7/10Marsu kids - Tome 1 - Sorti de l'oeuf

/ Critique - écrit par plienard, le 01/11/2011
Notre verdict : 7/10 - Classe biberon (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Le couple Wilbur – Didier Conard s’attèlent à rendre crédible une nouvelle idée, semble-t-il, commerciale. Si l’idée n’est ni nouvelle, ni originale, les auteurs réussissent un beau petit album.

Après le petit Spirou (un vieux de la vieille), Gastoon (aussi chez Marsu productions) et avant Kid Lucky (chez Dargaud en Novembre 2011), Marsu productions nous propose la version « baby » du marsupilami. L’originalité du titre « Marsu kids » va faire dresser les poils de nombreuses personnes et le sentiment d’idée marketing et commerciale vient inévitablement sur le devant de la scène. On en est conscient et faire un article dessus, participe à ce commerce. Pourtant, si Gastoon nous avait, pardon, m’avait plu, j’ai encore craqué et j’ai aussi apprécié ce Marsu Kids.


Copyright MARSU 2011 by Conrad.
Les auteurs, Didier Conrad (Les innommables, Bob Marone, Tigresse blanche) et Wilbur (RAJ, Tigresse blanche), couple à la ville comme au travail, ont respecté ce qu’on appelle le style Franquin. Le trait, tout d’abord, de Conrad est un hommage à chaque case. Il respire Franquin. Les images tenant entièrement sur une page sont magnifiques et participent à poser le rythme des événements ainsi que l’environnement. Concernant le scénario (à quatre mains avec Wilbur et Conrad), on est aussi enthousiaste que pour le dessin. Le jeune Ptipoh, de la tribu des Chahutas, découvre un œuf tombé d’un nid. Ce n’est rien d’autre que l’œuf d’un marsupilami au nez bleu, ce qui deviendra son patronyme. Les deux personnages vont alors sympathisés ce qui va s’avérer utile dans la lutte pour la place du roi des animaux de la jungle entre le marsupilami et l’anaconda géant, Sinuoso.

Au gré des pages et des dessins, on pense inévitablement au livre de la jungle, œuvre que les auteurs avouent comme source d’inspiration mais aussi l’épisode de la cage dans l’album Capturez un marsupilami.

On est donc agréablement surpris au final. Si le titre fait concept commercial sans recherche créative, les auteurs réussissent à nous faire oublier ce sentiment. Et pour ceux qui apprécient l’album, un second est déjà en cours et un troisième est prévu (voir plus, si le public est au rendez-vous).


Copyright MARSU 2011 by Conrad.

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Sambre
Sambre