectures du bon docteur Jekyll...

Page 45, Frankenstein est orthographié „Frankestein" sur le dessin ; simple erreur, allusion délibérée aux films et affiches ayant écrit le nom ainsi, ou indice subliminal pour la suite du récit ?
Tu as une bonne lecture, paranoïaque et pointilleuse, j'aime...
Bon, à la base, c'est une boulette, une grosse coquille. J'ai laissé passer pour plusieurs raisons effectivement : beaucoup d'affiches américaines ou européennes de films ont été truffées d'erreurs de ce style depuis les années 30-40, ce qui doublait l'erreur de base d'un nombre important de fictions : baptiser le monstre « Frankenstein » alors qu'il s'agissait de son créateur qui était nommé ainsi. Le tome 2 utilise aussi ces erreurs référentielles, mais chut...

Puisque le cinéma est une source d'inspiration où tu puises volontiers, quelles sont tes adaptations préférées de l'un et l'autre roman ?

Le Docteur Jekyll & Mister Hyde de Rouben Mamoulian de 1931 : bourré de trouvailles visuelles, génial pour l'époque sur cette animalité de Hyde... Le Mary Reilly de Frears (adapté de Valerie Martin) a une superbe photographie aussi (bon ce n'est pas une adaptation de Stevenson mais une « dérive » que j'aime beaucoup)...
Par contre, je n'aime pas trop le Frankenstein de Branagh, mis à part certains visuels d'expérimentations, j'ai beaucoup de nostalgie et de tendresse pour les versions de Whale, et de l'attachement pour ce que Terence Fisher a fait plus tard.

Si tu avais le choix, toutes époques confondues, quel casting verrais-tu pour une adaptation de Mister Hyde contre Frankenstein ?
Certainement la question la plus difficile de cette interview...
J'y mettrais du Daniel Day-Lewis, William H. Macy, John C. Reilly, Michael Caine, Giancarlo Giannini, Geoffrey Rush, Christopher Lee et aussi du Jodie Foster, Mariel Hemingway, Gene Tierney, Holly Hunter, Miranda Richardson et Michelle Ryan... bon ok, j'y vais fort, mais c'est de la super production fantasmée pas vrai ?

Une question à laquelle Marinetti serait peut-être mieux placé pour répondre : l'apparence de la créature dévoilée à la fin de l'album fait penser au Swamp Thing de Berni Wrightson. Est-ce délibéré, sachant que Wrightson a réalisé une célèbre galerie d'illustrations pour Frankenstein ?
Content du rapprochement, tu es le premier à le voir bizarrement... pour moi, le monstre était depuis le début un mix entre Swamp Thing (il n'y a qu'à regarder la couverture, hein ?) et le Nemesis de Resident Evil. Donc oui, c'est totalement délibéré, j'ai fait parvenir toutes les photos et dessins à Antonio pour un travail en ce sens hehehe...

Dessin toujours : comment travaille-t-on avec un dessinateur qui pratique une autre langue que la sienne ? Avez-vous eu des problèmes de compréhension, d'approches culturelles ? Avez-vous travaillé par références communes (BD, ciné...) ?
Le travail peut être ralenti, il peut y avoir des incompréhensions ou des fois des contre-sens, c'est amusant (ou pas)... mais c'est toujours très riche d'enseignement en tout cas. On partage énormément de références filmiques et cela aide remarquablement. J'avais fait aussi (comme je fais d'habitude pour mes dessinateurs) un carnet iconographique de références pour chaque étape clef...

La tradition des crossovers entre monstres a démarré dans les années 40 avec, justement, des films comme Frankenstein rencontre le loup-garou. Que penses-tu de ses rejetons récents comme Freddy vs Jason et Alien vs Predator ?
Hummmmm, les films sont tout au plus amusants (Freddy vs Jason) ou assez ridicules (AVP 2). Les crossovers les plus funs étaient d'ordre comics : j'ai aimé Batman by Gaslight, Batman vs Predator, Lobo vs the Mask (celui-là était gratiné)...

Outre le tome 2 attendu en août, que peux-tu nous dire des prochains titres de la collection 1800 (les tiens et ceux de tes petits camarades) ?

Avant le Mister Hyde, il y aura le tome 2 de Sherlock Holmes et les vampires de Londres, dont j'ai beaucoup aimé le premier opus. Après il y aura de la Lovecraft attitude dans les 20 000 siècles sous les mers et les Grands Anciens... donc toujours des avatars modernes de l'héritage des gothiques, avec de très belles couvertures.
Afin de prêcher aussi pour ma paroisse : Les mines du roi Salomon, adapté de Henry R. Haggard, aura son tome 1 qui sortira à la rentrée prochaine (avec DimD au dessin) et juste après suivra ma version de Fort Alamo avec Fabio Pezzi, un autre dessinateur de l'école Bonelli en Italie.

Et quid de tes autres projets ? Le tome 2 de Welcome to Paradise, ta première BD sortie il y a maintenant un an ?
Plusieurs projets sont en écriture pour les collections Celtic et Secrets du Vatican, toujours chez Soleil. D'autres sont en gestation à l'heure actuelle...
Quant à Welcome to Paradise, j'attends le feu vert pour un deuxième et dernier tome. Guglie est prêt, moi aussi... le reste ne nous appartient pas. Si Carabas ne veut pas avancer sur le sujet, on trouvera une autre solution...

Si tu avais un disque, un livre, un film et une bande dessinée à recommander en ce moment, quels seraient-ils ?
Un disque, hummmm... la BO de Good Morning England, non ?
Un film : le dernier Guy Ritchie, je ne vais pas faire que des heureux hehehe. Et puis Dragons le dernier Dreamworks...
Question BD : Incognito de Brubaker et Phillips.

Merci de tes réponses !
C'est moi qui te remercie, à très bientôt...

A découvrir
Ligue des Gentlemen Extraordinaires (La) - 1999-2000 - Volume I
Ligue des Gentlemen Extraordinaires (La) - 1999-2000 - Volume I
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
V pour Vendetta
V pour Vendetta